Le Pôle Média LVMH signé par Ora Ito

Agnès Zamboni
Dans le 15ème arrondissement à Paris, les nouveaux bureaux du Pôle Média LVMH, qui abritent les journaux Le Parisien et Les Echos sont desservis par un escalier biomorphique au dessin unique.
Le hall d’entrée du Pôle Média LVMH est transpercé par le mouvement d’un fantastique escalier.

Le hall d’entrée du Pôle Média LVMH est transpercé par le mouvement d’un fantastique escalier.
©We Are Contents


Un escalier monumental



Alors que l’hôtel Yooma réalisé avec la complicité de Daniel Buren a ouvert ses portes avant l’été et que l’architecture entièrement revue du nouveau Pathé Wepler sera bientôt dévoilée aux parisiens, Ora Ito confirme sa vision urbaine singulière avec des projets entrepris à différentes échelles d’intervention. Dans le pavillon lumineux du Pôle Média LVMH, un escalier au dessin inédit, véritable colonne vertébrale de l’espace s’élève sur 4 niveaux : « Je voulais que cet escalier soit la pièce maîtresse du bâtiment…Une chimère gigantesque, mi-baleine et mi-serpent, dans laquelle on peut s’engouffrer, qui vous happe et vous recrache au bon étage », résume le designer.



« Une créature qui ondule dans l’espace pour le structurer et l’envahir ».

« Une créature qui ondule dans l’espace pour le structurer et l’envahir ».
©We Are Contents




Une rénovation totale



Ora Ito a également conçu les parties communes de l’ensemble du projet 10 Grenelle, à la même adresse, un projet immobilier qui s’étend sur plus de 30 000 m² carrés avec 30 niveaux, dont ce pavillon dédié au pôle média LVMH. Les deux immeubles construits dans les années 1950 sur les plans de l'architecte Pierre Dufau, boulevard de Grenelle à Paris, viennent d’être entièrement rénovés et restructurés par l'agence B architecture avec des façades blanches ponctuées par du métal blanc perforé. L’architecte Véra Matovic a dessiné un accès facile et fluide en inversant les flux du site avec une entrée désormais située boulevard de Grenelle. Ce nouvel accès s’associe avec un pavillon d’accueil enveloppé d’acier Corten, nouvellement créé. Et la décoration confiée au designer Ora Ito offre harmonie et personnalité à l’ensemble des espaces communs.



La structure en panneaux de bois qui laissent passer la lumière évite l’effet de masse et offre un graphisme aérien.

La structure en panneaux de bois qui laissent passer la lumière évite l’effet de masse et offre un graphisme aérien.
©We Are Contents




Une collaboration avec Kosac



Il faut aussi nommer et féliciter le fabricant français Kozac qui a réalisé avec brio ce véritable chef-d’œuvre d’escalier. C’est en 2015 que Fabrice Liogier, créateur et dirigeant de la marque Kozac rencontre Ora Ito. Ensemble, ils conjuguent technicité et imagination pour mettre au point une nouvelle vision de l’escalier design. Ce projet ambitieux et sur mesure montre bien que « l’escalier vient dépasser l’architecture ». Tandis que « les bureaux sont volontairement minimaux, calmes, fonctionnels sans signes décoratifs trop présents. Les détails soignés sont là pour se faire oublier », rajoute Ora Ito.



Sites internet :

Kozac :
www.kozac.fr

Ora Ito : www.ora-ito.com



Ora-Ito a dessiné les éléments structurants de l’escalier avec B architecture et ils ont imaginé ensemble la matérialité de l’enveloppe de ses éléments.

Ora-Ito a dessiné les éléments structurants de l’escalier avec B architecture et ils ont imaginé ensemble la matérialité de l’enveloppe de ses éléments.
©We Are Contents




L’escalier à la structure paramétrique capture le regard avec une forme qui rappelle le squelette d’un dinosaure.

L’escalier à la structure paramétrique capture le regard avec une forme qui rappelle le squelette d’un dinosaure.
©We Are Contents




Surprise visuelle pour les occupants et les visiteurs, l’escalier en bois sculptural gravite sur 4 étages comme un grand corps qui s’élève dans le bâtiment et se prête à diverses fonctions dans plusieurs espaces : la réception, le cloisonnement, la cantine et les murs de l’auditorium.

Surprise visuelle pour les occupants et les visiteurs, l’escalier en bois sculptural gravite sur 4 étages comme un grand corps qui s’élève dans le bâtiment et se prête à diverses fonctions dans plusieurs espaces : la réception, le cloisonnement, la cantine et les murs de l’auditorium.
©We Are Contents




« La seule surprise pour l’œil des collaborateurs et des visiteurs est dans cette corps immense qui s’élève à travers le bâtiment et se diffracte en différentes fonctions dans plusieurs espaces : borne d’accueil, claustras, parois de la cantine et de l’amphithéâtre ».

« La seule surprise pour l’œil des collaborateurs et des visiteurs est dans cette corps immense qui s’élève à travers le bâtiment et se diffracte en différentes fonctions dans plusieurs espaces : borne d’accueil, claustras, parois de la cantine et de l’amphithéâtre ».
©We Are Contents




L’escalier se déroule comme un maelstrom dans un environnement de bureaux volontairement apaisé.

L’escalier se déroule comme un maelstrom dans un environnement de bureaux volontairement apaisé.
©We Are Contents