A Sucy-en-Brie, une maison en bois certifiée de Qualité Environnementale

Agnès Zamboni
L’architecte Mélanie Lallemand Flucher a conçu cette habitation en bois certifié aux lignes simples où il fait bon vivre et travailler.
Sur le sol au dénivelé de 3,20 mètres, très ombragé, on a créé une palissade en bois dont l’ouverture graduelle évite le vis-à-vis, sans briser la vue sur la nature environnante. Comme un chemin, elle rejoint la rivière.

Sur le sol au dénivelé de 3,20 mètres, très ombragé, on a créé une palissade en bois dont l’ouverture graduelle évite le vis-à-vis, sans briser la vue sur la nature environnante. Comme un chemin, elle rejoint la rivière.
©Hélène Hilaire


Une demande particulière pour une maison en bois



Sur un terrain doté d’une forte pente, avec zone arborée et rivière en contrebas, l’architecte Mélanie Lallemand Flucher a réalisé une construction moderne et originale qui s’inscrit dans son environnement, tout en répondant aux attentes de ses clients. Les Maîtres d’Ouvrage souhaitaient une maison qui conjugue usage professionnel (pour un couple avec des activités différentes) et usage personnel. L’architecte a proposé un volume composé d’un étage pour les pièces à vivre (cuisine, salle à manger, salon...), de 4 chambres regroupées sur un plateau différent, d’un atelier d’artiste de 20 m², d’un bureau pour une profession libérale et une salle d’attente. Le résultat offre une construction sur trois niveaux, déclinée sur la base de deux volumes rectangulaires.



Le bardage horizontal est composé de planches étroites en pin naturel (pose bord à bord) et de planches larges
en mélèze (pose à clin). La maison est ouverte sur le jardin grâce à un jeu subtil d’ouvertures, de pleins et de vides. Les terrasses en acier laqué prolongent l’habitation pour devenir l’été des pièces à part entière.

Le bardage horizontal est composé de planches étroites en pin naturel (pose bord à bord) et de planches larges
en mélèze (pose à clin). La maison est ouverte sur le jardin grâce à un jeu subtil d’ouvertures, de pleins et de vides. Les terrasses en acier laqué prolongent l’habitation pour devenir l’été des pièces à part entière.
©Hélène Hilaire




Tout pour le développement durable



« Doré à l’est et argenté à l’ouest, le bardage de la façade, travaillé avec deux essences de bois et deux mises en œuvre différentes, identifie les deux volumes et donne à chacun relief ou vibration selon la lumière. Les percées apportent clarté et chaleur dans cette maison caressée par l’ombre portée des feuillages de la forêt voisine », raconte Mélanie Lallemand Flucher.



La structure sobre met en avant les éléments naturels et durables (poêle à bois, terrasse métallique, parquet, escalier et bibliothèque en bois). Les transitions entre l’intérieur et l’extérieur ont été habilement gérées avec une terrasse suspendue, qui prolonge naturellement les pièces à vivre grâce à deux grandes baies vitrées à galandages situées en angle. L’été, la terrasse devient une véritable pièce de la maison. L’hiver, elle se transforme en patio lumineux. Côté environnement, l’enveloppe de la maison est performante sur le plan de l’isolation et de l’étanchéité à l’air (membrane étanche à l’air, côté intérieur). Un soin particulier a été appliqué au traitement des ponts thermiques. Le chauffage est assuré par une chaudière à condensation avec ventilation VMC hygro-réglable. Un système de récupération des eaux de pluie complète l’ensemble.



La cuisine s’intègre parfaitement dans l’espace avec un bar en bois clair qui délimite la zone de préparation des repas. Ouverte sur la salle à manger, elle conserve son intimité grâce à un jeu de volumes, couleurs et matières. Les éléments techniques
et les nombreux rangements sont dissimulés pour respecter la pureté des lignes
que l’éclairage accentue.

La cuisine s’intègre parfaitement dans l’espace avec un bar en bois clair qui délimite la zone de préparation des repas. Ouverte sur la salle à manger, elle conserve son intimité grâce à un jeu de volumes, couleurs et matières. Les éléments techniques
et les nombreux rangements sont dissimulés pour respecter la pureté des lignes
que l’éclairage accentue.
©Hélène Hilaire




Une communication aisée



Dès le seuil de la maison, le regard est guidé par une double perspective : à droite vers l’escalier et le premier étage, au centre vers le point de fuite lumineux, la terrasse et le jardin. Et dans cette maison où il fait bon vivre en toutes saisons, l’architecte Mélanie Lallemand Flucher a réduit les zones de circulation avec, notamment, un niveau principal de 80 m² où les espaces s’enchainent en toute fluidité… Presque parfaite ?



Conception et réalisation : Mélanie Lallemand Architectures

Techniques et structures : Pascale Lardat Architecte

Contact : Mélanie Lallemand Architectures

34, rue de l’Hermet

93400 Saint-Ouen

Tél. : 01 40 12 88 39  

Mail : agence@melanielallemandarchitectures.com

www.melanielallemandarchitecture.com



La maison, construite sur un terrain de 500 m², offre 209 m² de surface habitable, plus un sous-sol et des terrasses de 31 m². Le travail des volumes et leur valorisation sont les dénominateurs communs de tout l’aménagement de la maison.

La maison, construite sur un terrain de 500 m², offre 209 m² de surface habitable, plus un sous-sol et des terrasses de 31 m². Le travail des volumes et leur valorisation sont les dénominateurs communs de tout l’aménagement de la maison.
©Mélanie Lallemand Architectures




Plan du rez-de-jardin qui accueille un espace professionnel totalement indépendant des pièces de vie privées situées aux niveaux supérieurs.

Plan du rez-de-jardin qui accueille un espace professionnel totalement indépendant des pièces de vie privées situées aux niveaux supérieurs.
©Mélanie Lallemand Architectures




Plan du  rez-de-chaussée côté rue qui accueille les pièces de vie communes et un atelier de travail pour l’un des propriétaires.

Plan du rez-de-chaussée côté rue qui accueille les pièces de vie communes et un atelier de travail pour l’un des propriétaires.
©Mélanie Lallemand Architectures




Plan de l'étage et troisième niveau d’habitation qui réunit les chambres parents et enfants, les salles de bains et le dressing. À cet étage, les pièces sont à nouveau agencées autour de l’escalier : d’un côté la suite parentale, de l’autre les trois chambres d’enfant avec leur salle de bains. Les pièces d’eau se superposent dans un bloc central qui simplifie l’organisation des gaines techniques et limite les coûts.

Plan de l'étage et troisième niveau d’habitation qui réunit les chambres parents et enfants, les salles de bains et le dressing. À cet étage, les pièces sont à nouveau agencées autour de l’escalier : d’un côté la suite parentale, de l’autre les trois chambres d’enfant avec leur salle de bains. Les pièces d’eau se superposent dans un bloc central qui simplifie l’organisation des gaines techniques et limite les coûts.
©Mélanie Lallemand Architectures




En cours de chantier : les lignes horizontales du bardage extérieur sont brisées par des ouvertures franches et asymétriques.

En cours de chantier : les lignes horizontales du bardage extérieur sont brisées par des ouvertures franches et asymétriques.
©Mélanie Lallemand Architectures




En cours de chantier : les murs du RDC + 1 d’une épaisseur totale de 325 mm sont réalisés en ossature bois (ép. : 150 mm avec isolation laine de verre dans l’épaisseur des murs et isolation extérieure en fibre de bois ép. : 80 mm).

En cours de chantier : les murs du RDC + 1 d’une épaisseur totale de 325 mm sont réalisés en ossature bois (ép. : 150 mm avec isolation laine de verre dans l’épaisseur des murs et isolation extérieure en fibre de bois ép. : 80 mm).
©Mélanie Lallemand Architectures




L’une des chambres d’enfant à la fenêtre orientée vers la zone arborée est dotée d’un lit cabane pour donner l’impression de dormir dans les arbres.

L’une des chambres d’enfant à la fenêtre orientée vers la zone arborée est dotée d’un lit cabane pour donner l’impression de dormir dans les arbres.
©Hélène Hilaire




La mosaïque de la salle de bains parentale dans les tons vert, brun et miel renvoie aux couleurs de la végétation extérieure. La pièce est éclairée par une large ouverture zénithale, tandis qu’une fenêtre en hauteur laisse entrer la nature dans la pièce.

La mosaïque de la salle de bains parentale dans les tons vert, brun et miel renvoie aux couleurs de la végétation extérieure. La pièce est éclairée par une large ouverture zénithale, tandis qu’une fenêtre en hauteur laisse entrer la nature dans la pièce.
©Hélène Hilaire




Situé dans l’axe de l’entrée, l’escalier bibliothèque en chêne porte le regard
à la verticale et agrandit l’espace
du salon. Au premier étage la passerelle à claire-voie prolonge les vues et les flux de lumière.

Situé dans l’axe de l’entrée, l’escalier bibliothèque en chêne porte le regard
à la verticale et agrandit l’espace
du salon. Au premier étage la passerelle à claire-voie prolonge les vues et les flux de lumière.
©Hélène Hilaire