Slow drinking et bars branchés

Marie-Laure de Vienne
Slow drinking et nouveaux bars émergent dans la capitale : l’occasion de faire le point sur cette nouvelle tendance et de découvrir les derniers nouveaux bars pour déguster un cocktail.
Un verre d'absinthe chez Lapérouse, avec le rituel adéquat... le grand chic sous les boiseries de ce temple littéraire.

Un verre d'absinthe chez Lapérouse, avec le rituel adéquat... le grand chic sous les boiseries de ce temple littéraire.
©DR

Le Slow Drinking : la lenteur pour le plaisir


Dans la lignée du mouvement Slow Food, le Slow Drinking fait son apparition en France sous l’impulsion du groupe Bacardi-Martini. Le Slow Drinking fait la part belle aux sensations gustatives, à la convivialité d’une boisson partagée, à la qualité et au final au plaisir.


Cette philosophie expérience s’articule autour de 10 principes : réinitialiser ses papilles en buvant de l’eau, accorder boisson et plat, initier ses invités à l’art du cocktail, respecter la juste dose, partager ses impressions, prendre son temps, créer l’ambiance, choisir le bon verre, maîtriser la température, mobiliser ses sens.


A travers la valorisation des sensations visuelles, gustatives et olfactives ; le but du Slow Drinking est de promouvoir un certain art de vivre par une consommation modérée et responsable. A la place d’une consommation rapide, machinale, solitaire de l’alcool ; place à des rituels conviviaux de dégustation. Au Daiquiri, des quiches à la ricotta ; au Rosato Pink, du carpaccio de bœuf ; au Mojito, des roulés de courgette au chèvre frais.


Faisant suite au mouvement Slow Food, Bacardi-Martini lance le Slow Drinking ! Logique.

Faisant suite au mouvement Slow Food, Bacardi-Martini lance le Slow Drinking ! Logique.
©DR


Les bars pour pratiquer le Slow Drinking


Le plus historique : Lapérouse bien sûr !


Cet ancien hôtel particulier du XVIII ème siècle est riche d’histoires politiques, culturelles, littéraires, et même salaces. De Dumas à Baudelaire, en passant par le duc de Windsor, la Bégum ou François Mitterrand, tous sont venus boire sous les boiseries sculptées, sans pour autant graver de manière indélébile leur nom sur les miroirs. Aujourd’hui Lapérouse met en avant et de manière spectaculaire l’absinthe. Cet alcool qui avait rendu soit disant fou ou addict l’élite artistique de la fin du XIXème siècle n’est plus, ou est aujourd’hui différente, car on lui a ôté sa molécule maléfique, la thuyone. Cependant, son rituel de consommation demeure, et le barman flambe la liqueur posée sur un sucre. Il se caramélise et apporte en bouche un petit goût sucré, rendant ainsi la fée verte moins amère. Cocktail Maria : rhum, citron vert, grenadine, absinthe soda : 18 €.


51, quai des Grands Augustins 75006 Paris


Spectaculaire, la vue du nouveau bar du Concorde Lafayette

Spectaculaire, la vue du nouveau bar du Concorde Lafayette
©DR


Le plus spectaculaire : la vue du Concorde La Fayette


Montez au 34ème étage de l’hôtel Concorde La Fayette à la porte Maillot et vous jouirez d’une vue à couper le souffle, si toutefois vous n’avez pas le vertige. C’est l’endroit vraiment « in » du moment. S’il fait beau, le lieu qui vient de s’offrir une beauté est vraiment magique, et tout l’ouest parisien scintille à vos pieds du bois de Boulogne aux Invalides, voire même bien au-delà, selon votre emplacement le long des larges baies vitrées. L’adresse est prisée des jeunes cols blancs qui se retrouvent sur le coup des 22 h : ils viennent de quitter leurs tours de La Défense et aiment les DJs aux platines. « Rive Gauche, Punch à la romaine, Parisienne : les cocktails se dégustent avec des sushis, des makis, du pata negra, des macarons ou cheese cake. Cocktail dès 25 € ou forfait à 35 € pour 2 consommations et canapés. Si vous êtes une femme et inscrite sur la page facebook.com du bar, le prix dégringole à 29 € : sympathique, non ?


3, place du Général Koenig 75017 Paris


Cocktail maison et sélection pâtissière divinement régressive au Why.

Cocktail maison et sélection pâtissière divinement régressive au Why.
©DR


Le plus éclectique : Why


Près des Halles, il y avait déjà un Why étonnant, détonant par la qualité gustative de ses cocktails. Fort de son succès dans le 1er arrondissement rue Jean-Jacques Rousseau, un autre Why s’ouvre rive gauche. Ici, ne prenez pas un champagne ou un Pimm’s ; car l’originalité est au cœur de la carte avec des compositions pâtissières et dites déstructurées. Pour ces dernières, place à un Pina Colada, un Bloody Mary avec des dés d’ananas frais ou de la purée de tomates assaisonnées. La sélection pâtissière est divinement gourmande et régressive : tarte au citron Toblerone, Bounty… on boit un cocktail qui a le goût de ces produits-là. Une parfaite réussite qui pousserait même un gourmand à des tours de passe-passe : si vous sortez au restaurant, oubliez le dessert et venez le prendre ici, c’est nettement plus sympathique, convivial et original. De plus, le prix du cocktail est vraiment raisonnable (10 €), ce qui permet d’en prendre facilement deux !


32, rue Monge 75005 Paris


Musique et drinks au Metropolitan pour un apéro très "ambiance".

Musique et drinks au Metropolitan pour un apéro très "ambiance".
©DR


Le plus musical : Metropolitan et M64


L’idée n’est pas forcément originale : coupler musique et drinks ! Les lieux sont classiques : deux hôtels dans des coins bourgeois de la capitale. En deux mots, du grand classicisme donc, les établissements cherchant à s’attirer une clientèle de noctambules sages. Le M64 propose tous les mardis de la soul, du bossa, du nova ou du jazz et le Metropolitan un concert de 2 heures en live de jazz le dernier jeudi de chaque mois. Prix à partir de 13 € environ.


64, avenue Marceau 75008 Paris  

10, place de Mexico 75116 Paris


 


Le moins cher : La Villa Corse rive droite


De 18 à 19 h, le restaurant corse, la Villa Corse, près du métro aérien Grenelle, propose des boissons à 5 €. Pour rester dans la tonalité locale, choisissez le Calvi : eau de vie de châtaigne, curaçao bleu et jus d’ananas.


164, boulevard de Grenelle 75015 Paris


Au pied de l’Arc de Triomphe, faites-vous le plaisir de d'aller déguster un verre à l'Arc, et pourquoi pas un cocktail fait avec du cognac Hennessy...

Au pied de l’Arc de Triomphe, faites-vous le plaisir de d'aller déguster un verre à l'Arc, et pourquoi pas un cocktail fait avec du cognac Hennessy...
©DR


Le plus cosmopolite : L’Arc


Les amoureux de l’Arc de Triomphe, les étrangers apprécieront tout particulièrement ce bar-là : il est au pied du monument et s’ouvre sur cette belle place de l’Etoile. Autour d’un grand miroir qui reflète les flacons, il jouit donc d’un emplacement privilégié. L’Arc étant aussi un restaurant, vous pourrez prolonger la soirée par un dîner complet. Au programme des cocktails, du grand classicisme avec l’incontournable Bellini (16 €), le gin fizz (15 €), le margarita (15 €). L’originalité pointe le bout de son nez dans les créations « heatlthy » du barman avec un smoothie hebdomadaire et un cocktail vitaminé anti coup de pompe à 12 €. Un très bon point pour les amuse-bouches servis avec le cocktail, du genre petites quiches, tomates cerise à tremper dans de la tapenade, aux antipodes des sempiternelles cacahuètes-biscuits secs trop souvent servis.


12, rue de Presbourg 75116 Paris


A la fois club anglais intimiste et style rock rebelle, The Club propose une belle carte de cocktails élaborés à partir d’alcools premium.

A la fois club anglais intimiste et style rock rebelle, The Club propose une belle carte de cocktails élaborés à partir d’alcools premium.
©DR


Le plus rock : The Club


The Club joue sur plusieurs registres : il mélange une atmosphère « club anglais » par ses gros fauteuils en cuir rouge, une touche intimiste des hôtels feutrés parisiens par ses lumières tamisées et un look rock-rebelle par des morceaux de papier peint déchirés, des tuyauteries apparentes et des coussins à tête de mort. Mais le concept est ici celui de l’association sandwich-club – cocktail. Neuf belles recettes, du king crabe Petrossian au magret, poulet fermier ou roastbeef foie gras sont proposées avec une julienne de légumes et de petites pommes de terre. Cheese cake et pecan pie de la maison Berko peuvent être dégustés en sus constituant ainsi un vrai repas. Il ne reste plus qu’à déguster l’un ou l’autre des cocktails maison proposés par les deux propriétaires du lieu qui ont travaillé au Klay, à l’Alcazar, au Meurice et au Plaza Athénée. Les cocktails sont élaborés à partir d’alcools premium (gin Tanqueray, rhum Havana-Club, bourbon Marker Mark’s…), et dans un gros frigo à l’américaine s’alignent différentes bières des quatre coins de la planète (10 € le cocktail, 15 € le club sandwich, 6 € le cheese cake).


24, rue Surcouf 75007 Paris


 


Si vous êtes à fond sur les réseaux sociaux, sachez que des bars éphémères, d’un soir, d’une semaine, sponsorisés ou non par une marque, s’ouvrent dans les lieux les plus hétéroclites qui soient, de la cave à la terrasse en passant par l’appartement de copains ou le parking. A vous de clicker, d’être connecté !