Surélévation écologique en bois massif

Olivier Leclercq
Comment faire une extension écologique en bois sur une construction existante ? Souvent l’ossature bois classique s’y prête mal. A Blendecques (62), la société BORALEX, spécialisée en production d’électricité propre, a pu doubler sa surface de bureaux et améliorer ses performances énergétiques par l’ajout d’un étage en panneaux de bois massifs.
Vue de la façade.

Vue de la façade.
©pidz@pidz.com

L’agence d’architecture ION a réussi cette greffe écologique en un temps record. Les panneaux contrecollés en bois massifs (KLH) ont été prédécoupés sur mesures et assemblés sur site. Au passage, la façade des bureaux a été complètement relookée, avec des références poétiques au graphisme végétal : ce tissage de mélèze, qui évoque un nœud de bois agrandi, sert également de brise-soleil et améliore le rendement des apports énergétiques en hiver sans créer de surchauffe en été.

Même si les panneaux de bois évitent les ponts thermiques, il est nécessaire d’avoir recours à une isolation supplémentaire (ici en fibre de bois) pour atteindre les performances BBC (Bâtiment Basse Consommation). Le bardage, qui marie des panneaux de bois et d'Eternit, a permis d’unifier la construction existante et son extension dans une même architecture.

A l’intérieur l’ambiance est au bois apparent, laissant à nu les panneaux structurels. Outre l’économie du plâtre et de peinture, le bois nu apporte une chaleur bien plus riche que l’éternel BA13 peint.



« L’intérêt de ce procédé, précise l’architecte Laurent Zimny, est la rapidité de mise en œuvre. Le bois massif offre une bonne inertie. De plus, contrairement à l’ossature bois, il ne craque pas. En revanche, il est primordial d’étudier le passage des réseaux en amont dans le détail, car les panneaux prédécoupés en atelier supportent mal les ajustements sur chantier. »



En chiffres : surélévation d’un niveau (R+2), 11m de hauteur. Emprise au sol à 108m², 313m² SHOB. Prix 330 000€, Prix du poste KLH : 73 000€ HT



En savoir plus