Marcel Breuer, un architecte maître du béton

Agnès Zamboni
La Cité de l’Architecture & du Patrimoine de Paris présente une exposition rétrospective consacrée au grand architecte et designer hongrois Marcel Breuer. A ne pas manquer, jusqu’au 17 juillet 2013.
Sur les façades graphiques de l’unité de conférence du Begrisch Hall, la disposition éclatée des coffrages en béton brut dessine des effets de textures différenciées. Les deux côtés en porte-à-faux correspondent aux deux salles de conférence qui se font face, avec les gradins qui s’élèvent vers l’extérieur. Begrisch Hall, campus « University Heights » de l’université de New-York, N.Y. (1967-1970, avec Hamilton P. Smith).

Sur les façades graphiques de l’unité de conférence du Begrisch Hall, la disposition éclatée des coffrages en béton brut dessine des effets de textures différenciées. Les deux côtés en porte-à-faux correspondent aux deux salles de conférence qui se font face, avec les gradins qui s’élèvent vers l’extérieur. Begrisch Hall, campus « University Heights » de l’université de New-York, N.Y. (1967-1970, avec Hamilton P. Smith).
©Ben Schnall-Marcel Breuer Papers, Archives of American Art Washington. D.C.

Du design à l’architecture


« J’ai eu l’intention, s’agissant de mes projets, d’emprunter une voie qui mènerait vers des volumes toujours plus importants. Raison pour laquelle, je me suis tout d’abord concentré sur des éléments  plus petits, comme les chaises et d’autres meubles…En accord avec mon programme de travail, je suis passé des meubles aux habitations privées ». Marcel Breuer, lettre adressée à Ise Gropius, mars 1932.


De la chaise Wassily en tube d’acier, mini architecture, à l’aménagement de la maison de Walter Gropius, fondateur du Bauhaus, il y a une suite logique parfaitement exprimée dans cette exposition consacrée à l’œuvre complète de Marcel Breuer.


Pour cet hôtel, Les Lindars, de la station de ski de Flaine en Haute-Savoie, les éléments de façade à angles vifs abritent les canalisations, les câbles électriques et le système d’air conditionné. Ils font aussi office de brise-soleil. Leur aspect cristallin en forme de rectangle couché offre une profondeur particulière, et change l’aspect du bâtiment en fonction de la lumière et du moment de la journée. Hôtel Les Lindars, détails des fenêtres à caissons et panneaux en pointe de diamant, Flaine (74), 2004.

Pour cet hôtel, Les Lindars, de la station de ski de Flaine en Haute-Savoie, les éléments de façade à angles vifs abritent les canalisations, les câbles électriques et le système d’air conditionné. Ils font aussi office de brise-soleil. Leur aspect cristallin en forme de rectangle couché offre une profondeur particulière, et change l’aspect du bâtiment en fonction de la lumière et du moment de la journée. Hôtel Les Lindars, détails des fenêtres à caissons et panneaux en pointe de diamant, Flaine (74), 2004.
©G. Coquard / CCF


Un évènement unique


Produite par le Vitra  design Museum, cette exposition présente des maquettes, des documents d’architecture et des pièces de mobilier. Reconnu  à partir des années 1940 comme architecte, Marcel Breuer se consacra dans un premier temps à la réalisation de maisons particulières. A partir des années 1950, il se fit remarquer par un grand nombre de projets prestigieux comme le siège de l’Unesco à Paris et le Whitney Museum of American Art à New York. C’est au cours de cette période, et jusqu’à la fin des années 1960 qu’il développe ce qui devait devenir sa marque propre, à savoir l’utilisation sculpturale du béton. Ce matériau à la fois plastique  et massif, il le met en œuvre dans la construction d’églises ou de façades modèles.


La Maison Staehelin, sans doute la plus belle maison particulière de Marcel Breuer : Ce bâtiment complexe, destiné à accueillir les collections d’art d’un amateur, est articulé autour d’un atrium et de deux cours intérieures. Il est composé d’espaces ouverts et fermés avec une interaction de plans et de surfaces. En béton structurel, avec toit terrasse accessible de l’extérieur et parements en pierre. Maison Staehelin, Feldmeilen, Suisse, 1957-1958.

La Maison Staehelin, sans doute la plus belle maison particulière de Marcel Breuer : Ce bâtiment complexe, destiné à accueillir les collections d’art d’un amateur, est articulé autour d’un atrium et de deux cours intérieures. Il est composé d’espaces ouverts et fermés avec une interaction de plans et de surfaces. En béton structurel, avec toit terrasse accessible de l’extérieur et parements en pierre. Maison Staehelin, Feldmeilen, Suisse, 1957-1958.
©Bernhard Moosbrugger - Marcel Breuer Papers, Archives of American Art, Washington, D.C.


Le béton dans tous ses états


De sa propre maison de Lincoln, à la monumentale abbaye Saint-John, première de ces édifices religieux avec murs en béton « repliés », le béton, découvert grâce à l’ingénieur Pier Luigi Nervi, fait le lien, entre toutes ses réalisations. Armé, offrant des possibilités de construction nouvelles, le béton s’offre, monolithique, avec parois hyperboliques-paraboliques, espaces négatifs, travaillé en nid d’abeille, en plaques ondulées, en volumes dessinés en porte-à-faux, en façades sculptées et formes cristallines, en effets de textures combinant, trapèzes, carrés…


La maison bi-nucléaire Robinson qui dessine deux parties distinctes, une zone publique et une zone privée. Les toits soulignent cette division et les deux sections de la maison sont reliées par un passage étroit. Du salon, une vue grandiose…Maison Robinson, Williamstown, Massachusetts, 1947-1948.

La maison bi-nucléaire Robinson qui dessine deux parties distinctes, une zone publique et une zone privée. Les toits soulignent cette division et les deux sections de la maison sont reliées par un passage étroit. Du salon, une vue grandiose…Maison Robinson, Williamstown, Massachusetts, 1947-1948.
©David Sundberg - Esto. Tous droits réservés


Car contrairement aux autres maîtres modernes, Marcel Breuer militait en faveur d’une distinction entre le monde construit et celui de la nature.


Renseignements :

Cité de l’Architecture & du Patrimoine

1, place du Trocadéro, 75016 Paris

www.citechaillot.fr

Tél : 01 58 51 52 00


Marcel Breuer (1902-1981), vers 1926, sur son fauteuil Wassily (B3), à piètement traineau en tube d’acier nickelé. Assise et dossier d’abord conçus en coton glacé, tissé par les ateliers textiles du Bauhaus, et édité par Thonet, dans les années 1930. Dans les années 1960, le modèle sera fabriqué avec des bandes en cuir. Cette version est toujours éditée par Knoll.

Marcel Breuer (1902-1981), vers 1926, sur son fauteuil Wassily (B3), à piètement traineau en tube d’acier nickelé. Assise et dossier d’abord conçus en coton glacé, tissé par les ateliers textiles du Bauhaus, et édité par Thonet, dans les années 1930. Dans les années 1960, le modèle sera fabriqué avec des bandes en cuir. Cette version est toujours éditée par Knoll.
©Courtesy Constance L. Breuer


Le Whitney Museum of American  Art est une construction à la structure fermée gainée de granit gris avec quelques fenêtres trapézoïdales, de dimensions diverses, disposées en pyramides obliques qui donnent un relief singulier aux façades. Whitney Museum of American  Art, New-York, N.Y. (1964-1966, avec Hamilton P. Smith).

Le Whitney Museum of American Art est une construction à la structure fermée gainée de granit gris avec quelques fenêtres trapézoïdales, de dimensions diverses, disposées en pyramides obliques qui donnent un relief singulier aux façades. Whitney Museum of American Art, New-York, N.Y. (1964-1966, avec Hamilton P. Smith).
©Ezra Stoller- Esto. Tous droits réservés.