Les Enfants Terribles, le restaurant lounge parisien du groupe Sibuet

Marie-Laure de Vienne
Assurément ils sont terribles ces enfants-là, en tous cas comme tous les gosses, terribles pour le portefeuille ! Certes, le restaurant est dans le triangle d’or à quelques mètres de l’Arc de Triomphe, certes le lieu est partie intégrante du groupe Sibuet connu pour ses luxueux établissements à la montagne (Fermes de Marie à Megève) et dans le Sud (La Bastide de Marie à Ménerbes, Cour des Loges à Lyon, Ramatuelle, etc…). Mais tout de même, la carte est bien chère entraînant le gourmet dans les 85 € pour 3 plats, vin non compris.
Spacieuse, la salle à manger permet de ne pas être collé à ses voisins

Spacieuse, la salle à manger permet de ne pas être collé à ses voisins
©DR

Le cadre est sympa avec un espace bar lounge et de gros fauteuils en cuir, deux grandes salles à manger ouvertes sur une rôtisserie moderne ; on a affaire ici à un cadre typiquement haussmannien revisité avec des fresques, peintures contemporaines. Les tables offrent une certaine intimité et on n’est pas serré contre son voisin comme cela est souvent le cas dans le huitième arrondissement. Le service, quant à lui, est orchestré par de jolies filles et quelques éphèbes à la plastique irréprochable.


Dans votre assiette, la sélection de produits haut de gamme, le jambon ibérique, le Patta Negra (28 €), le bœuf de Bavière (36 €), Chianina du Piémont (48 €) ou le Black Angus (48 €). Si le prix est là, la qualité l’est aussi et fort heureusement avec en prime une juste cuisson à la broche ou des techniques spécifiques de cuissons : le bœuf bavarois est cuit bleu-rose à l’unilatérale « à la manière de Johnny Hallyday ». Il faut dire que notre rockeur préféré a été partie prenante de cet établissement et qu’il y a laissé des traces, le lieu remplaçant la « rue Balzac » du chanteur.


L’ensemble des préparations est d’ailleurs cuisiné de manière assez légère, telle que le show-bizz prise la gastronomie. On sent d’ailleurs que le lieu est le QG de certains habitués qui connaissent les recettes puisque pas moins de 3 plats de la courte carte sont qualifiés de « façon Enfants Terribles ». Côté dessert, du classicisme avec un cheese cake, un fromage blanc, des fraises des bois, un baba au rhum, des glaces et sorbets. Je vous conseille donc les 2 autres desserts, une traditionnelle mais non moins bonne assiette tout chocolat et un délicieux gâteau praliné à mi-chemin pour sa saveur entre le chocolat, la noisette et le Nutella, donc divinement régressif.


Conclusion et sans parodier un confrère critique gastronomique : à la question : faut il y aller ? je dirai : oui si vous ne craignez pas pour votre portefeuille et si vous aimez les adresses « branchouilles », les lieux où il faut être vu, les adresses où la jet-set et les golden boys du CAC 40 se bousculent avec, pour le simple mortel, l’espoir d’approcher un people !!


En ce moment, les cuisines des Enfants Terribles accueillent des plats signature de la Bastide de Marie (asperges blanches infusion d’herbes du jardin, chevreau en cocotte et tomates, fraise Cléry sorbet basilic). C’est là une agréable façon de goûter tout en restant dans la capitale à une chaude et ensoleillée cuisine méditerranéenne.


Les Enfants Terribles

8, rue Lord Byron

75008 Paris

Tél : 01 53 89 90 91

Ouvert du lundi au vendredi, fermé les samedis midis et le dimanche

Environ 95 couverts

Voiturier payant