L’isolation thermique pour aménager des combles

Patricia Louchard
Si l’on veut se servir de ses combles comme pièce d’habitation, il est indispensable d’isoler le toit du froid de l’hiver mais aussi des chaleurs de l’été.

Quatre règles d’or pour une bonne isolation

- utiliser des produits performants
- assurer l’étanchéité à l’air
- maîtriser la ventilation
- une pose de qualité
isoler les combles

isoler les combles
©DR Fotolia

Comment choisir un isolant performant ?


 


Avant de faire votre choix, il est important de comparer la performance des différents produits d’isolation.


Un matériau isolant doit opposer une résistance au froid mais aussi à la chaleur. Plus cette résistance est forte, plus l’isolation thermique est performante.

Pour comparer cette résistance vous avez deux indicateurs qui figurent sur les étiquettes des emballages des produits. :



  •   Résistance thermique (R) : pour rendre compte de l’isolation thermique d’un matériau, on a besoin de connaître la résistance aux flux de chaleur (m2.K/W) présentée par ce matériau d’épaisseur donnée. Plus la résistance thermique R est grande, plus le matériau est isolant.


Pour bénéficier du crédit d’impôt, le matériau doit avoir une valeur au minima R=5 m2.K/W et être posé par un pro.



  •   Conductivité thermique ( λ ) : la conductivité thermique lambda (λ ) est la quantité de chaleur W/m.K pouvant être transférée dans un matériau en un temps donné. Plus la valeur λ est petite, plus le matériau, à épaisseur égale, est isolant. Les isolants ont des λ < 0,06 W/mK.


Le site d’Isover est très complet http://www.isover.fr


 


Petit tour d’horizon des matériaux isolants


Epais, fins, bio ou animales, il existe sur le marché une multitude de matériaux. Voici les grandes familles d’isolants


Les laines minérales : laine de verre et laine de roche


Les laines végétales : laine de chanvre, laine de bois, ouate de cellulose, liège, lin


Les laines animales : laine de mouton, plumes de canard


Les produits minces réfléchissants


Les isolants plastiques alvéolaires : Polystyrène expansé PSE, Polystyrène extrudé XPS, Polyuréthane PUR


Quelle que soit la marque de fabrication du produit isolant, mieux vaut  opter pour un isolant aux performances certifiées par un organisme indépendant en règle général l’ Acermi, voir le site http://www.acermi.com, et s'il s'agit d'un produit « bio », vérifiez que cet isolant possède un avis technique qui vous garantit l'aptitude à l'emploi et les conditions de sa mise en oeuvre. Si vous n’avez pas d’avis technique, en cas de problème, votre assureur risque de ne pas vous couvrir pour cause de non-conformité.


Assurer l’étanchéité à l’air


Une bonne étanchéité à l’air est l’une des conditions indispensables à un système d’isolation performant. La qualité de la pose est très importante. L'institut de physique du bâtiment de Stuttgart a mis en évidence qu'une "fuite" d'1mm sur 1 mètre entre 2 isolants ou entre l'isolant et le chevron, divise par 5 sa résistance thermique réelle !


L’étanchéité permet de réaliser jusqu’à 12% d’économie de chauffage et elle évite tout risque de condensation dans la charpente.


Maitriser la ventilation


La ventilation a pour but d’évacuer l’humidité, la vapeur d’eau et la pollution liée à l’occupation du local, ce qui garantit l’hygiène des lieux et la santé des occupants.


Il existe deux types de ventilation : la ventilation naturelle et la ventilation mécanique.


Pour une ventilation naturelle, il suffit d’ouvrir les ouvertures : fenêtre sur pignon ou fenêtre de toit. Cette ventilation ne peut pas assurer une ventilation en continu et sans occasionner une grande déperdition de chaleur.


La VMC (ventilation mécanique contrôlée) est l’équipement idéal pour ventiler un logement. Pour que la ventilation soit efficace, il est tout d’abord essentiel que l’isolation et l’étanchéité à l’air des parois soient parfaites. Dès lors que les parois ne sont pas étanches à l’air, ventiler avec un système performant peut s’avérer en effet totalement contre-productif en termes de renouvellement d’air et d’économies de chauffage.


Le principe est de faire rentrer de l’air frais par des entrées d’air dans les fenêtres  ou sous les portes et d’évacuer l’air vicié par des bouches raccordées à un extracteur motorisé. Ce système peut fonctionner en continu.


Il existe deux systèmes : la VMC simple flux et la VMC double flux.


 


Une pose de qualité


La pose des systèmes d’isolation (comprenant les isolants, les accessoires de pose, les membranes d’étanchéité à l’air, les joints …) est primordiale pour assurer un parfait calfeutrement.


Alors se pose la question : faire soi-même ou faire faire ?


Il est toujours tentant de réaliser son isolation soi-même dans un but d’économie d’autant que la pose semble accessible à tout bon bricoleur. Cependant la mise en œuvre risque de s’avérer plus difficile qu’il n’y paraît et vous risquez au final d’obtenir un résultat moyen qui devra durer toute la vie de votre bâtiment. Avec les nouvelles mesures fiscales, il est très intéressant de s’adresser à un professionnel


Il y a deux méthodes pour isoler un toit : double couche ou simple couche


Tout dépend de la performance d’isolation visée et de la place dont vous disposez.




  • Double couche




C’est la méthode la plus courante. Elle consiste à intercaler entre les chevrons une première couche d’isolant sans par vapeur. L’épaisseur de cette couche dépend de l’épaisseur des chevrons car il est indispensable de laisser une lame d’air entre le toit et l’isolant. La première couche doit être combinée avec une seconde couche en sous-face,qui peut comporter un pare vapeur côté intérieur. Cette deuxième épaisseur est maintenue en place par un système composé d’une ossature métallique (rails et montants) sur laquelle on vient visser des plaques de plâtre.


Cette technique offre l’avantage de ne pas trop empiétée sur le volume habitable et d’offrir une très bonne isolation thermique.


isoltion double couche.jpg

isoltion double couche.jpg
©DR Isover




  • Simple couche




Une technique plus rapide consiste à ne poser qu’une seule couche d’isolant en laine de verre (environ 200 mm) avec un pare vapeur sous les chevrons. La finition est identique au système précédant. C’est plus rapide mais cela prend plus de place dans le volume habitable.


isoltion simple couche.jpg

isoltion simple couche.jpg
©DR Isover


Pour tous savoir sur l’isolation, un site incontournable à consulter http://www.toutsurlisolation.com


Pour plus de conseils et d’astuces, consultez le livre « Aménagez vos combles » de Patricia Louchard aux Editions Eyrolles.