A Soulac-sur-mer, une villa américaine au cœur de la pinède

Agnès Zamboni
Cette maison de plain-pied, toute en longueur, fusionne avec la nature et offre une surface de 250 m² habitable. Un écrin de bois, avec grand écran sur la forêt de pins !
L’architecture de la maison redéfinit la notion de seuil.

L’architecture de la maison redéfinit la notion de seuil.
©Jean-Luc Guérin


Une maison en bois….



Son toit se compose de 136 caissons de mélèze et son plancher de 136 plaques d’okoumé. Son architecture s’inspire des réalisations ouvertes de l’américain John Lautner qui a collaboré avec Frank Lloyd Wright et a réalisé des habitations spectaculaires et parfaitement intégrées dans le paysage, notamment en Californie du Sud. Ici, l’architecte français Nicolas Dahan, diplômé de l’Ecole d’Architecture Paris La Villette, a imaginé une maison contemporaine travaillé come un meuble design : « Nous avons dû installer un entrepôt sur le site pour abriter la construction. Le niveau de détail du toit interdisait toute présence d’humidité. Le mélèze est poncé pour obtenir une finition que l’on accorde habituellement au mobilier. Aucune vis, aucun clou apparent, les joints creux offrent une fluidité unique à l’extérieur comme à l’intérieur de la maison. La poutre centrale est par exemple digne d’un gymnase avec ses 16 mètres de long, mais elle est traitée avec un tel degré de finition qu’elle se fond dans l’univers domestique, » précise t-il.



Dans les chambres, des rideaux assurent l’intimité de l’espace.

Dans les chambres, des rideaux assurent l’intimité de l’espace.
©Vincent Leroux




… et en verre



Dans cette habitation, la hauteur des baies vitrées coulissantes, légères et réalisées sur mesure, est passée à 3 mètres de hauteur (au lieu des 2,20 m standard généralement proposés), à la façon des villas brésiliennes, qui font rêver dans les magazines. Aux dimensions particulières des vitrages permettant de capturer un maximum de lumière s’ajoute la technique discrète des coulissants qui font oublier la limite entre l’intérieur et l’extérieur. Et les ombres projetées par la pinède sur les surfaces de bois intérieures accompagnent les habitants toute la journée. Tandis que les chambres et le salon profitent au maximum des quatre orientations Nord, Sud, Est, Ouest.



Dans la cuisine, le bois est aussi le roi.

Dans la cuisine, le bois est aussi le roi.
©Vincent Leroux




Une réalisation complexe



Il a fallu aussi retenir le toit qui pourrait se transformer en aile de deltaplane à la première tempête : « Les 2/3 de la maison reposent sur des murs de verre, trop légers pour maintenir le toit plat par gros temps. Nous avons donc été contraints de le lester avec du métal et ancrer la maison avec des murs de béton. Nous avons poussé le verre et le bois à révéler leurs forces et leurs faiblesses… »



Contact :

www.nicolasdahan.fr



La nature traverse les chambres et le salon.

La nature traverse les chambres et le salon.
©Vincent Leroux




Un espace fluide au service du paysage.

Un espace fluide au service du paysage.
©Vincent Leroux




La construction offre des dimensions rigoureusement identiques au sol comme au plafond.

La construction offre des dimensions rigoureusement identiques au sol comme au plafond.
©Vincent Leroux




La maison est protégée des vents forts de l’Océan proche par les pins et les chênes.

La maison est protégée des vents forts de l’Océan proche par les pins et les chênes.
©Vincent Leroux




Sur la terrasse couverte, le coin repas est meublé avec des chaises S 40 en tube d’acier résistant aux intempéries et lattes en iroko massif. Création Mart Stam en 1935 sous la référence B 33 g, réédition chez Thonet.

Sur la terrasse couverte, le coin repas est meublé avec des chaises S 40 en tube d’acier résistant aux intempéries et lattes en iroko massif. Création Mart Stam en 1935 sous la référence B 33 g, réédition chez Thonet.
©Vincent Leroux




Le plancher en okoumé a été posé sur le sol sablonneux pour dessiner un effet de continuité.

Le plancher en okoumé a été posé sur le sol sablonneux pour dessiner un effet de continuité.
©Vincent Leroux




Pas d’entrée au sens classique ; on pénètre dans la maison par le salon central de 130 m² ou par l’une des 5 chambres, au cœur d’une pinède de 4 000 m².

Pas d’entrée au sens classique ; on pénètre dans la maison par le salon central de 130 m² ou par l’une des 5 chambres, au cœur d’une pinède de 4 000 m².
©Vincent Leroux




Le salon se déploie comme une vitrine panoramique sur le paysage.

Le salon se déploie comme une vitrine panoramique sur le paysage.
©Vincent Leroux




La salle de bains intègre un douche à l’italienne et un coin WC.

La salle de bains intègre un douche à l’italienne et un coin WC.
©Vincent Leroux




Dans la salle de bains, les murs, composés de panneaux en béton, s’associent au bois.

Dans la salle de bains, les murs, composés de panneaux en béton, s’associent au bois.
©Vincent Leroux




La maison est un exemple concret de performance d’ingénierie appliquée au bois.

La maison est un exemple concret de performance d’ingénierie appliquée au bois.
©Jean-Luc Guérin