A Bruxelles, architecture et design nocturne des discothèques

Agnès Zamboni
Le saviez-vous ? La création d’une boîte de nuit est aussi l’occasion de faire appel à des architectes d’intérieur et des designers pour dessiner un univers à la démesure des rêves des clubeurs. A découvrir à l’ADAM, jusqu’au 5 mai 2019.
Intérieur du Flash Back, à Borgo Dalmazzo en Italie. Cet espace conçu par le Studio 65 intégrait un ensemble complexe d’escaliers rouge vif et de colonnes, évoquant les dessins de prisons de Giovanni Battista Piranesi, qui surplombait une piste de danse éclairée.

Intérieur du Flash Back, à Borgo Dalmazzo en Italie. Cet espace conçu par le Studio 65 intégrait un ensemble complexe d’escaliers rouge vif et de colonnes, évoquant les dessins de prisons de Giovanni Battista Piranesi, qui surplombait une piste de danse éclairée.
©DRPaolo Mussat Sartor, 1972


Viva Italia !



Aménagement d’espace, scénographie et graphisme, intégration de fresques et œuvres plastiques, design de mobilier, expérimentation de nouveaux médias et de technologies avant-gardistes de sons et lumières, la boîte de nuit est un terrain fertile d’expression libre pour les créatifs de tous bords qui la conçoivent comme une œuvre d’art totale. Elle a été d’ailleurs un tremplin pour lancer la carrière de nombreux artistes. En Italie, dans le domaine du design et de l’architecture d’intérieure, les discothèques ont été notamment un terrain d’expérimentation pour le mouvement du Radical Design.



Un sol en damier noir et blanc très graphique pour le Despacio Sound System, au New Century Hall, Manchester International Festival en juillet 2018.

Un sol en damier noir et blanc très graphique pour le Despacio Sound System, au New Century Hall, Manchester International Festival en juillet 2018.
©Rod Lewis




Des lieux uniques



Dans la veine de leur développement dans les années 1960, et en parallèle avec la déferlante de nouveaux courants musicaux, en 1968, s’ouvrent à Milan, L’Altre Cose et le Bang Bang, une boutique installée au-dessus d’une discothèque conçue par les architectes et designers Ugo La Pietra, Aldo Jacober et Paolo Rizzatto. Dans cet espace futuriste, des vêtements présentés dans des cylindres en plastique et des miroirs à facettes dans les cabines d’essayage, accompagnés d’un ascenseur digne de l’ère spatiale pour accéder à la piste de danse ! En 1969, le Bamba Issa, à Forte dei Marmi conçu par le collectif du mouvement radical design Gruppo UFO, fondé à Florence en 1967, à l’esprit ironique et explosif, s’inspire de la bande dessinée de 1950, Le Sablier magique : Donald Duck et ses neveux se rendent à l’oasis de Bamba Issa afin d’y trouver du sable pour remplir le sablier distribuant de l’argent, de leur oncle Picsou. En 1972, on découvre Barbarella, à Dubbione di Pinasca, œuvre du Studio 65, un autre groupe italien de Turin, qui dessine alors un espace souterrain, inspiré d’un vaisseau spatial avec des tables en forme de fragments de colonnes ioniques, censées représenter des vestiges archéologiques de civilisations anciennes. Leurs sièges Attica et Capitello, clin d’oeil à l’architecture hellénique et romaine sont encore édités par Gufram qui avait aussi publié un catalogue de mobilier destiné aux boîtes de nuit. Les discothèques Piper à Turin et à Milan ont aussi marqué l’histoire créative de ces architectures particulières. Les discothèques italiennes étaient si belles qu’elles étaient présentées dans des magazines de référence de l’époque comme Casabella et Domus.



Couleur rose bonbon, siège Akiko Chair, création Gianni Arnudo pour Paolina B. en 1982, fabriquée par Gufram.

Couleur rose bonbon, siège Akiko Chair, création Gianni Arnudo pour Paolina B. en 1982, fabriquée par Gufram.
©Andreas Satterlin




Culture et design



De The Electric Circus, la boîte new-yorkaise des années 1970, accueillant les clients avec une fresque murale psychédélique, réalisée par l’artiste Louis Delsarte, en passant par The Haçienda, un ancien entrepôt de Manchester, réaménagé en 1982, au Trésor berlinois installé en 1991 dans les anciennes chambres fortes du sous-sol de l’ancien magasin Wertheim, les architectures et décors post-modernes et post-industriels se suivent et ne se ressemblent pas dans une fresque aux styles éclectiques. Tandis qu’à Ibiza, la fête bat aussi son plein    



Exposition :

Night fever. Designing Club Culture 1960 - Today

ADAM -  Brussels Design Museum


Jusqu’au 5 mai 2019

Place de Belgique

1020 Bruxelles

Belgique

www.adamuseum.be



L’entrée de l’exposition, Night fever. Designing Club Culture 1960 – Today, sans videur ni portier, fait penser à l’entrée d’un vrai club.

L’entrée de l’exposition, Night fever. Designing Club Culture 1960 – Today, sans videur ni portier, fait penser à l’entrée d’un vrai club.
©DRVincent Everarts




Module 400 N°3, chaise conçue pour la boîte nuit parisienne Le Garage qui n’a jamais vu le jour ni la nuit ! Création Roger Tallon, 1965, Vitra Design Museum.

Module 400 N°3, chaise conçue pour la boîte nuit parisienne Le Garage qui n’a jamais vu le jour ni la nuit ! Création Roger Tallon, 1965, Vitra Design Museum.
©Thomas Dix




Intérieur du Bamba Issa, avec thème de l’oasis dans le désert, situé dans la station balnéaire de Forte dei Marmi, création Gruppo UFO en 1969.

Intérieur du Bamba Issa, avec thème de l’oasis dans le désert, situé dans la station balnéaire de Forte dei Marmi, création Gruppo UFO en 1969.
©Carlo Bachi




En 1996-97, vue intérieure de Trésor, premier club techno de Berlin, installé dans les chambres fortes d’un grand magasin berlinois. Les portes à barreaux et les anciens coffres-forts muraux ont été conservés.

En 1996-97, vue intérieure de Trésor, premier club techno de Berlin, installé dans les chambres fortes d’un grand magasin berlinois. Les portes à barreaux et les anciens coffres-forts muraux ont été conservés.
©Gustav Volker Heuss




En 1996, extérieur de Trésor, construit sur la Peipziger Strasse de Berlin dans les années 1980.

En 1996, extérieur de Trésor, construit sur la Peipziger Strasse de Berlin dans les années 1980.
©Martin Eberle, séries Temporary Paces




Dans l’exposition, Night fever. Designing Club Culture 1960 – Today, chaise Piper en fibre de verre laquée noire et structure tubulaire en acier chromé, création Pietro Derossi et Giorgio Ceretti en 1966. Autre siège rose bonbon, modèle Akiko Chair, création Gianni Arnudo pour Paolina B. en 1982. Pièces fabriquées par Gufram.

Dans l’exposition, Night fever. Designing Club Culture 1960 – Today, chaise Piper en fibre de verre laquée noire et structure tubulaire en acier chromé, création Pietro Derossi et Giorgio Ceretti en 1966. Autre siège rose bonbon, modèle Akiko Chair, création Gianni Arnudo pour Paolina B. en 1982. Pièces fabriquées par Gufram.
©DRVincent Everarts




Intérieur de The Haçienda, avec peinture en bleu-gris glacé sur les murs et le sol, bandes de signalisation noires et jaunes voyantes, bornes blanches et noires pour accentuer le look industriel. Création de Ben Kelly.

Intérieur de The Haçienda, avec peinture en bleu-gris glacé sur les murs et le sol, bandes de signalisation noires et jaunes voyantes, bornes blanches et noires pour accentuer le look industriel. Création de Ben Kelly.
©ADAM Courtesy Ben Kelly




On ne peut ne pas évoquer le film culte Saturday night fever et les décors de lumière du dancefloor qui révèlent la sublime chorégraphie de l’acteur John Travolta.

On ne peut ne pas évoquer le film culte Saturday night fever et les décors de lumière du dancefloor qui révèlent la sublime chorégraphie de l’acteur John Travolta.
©DRVincent Everarts