Alain Juppé modernise Bordeaux

Nda Magazine
Rencontre avec Alain Juppé, ancien ministre des affaires étrangères et maire de Bordeaux. Mais ses actions depuis 1995, en tant que maire de la ville de Bordeaux sont parfois méconnues. Au travers de cette interview, découvrons Monsieur Alain Juppé et sa région.
Vue perspective du futur stade depuis le parc floral. Le nouveau stade de Bordeaux avec son vaste parvis pourront accueillir les spectateurs avant le match, mais aussi des évènements temporaires.

Vue perspective du futur stade depuis le parc floral. Le nouveau stade de Bordeaux avec son vaste parvis pourront accueillir les spectateurs avant le match, mais aussi des évènements temporaires.
©Herzog & de Meuron

Nda : Comment présenteriez-vous votre ville et quels sont ses grands atouts ?


Alain Juppé : Capitale du Sud-Ouest, Bordeaux est une ville dynamique, intellectuelle et créative. Dotée d’un grand centre universitaire, elle est également le berceau de l'industrie aérospatiale française et du plus puissant laser au monde. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2007.  Notre objectif est de faire de Bordeaux, d’ici 2030, une grande ville à taille humaine, une métropole européenne «millionnaire». Un million d’habitants, comme à Copenhague, Rotterdam, Valence ou Zürich, pour peser sur la scène internationale. Nous avons les espaces nécessaires pour cela ; toutefois nous préserverons la qualité de vie en freinant l’étalement urbain et en intensifiant le développement du cœur de l’agglomération.


Maire de la ville de Bordeaux depuis 1995, Alain Juppé s'atèle à moderniser la ville tant en architecture qu'en infrastructures.

Maire de la ville de Bordeaux depuis 1995, Alain Juppé s'atèle à moderniser la ville tant en architecture qu'en infrastructures.
©Thomas Sanson-Mairie de Bordeaux


Nda : Quels sont les grands axes du Grand Bordeaux 2030 ?


AJ : Tout d’abord, la poursuite du deuxième projet urbain lancé en 2009 et qui, dans ce que j’ai nommé «l’arc de développement durable», prévoit l’aménagement de trois grands pôles de la ville : le nord, la rive droite et le sud avec l’OIN* Bordeaux Euratlantique. Ensuite, de grands projets d’infrastructure tels que la construction de deux nouveaux franchissements de la Garonne - l’un, le pont levant Bacalan-Bastide, est en cours, l’autre est en phase de concertation -, la poursuite des dessertes par le tramway et aussi la construction de logements. Cela passe aussi par le développement économique et là, je pense à Bordeaux Euratlantique, opération d’aménagement de 750 hectares qui tient en quelques chiffres simples : 2,5 millions de m2 construits, 15 000 logements, 30 000 habitants, 500 000 m2 de locaux d’activité et 30 000 emplois escomptés. C’est un projet hors normes et particulièrement enthousiasmant qui, avec l’arrivée, en 2016/2017, de la ligne ferroviaire à grande vitesse fera franchir un palier très important à notre agglomération.


A Bordeaux, la poursuite des dessertes par le tramway fait partie des priorités.

A Bordeaux, la poursuite des dessertes par le tramway fait partie des priorités.
©Thomas Sanson-Mairie de Bordeaux


Nda : Comment sont choisis les architectes des projets ?


AJ : Nous sommes tenus d’organiser des concours avec délibération d’un jury. Pour chacun des projets lancés, nous avons la chance d’avoir de grands architectes qui répondent à ces concours. Ainsi, pour le Centre culturel et touristique du vin, nous avons choisi l’agence d’architecture parisienne X-TU et, pour la scénographie, l’agence londonienne Casson Mann. Pour le nouveau stade qui accueillera l’Euro 2016, l’agence Herzog et de Meuron a été désignée. Philippe Starck est présent sur le projet privé Mama Shelter et dans nos opérations d’urbanisme interviennent Winny Maas, Bernard Reichen et Nicolas Michelin.


Le deuxième projet urbain lancé en 2009, nommé «l’arc de développement durable», prévoit l’aménagement de trois grands pôles de la ville.

Le deuxième projet urbain lancé en 2009, nommé «l’arc de développement durable», prévoit l’aménagement de trois grands pôles de la ville.
©Thomas Sanson-Mairie de Bordeaux


Nda : Que reste-t-il des racines historiques de la ville et de son architecture ?


AJ : Dans les années 1970/1980, il y eut l’aménagement du quartier du Lac, la rénovation du quartier de Mériadeck, la délimitation d’un vaste secteur sauvegardé (5000 immeubles sur 150 ha), la construction de deux ponts sur la Garonne, mais aussi la rénovation et la mise en valeur d’éléments patrimoniaux tels que le Grand Théâtre, magnifique construction du XVIIIè siècle, ou l’ancien entrepôt de denrées coloniales Lainé, qui abrite aujourd’hui le CAPC, musée d’art contemporain, rénové par Andrée Putman. Ces réalisations, et celles intervenues depuis, côtoient harmonieusement le remarquable patrimoine des siècles précédents. Un ensemble reconnu et distingué par l’Unesco.


Le réaménagement des quais avec des jeux aquatique et le fameux miroir d'eau ont considérablement transformé la physionomie de la ville.

Le réaménagement des quais avec des jeux aquatique et le fameux miroir d'eau ont considérablement transformé la physionomie de la ville.
©Thomas Sanson-Mairie de Bordeaux


Nda : De quand date le remaniement urbain ?


AJ : J’ai lancé, dès 1996, un grand projet dont l’objectif était de redessiner la ville, de la redynamiser. Parmi les très nombreuses réalisations, deux me paraissent les plus emblématiques. Le tramway, qui a constitué une révolution, et les quais, qui ont considérablement transformé la physionomie et le fonctionnement de la ville en devenant un véritable lieu de vie.


Nda : Quelle est votre politique de développement durable ?


AJ : Nous avons un Agenda 21 depuis fin 2008 et nombre des objectifs fixés ont déjà été atteints dans plusieurs domaines : les déplacements - les Bordelais sont devenus de grands adeptes du vélo -, la gestion raisonnée de l’eau qui nous a permis de diviser par deux notre consommation, les mille arbres plantés chaque année… Et trois éco-quartiers sont en cours de réalisation.


Bureaux BBC donnant sur le jardin botanique.

Bureaux BBC donnant sur le jardin botanique.
©Thomas Sanson-Mairie de Bordeaux


Nda : Quelle place accordez-vous au design ?


AJ : Nous avons un creuset de jeunes designers, issus pour certains de notre école des Beaux-Arts, qui commencent à être reconnus. Ils sont mis en valeur lors d’Agora, biennale d’architecture, d’urbanisme et de design qui décerne des prix à de jeunes créateurs. En 2010, le jury était présidé par Andrea Branzi. En 2012, nous aurons Tobia Scarpa. Le design occupe également une place importante dans les collections de notre musée des Arts décoratifs.


Maquette du future Centre Culturel et Touristique du Vin.

Maquette du future Centre Culturel et Touristique du Vin.
©Thomas Sanson-Mairie de Bordeaux


Nda : Quels sont les « + » de Bordeaux par rapport à toutes ces grandes villes de France qui bougent ?


AJ : Un nom, une « marque » connus du monde entier, grâce au vin, bien sûr, énorme capital de rayonnement ; le classement par l’Unesco ; et ce dynamisme que Bordeaux a retrouvé depuis quelques années et qui lui a permis de rattraper le retard qu’elle avait sur d’autres villes. Nous comptons bien poursuivre cet élan.


Nda : Si vous aviez un vœu à formuler, quel serait-il ?


AJ : Parvenir, avec les Bordelais, car sans l’adhésion des habitants cela est impossible, à hisser leur ville au rang de Capitale Européenne, tout en conservant la qualité de vie et l’unité qui sont aujourd’hui sa marque !


(*) OIN : c’est une grande opération d’urbanisme partenariale avec l'engagement prégnant de l'État sur le territoire considéré comme prioritaire.


Fiche technique :

Hôtel de Ville

Place Pey Berland

33077 Bordeaux Cedex

www.bordeaux.fr

Tél. : 05 56 10 21 71 / 05 56 10 20 46


Dessiné par les architectes Herzog et de Meuron, le futur stade qui accueillera l’Euro 2016, sera longé par une promenade aménagée le long de la Jalle, et bordée de commerces.

Dessiné par les architectes Herzog et de Meuron, le futur stade qui accueillera l’Euro 2016, sera longé par une promenade aménagée le long de la Jalle, et bordée de commerces.
©Herzog & de Meuron