Le campus d’HEC repensé de A à Z

Francis van de Walle
Le campus de la fameuse école de commerce HEC, est plus qu’un lieu d’études pour les managers de demain, il reste ouvert vers la lumière au sein d’une forêt sur le plateau de Saclay. C’est une véritable ville internationale avec son hôtel et son supermarché à sa lisière, où cohabitent quelques 130 nations différentes. Fort de la richesse de son passé qui a avancé au fil des évolutions de la vie moderne, dont l’impact de mai 68, HEC respecte toujours son ADN premier autour du partage de connaissance pluridisciplinaires au plus grand nombre, dont de nombreux boursiers. Un livre « HEC, un modèle d’évolution » sort au mois de mai, à la librairie Volume. Il explique en détail son esprit et son architecture au centre de la vie des étudiants..
Un chantier colossal de 20 800 m² avec la réhabilitation de 916 logements et la construction de 96 logements neufs pour étudiants sur le campus d’HEC à Jouy-en-Josas.

Un chantier colossal de 20 800 m² avec la réhabilitation de 916 logements et la construction de 96 logements neufs pour étudiants sur le campus d’HEC à Jouy-en-Josas.
©Cyrille Weiner


La France excelle par ses grandes écoles qui en font sa réputation à travers le monde, depuis plusieurs siècles. Les premières grandes écoles ont été créées par l'État français, au milieu du XVIIIe siècle, dont le but est de fournir les cadres techniques et militaires aux grands corps de l'État. La création d’établissements supérieurs désignés comme grandes écoles a commencé à la fin du xxe siècle sous l'influence d'une association, appelée Conférence des grandes écoles, créée en 1973 avec la participation de onze écoles supérieures d'ingénieurs, auxquelles s'étaient jointes l'École des hautes études commerciales, le fameuse école HEC, qui va étendre ce titres aux écoles supérieures de commerce. La plus grande part de ces écoles de commerce sont situées dans le centre des grandes villes. Pour se différencier, HEC sera donc une oasis de culture au milieu de la végétation du plateau de Saclay.   



La maîtrise d’œuvre du nouveau chantier est confiée à Martin Duplantier Architectes, tandis que les zones vertes sont imaginées par Debarre Paysagiste.

La maîtrise d’œuvre du nouveau chantier est confiée à Martin Duplantier Architectes, tandis que les zones vertes sont imaginées par Debarre Paysagiste.
©Cyrille Weiner




Contrairement à la majorité des autres grandes universités qui dispensent sur un même site géographique, toutes les formations académiques, techniques et professionnelles supérieures, les grandes écoles françaises ont chacune leur spécificité ; HEC en fait partie.



La mise à jour de ce modèle moderniste imaginé dans les années 1960 nécessite avant tout de retrouver la force de son identité originelle. Car les ingrédients initiaux sont aussi le creuset d'une architecture évolutive et réappropriable.

La mise à jour de ce modèle moderniste imaginé dans les années 1960 nécessite avant tout de retrouver la force de son identité originelle. Car les ingrédients initiaux sont aussi le creuset d'une architecture évolutive et réappropriable.
©DR




L’école de commerce HEC ouvre ses portes en 1881 avec la première révolution industrielle, de la fin du XIXème siècle, et l’éclosion du capitalisme, sous l’impulsion de la chambre de commerce de Paris. Elle restera sous sa direction jusqu’en 2016. Elle est installée dans un premier temps, dans le 17ème arrondissement entre le boulevard Malherbes et la rue de Tocqueville. Sa vocation première est d’être au commerce, ce que l’Ecole Centrale est à l’industrie, deux disciplines naissantes en cette période de grands changements des échanges mondiaux. Il faudra attendre la fin de la seconde guerre mondiale et la volonté de l’état français d’apporter du sang neuf issu des Etats Unis, où fleurissent les grandes universités… de grands campus où la jeunesse américaine se doit de passer pour accéder aux postes d’un monde nouveau.



En 1958, la méthode des cas, née à Harvard dans les années 1950, est généralisée à toutes les matières, et le niveau du corps professoral est amélioré par le recrutement de titulaires de MBA américains. L’état français voit grand pour les futurs dirigeants de ses grandes entreprises, et sous l’impulsion du Général de Gaulle, HEC déménage à Jouy-en-Josas.  Le Président de la République inaugure le nouveau site le 9 juillet 1964. Il existe depuis sa construction un esprit de cohabitation ; ainsi les premiers logements disposent d’une douche commune entre deux studios, une proximité qui crée des liens forts entre étudiants qui s’appellent « camarades » une fois diplômés. Un système de connexions entre ex HEC qui joue lieu de réseau sociaux. De nombreux secteurs ont leur club de réflexions signé HEC Paris.    



Les amphithéâtres des année 1960 sont remplacés par de nouveaux auditoriums hyper confortables avec un accent particulier autour de l’acoustique.

Les amphithéâtres des année 1960 sont remplacés par de nouveaux auditoriums hyper confortables avec un accent particulier autour de l’acoustique.
©DR




Le décor est planté, quid d’HEC d’aujourd’hui et de demain ?



Afin de projeter le campus vers l’avenir, David Chipperfield Architects (UK) et Martin Duplantier Architectes (F) travaillent sur l’aménagement et la projection du site vers le futur pour devenir un modèle de l’enseignement et d’études de demain. Martin Duplantier est passé par HEC, (ce qui est très rare) avant d’entamer ses études d’architecte ; il connait donc mieux que quiconque le Campus. En tant que fils d’architectes, Martin, parle de son métier avec passion, sans oublier une pointe de folie dans ses yeux lorsqu’il évoque son projet en cours de réalisation à Zang Jia Jie (Chine) autour de ponts et de pavillons dans le décor extraterrestre d’Avatar. Une autre façon de construire en respectant la mère nature…  



Inspirées par Le Corbusier, les zones de rencontres sous les pilotis soutiennent des logements des étudiants.

Inspirées par Le Corbusier, les zones de rencontres sous les pilotis soutiennent des logements des étudiants.
©DR




Aujourd’hui Martin Duplantier, en plus d’animer son bureau d’études installé dans le XXème arrondissement de Paris, enseigne dans plusieurs universités du monde entier, ambassadeur de l’architecture à la française. Il est également, le président de l’association AMO qui rassemble des milliers d’acteurs de la fabrique de la ville. Son équipe et lui-même ont travaillé sur le quartier de la cité radieuse de Marseille signée Le Corbusier. Son travail sur le campus d’HEC s’en ressent ; on y retrouve des concepts issus du travail du célèbre architecte, comme ces zones de rencontres sous les pilotis qui soutiennent des logements des étudiants, ces couloirs avec une lumière omniprésente aux couleurs vives, et des amphithéâtres hyper confortables avec un accent particulier autour de l’acoustique. Les étudiants nombreux doivent pouvoir se croiser facilement entre deux cours, ou se regrouper pour travailler par petits groupes. Prochaine étape pour le campus : créer un cœur de vie plus central où les étudiants pourront se retrouver le temps d’un café…. Un peu comme la cuisine qui était au fond du couloir et qui est maintenant le lieu de vie de la famille. 



Enrichi d’images historiques, le livre de Christian Hottin explique clairement comment, à partir de 1958, HEC choisit de sortir du périmètre de Paris intramuros à la recherche d’une possibilité d’enseignement plus en phase avec les formes d’apprentissage modernes.

Enrichi d’images historiques, le livre de Christian Hottin explique clairement comment, à partir de 1958, HEC choisit de sortir du périmètre de Paris intramuros à la recherche d’une possibilité d’enseignement plus en phase avec les formes d’apprentissage modernes.
©Cyrille Weiner




Dès le mois de mai 2019, un beau livre est édité pour tout savoir sur l’architecture des campus de l’avenir, en voici le pitch…. Le texte de Christian Hottin, enrichi d’images historiques, explique clairement comment, à partir de 1958, HEC choisit de sortir du périmètre de Paris intramuros à la recherche d’une possibilité d’enseignement plus en phase avec les formes d’apprentissage modernes. Soixante ans après, le mode de vie sur le campus imaginé par René-André Coulon nécessite des rénovations et des innovations. La résidence pour étudiant, dans son sens moderniste d’« Existenz minimum », devient l’objet d’une nouvelle expérimentation  La conversation entre Martin Duplantier et Virginie Picon-Lefebvre restitue la genèse, la conception et la création de ce projet de résidences étudiantes. Les mots de Peter Todd, directeur général de HEC, renforcent le discours spatial élaboré par l’architecte. Ensuite, la lecture et la critique du concept de campus par Francesco Zuddas font dialoguer cette expérience française avec d’autres cas d’étude, dans une perspective historique et sociale élargie. Enfin, David Chipperfield s’interroge sur la façon dont l’architecture peut devenir un modèle pour élaborer l’enseignement du futur, l’ambition de cet ouvrage étant de prendre le prétexte du campus HEC pour proposer une réflexion plus large sur la conception contemporaine des espaces d’étude et de travail.



Le campus HEC est un porte-avion ancré dans le territoire francilien : accueillant une population internationale et largement connectée, sa distance par rapport à la ville rend ce "campus habité" tout à fait particulier.

Le campus HEC est un porte-avion ancré dans le territoire francilien : accueillant une population internationale et largement connectée, sa distance par rapport à la ville rend ce "campus habité" tout à fait particulier.
©DR




Les images de Cyrille Weiner, rythmant la succession des contenus du livre, essaient de définir visuellement cette dimension territoriale en focalisant l’attention sur un exemple concret : le site de Jouy-en-Josas de l’École des hautes études commerciales (HEC). Les images soulignent l’évolution des modes de vie dans le campus universitaire, en focalisant l’attention sur Jouy-en-Josas comme paradigme français. HEC est en effet l’une des institutions françaises qui se situe à l’avant-garde de l’expérimentation des modèles d’enseignement informel favorisés par l’organisation du campus ;



HEC est en route vers son futur….



Coupe longitudinale du bâtiment de logements neufs.

Coupe longitudinale du bâtiment de logements neufs.
©Martin Duplantier Architectes




Le campus HEC est un porte-avion ancré dans le territoire francilien : accueillant une population internationale et largement connectée, sa distance par rapport à la ville rend ce "campus habité" tout à fait particulier. Qu'apprend-t-on de mieux dans ces conditions de vase clos relatif ? En quoi le frottement social et pédagogique, la proximité dans la durée, peut-elle influer sur l'architecture et créer les conditions d'un apprentissage intense et pertinent dans le monde hyper connecté contemporain ? 



La mise à jour de ce modèle moderniste imaginé dans les années 1960 nécessite avant tout de retrouver la force de son identité originelle. Car les ingrédients initiaux sont aussi le creuset d'une architecture évolutive et réappropriable.



Martin Duplantier Architecte

10 rue Henri Chevreau

75020 Paris

Tél. +33 1 42 81 48 42  

www.martinduplantier.com

News on : www.facebook.com/martin.duplantier.architectes

Plan d'étage du bâtiment de logements neufs.

Plan d'étage du bâtiment de logements neufs.
©Martin Duplantier Architectes




Coupe transversale du bâtiment de logements neufs.

Coupe transversale du bâtiment de logements neufs.
©Martin Duplantier Architectes




Plan de masse du campus HEC.

Plan de masse du campus HEC.
©Martin Duplantier Architectes