Dans la vallée…une maison en pente douce

Agnès Zamboni
D’un terrain de forte déclivité en Alsace, l’architecte DPLG Laurent Kauffmann a fait un atout pour construite une maison contemporaine THPE (Très Hautes Performances Énergétiques) qui se pose sur le sol, parfaitement intégrée à la nature.
La maison s'intègre parfaitement au terrain en pente douce.

La maison s'intègre parfaitement au terrain en pente douce.
©Alain-Marc Oberlé

Un projet affirmé:


Il devait respecter le profil du terrain existant en pente, être très peu modifié, et la végétation existante devait aussi être conservée. L’architecte DPLG Laurent Kauffmann a dessiné deux corps de bâtiment dont le premier, en rez-de-chaussée, s'implante perpendiculairement et en recul d'environ 10 mètres par rapport à la voirie pour aménager des places de stationnement. Le second niveau, en rez-de-jardin, situé sous le premier, est positionné parallèlement à la voirie.


La maison dessine deux volumes simples de forme parallélépipédiques avec deux terrasses accessibles du rez-de-chaussée.

La maison dessine deux volumes simples de forme parallélépipédiques avec deux terrasses accessibles du rez-de-chaussée.
©Alain-Marc Oberlé


Une construction respectueuse du site


Située en Alsace, le calcul des pentes de toiture de cette maison a été réalisé en fonction de l’enneigement moyen. L’architecte a réussi à préserver tous les arbres et les bosquets existants. Seuls ont été enlevés, ceux qui ont gêné l'accès aux véhicules de chantier, lors des travaux. Les bosquets, outre leur qualité esthétique, ferment physiquement le site et assurent le rôle de clôture non obligatoire dans cette zone.


La construction, en camaïeu de gris, s’immisce de façon très discrète dans le site avec des matériaux naturels et des couleurs sobres, en accord avec les usages de la région. Et même les menuiseries extérieures, en aluminium laqué reprennent un gris anthracite (RAL 7012) qui s’accorde avec les teintes de l’ardoise. Pour le chauffage on a choisi un système géothermique sur captage horizontal (des serpentins où on fait circuler de l’eau sont enterrés à 1 mètre sous terre, sur une surface équivalente au double de la surface de la maison). L’eau récupère les calories du sol, passe par la pompe à chaleur, puis est distribuée dans le réseau du plancher chauffant de la maison.


La cuisine épurée, à la fonctionnalité discrète, dessine un linéaire de placards.

La cuisine épurée, à la fonctionnalité discrète, dessine un linéaire de placards.
©Alain-Marc Oberlé


Un jeu en deux volumes


Un premier volume accueille l’entrée, le garage, le bureau, une salle d’eau et les chambres d’enfant. En ossature bois, il est encadré par deux terrasses en Ipé qui reposent sur le second volume, tout en béton, abritant les pièces de vie (cuisine et séjour), mais aussi la chambre des parents. Mono-orienté plein est, il est encastré dans le terrain et offre, à travers une baie vitrée de 12 mètres de long, une vue à couper le souffle sur la campagne environnante. Le volume gobal est traité comme une pierre taillée en pointe de diamant, avec des pentes plus douces, et un seul matériau, l’ardoise, pour les façades et toitures.


Une grande pièce à vivre occupe le second volume, en contrebas, là où la prairie naturelle est intacte.

Une grande pièce à vivre occupe le second volume, en contrebas, là où la prairie naturelle est intacte.
©Alain-Marc Oberlé


Descriptif technique :

SHON : 146 m²

Année de construction : 2010

Coût de construction : 260 000 €

Etude : 6 mois

Travaux : 10 mois

Performances énergétiques : maison THPE (Très Hautes Performances Energétiques)


Réalisation :

Kauffmann & Wassmer architectes

Laurent Kauffmann, architecte DPLG et Hélène Kauffmann, technicien métreur–dessinateur

52, rue du Prunier

68000 Colmar

Tél. : 03 89 23 78 42

Mail : kwarchitectes@wanadoo.fr

Site internet : www.kwarchitectes.com