Le Metropolitan, une cuisine mâtinée de breton, japonisante et autres horizons

Alix Baboin-Jaubert
Au Metropolitan, un jeune chef bourré de talent, Stéphane Pitré, officie depuis quelques mois place de Mexico (XVIème). Il nous régale d’une cuisine ajustée, précise et délicieuse.
Aux commandes, le jeune chef Stéphane Pitré entouré de sa brigade

Aux commandes, le jeune chef Stéphane Pitré entouré de sa brigade
©DR

Un restaurant dans un hôtel, une tâche parfois compliquée. Il s’agit de séduire les clients qui ont tendance à aller dans Paris, où la concurrence est rude… La cuisine doit donc être attrayante et colorée. Le pari  lancé à Stephane Pitré semble en passe d’être gagné. La qualité des produits au top et la façon de les cuisiner nous ont conquis.


Originaire de Bretagne,


Le chef  d’une  trentaine d’année, est passé par le Ritz à Londres, puis la Martinique pour tâter un peu d’exotisme. Puis un petit tour par Alain Senderens, grand chef de la place de la Madeleine, pour voir de près comment on concocte une cuisine inventive. Enfin, aujourd’hui l’ancre est lancée dans ce coin du XVIème, à deux pas du Trocadéro.


Le dos de cabillaud poché...dashi d'Hokkaido, raviole au vert prêt à être dégusté !

Le dos de cabillaud poché...dashi d'Hokkaido, raviole au vert prêt à être dégusté !
©DR


En entrée, le foie gras


Des Landes mi-cuit, au chaud froid de pain d’épices est assez subtil et pas trop sucré. Fondant, assez épicé, il se déguste avec un verre d’un vin moelleux.


Nous poursuivons avec un dos de cabillaud poché, avec un bouillon dashi d’Hokkaïdo d’inspiration japonisante fin et délicat, un poil pas assez chaud, mais sa subtilité n’en est que plus révélée. Le cabillaud, nacré, cuit parfaitement, est fondant, un chardonnay original l’accompagne et le valorise. Le repas s’enchaine ensuite avec une  viande « Black  Angus », enokis et pousses de tétragone. On pourrait presque coupée à la fourchette la viande.


Belle alliance des figues rôties en consommé et de la réglisse

Belle alliance des figues rôties en consommé et de la réglisse
©DR


Le dessert chocolaté,


Glace et mousse,  servi avec un verre de Banyuls  est  un enchantement  d’une belle force. Par grâce du chef, nous dégustons en sus,  avec un plaisir non dissimulé,  le baba cuit en vapeur de vanille au rhum vieux. Merveilleux tout simplement.


Au Metropolitan, un décor sobre, actuel et urbain

Au Metropolitan, un décor sobre, actuel et urbain
©DR


Le Metropolitan, menu à 28 euros au déjeuner du mardi au samedi.

Menu dégustation  Découverte le soir à 58 euros.

1, place de Mexico 75016 Paris

Tél : 01 56  90 40 12