Les bibliothèques et le bois

Gabrielle Chamouleau
Les contraintes environnementales qui s’imposent aux sociétés occidentales sont en passe de promouvoir l’intérêt de l’utilisation du bois dans la construction des bibliothèques publiques et privées en milieu urbain.
L'état français doit poursuivre sa volonté de favoriser les projets architecturaux utilisant du bois, et ce, dans un intérêt d'ordre public, esthétique et écologique.

L'état français doit poursuivre sa volonté de favoriser les projets architecturaux utilisant du bois, et ce, dans un intérêt d'ordre public, esthétique et écologique.
©DR

Utiliser du bois  pour aménager une bibliothèque privée…


Si le bois est devenu, depuis quelques années, une alternative incontournable pour remplacer l’utilisation de la laine de verre dans les processus d’isolation rythmant les constructions chez les particuliers, bon nombre d'architectes et d'ingénieurs ont commencé il y a quelques années à s’approprier ses propriétés dans les chantiers d’élaboration de bibliothèques publiques ou privées.


Pour ne citer que cet exemple, le chêne massif, qui peut être investi pour aménager un espace de rangement et de conservation d’ouvrages, ravira les bibliophiles soucieux d’intégrer un matériau naturel, durable et renouvelable à leur habitat. Le bois et son utilisation dans un processus de construction, d’isolation et d’aménagement relèvent en effet  d’un choix écologique, et ce, en répondant à des exigences de développement durable grâce aux propriétés d’absorption du carbone contenu dans l’air et de rejet d’oxygène inhérentes au bois.


…ou publique


Mais le bois, léger, résistant, facilement maniable, est aussi l’objet d’une utilisation qui tend à se répandre dans les structures intégrées au génie civil et aux équipements culturels de statut public : la bibliothèque municipale de Bouray-sur-Juine , la médiathèque scolaire de Küsnacht, en Suisse, ou encore celle de Saint-Luce-sur-Loire, témoignent de l’évolution de l’espace classique des bibliothèques publiques, et du rôle essentiel de l’utilisation du bois dans leur dynamisme architectural. De telles constructions, dont les dimensions artistique et culturelle sont manifestes, répondent ainsi à des exigences techniques en terme d’acoustique, de confort, d’éclairage et de fonctionnalité pédagogique tout en contribuant à la réduction de l’effet de serre, via un stockage durable du gaz carbonique habituellement absorbé par la forêt.


L’Etat français, qui avait signé en 2001 un accord avec des organismes professionnels des filières de bois et de construction en vue d’augmenter de 25% l’utilisation du bois dans les constructions de grande envergure d’ici 2010, constate à ce jour un bilan qui reste mitigé. Il semble important que tous les processus architecturaux participant à la conservation du bois sur le très long terme en milieu urbain puissent être l’objet d’une attention particulière, et que l’utilisation du bois dans les constructions de bibliothèques privées ou publiques poursuive son essor. Le principal salon français sur la construction avec bois termine de démontrer l'intérêt des architectes français pour ces constructions modernes, et ce, en organisant chaque année un "Salon Maison Bois"  au parc des expositions d'Angers, ainsi qu'un concours d'architecture de bois. La 13e édition de ce salon aura lieu du 14 au 17 octobre 2011, et s'établira autour de quatre thèmes : "construire, rénover, aménager, isoler et se chauffer avec le bois".


www.mediatheque.sainte-luce-loire.com


www.salon-maison-bois.com


www.merci-merci.com