Surélévation d’un bâtiment administratif

Agnès Zamboni
Une reconversion atypique : 4 nouvelles petites maisons habillées de bois en lieu et place d’une barre d’immeuble en béton. L’histoire de la transformation d’un ancien bâtiment administratif des années 1950, une trésorerie, en 4 maisons individuelles, avec surélévation en bois.
Dans la volumétrie du bâtiment d’origine, les trois premières maisons occupent la même surface, tandis que la dernière est de taille supérieure, avec un plus grand jardin.

Dans la volumétrie du bâtiment d’origine, les trois premières maisons occupent la même surface, tandis que la dernière est de taille supérieure, avec un plus grand jardin.
©DR

Une situation privilégiée


 « Il s'agit d'un bâtiment administratif typique des années 1950-1960, transformé en 4 maisons de ville, avec une surélévation d'un étage en panneaux de bois massif prédécoupés en usine (KLH). Dès la conception du projet, la mairie de Versailles a été très réceptive, à notre proposition », racontent Benoit d’Halluin et Emmanuel Basse, responsables de la société ESPRIMM qui réalise en collaboration avec des architectes, des rénovations et des constructions individuelles et privées. Situé dans les plus belles rues de la commune de Versailles, le micro-quartier des Prés, entouré d’espaces verts protégés, le projet, inséré dans le cadre urbain, n’a malheureusement pas permis la création de  parking privé. Il comprenait une belle maison bourgeoise, qui a été simplement ravalée et divisée en appartements, sur laquelle s’appuyait une barre d’immeuble administratif en béton, où là, il fallait tout réinventer. 


L’ancien toit a été arasé, pour faire place à un nouveau volume en surélévation.

L’ancien toit a été arasé, pour faire place à un nouveau volume en surélévation.
©DR


4 petites maisons


Le PLU interdisait la destruction et la reconstruction du bâtiment en béton, donc on a juste conservé les 4 murs ». Chaque habitation indépendante en R + 2 a été conçue sur le même schéma : un rez-de-chaussée composé d’une grande pièce-à-vivre, avec chauffage au sol. La cuisine a été implantée sur ce premier plateau. Au premier étage, on a prévu deux chambres d’enfant accompagnées d’une salle de bains, et dans les combles rehaussés, une suite parentale, une grande chambre et sa salle de bains attenante. Un espace de hauteur limitée à 1,80 m, affecté au rangement, a aussi été aménagé ente le vide sanitaire et le sous-sol. « On ne pouvait pas toucher à l’extérieur, avec la mise en place éventuelle de volets, alors on a choisi la solution des stores intérieurs occultants ».


La surélévation est ponctuée par des hublots, qui accentuent son identité maritime.

La surélévation est ponctuée par des hublots, qui accentuent son identité maritime.
©DR


Une méthode efficace


Et le choix du bois s’est aussi imposé dès la conception de la surélévation, pour ses qualités de rapidité d’exécution. Mais aussi pour habiller d’un bardage le bâtiment qui a été isolé par l’extérieur, et dont l’identité a complètement changé.


 


Que pensez-vous de cette réhabilitation contemporaine, en plein centre ville de la commune de Versailles, fortement marquée par une architecture ancienne ?


Avec son nouveau manteau de bois, l’ancien bâtiment en béton a carrément changé de look ! Le bardage est composé de lames en sapin douglas massif (origine France, certificat PEFC), traité à cœur classe 3 (bardage Vibrato, chez Piveteau Bois).

Avec son nouveau manteau de bois, l’ancien bâtiment en béton a carrément changé de look ! Le bardage est composé de lames en sapin douglas massif (origine France, certificat PEFC), traité à cœur classe 3 (bardage Vibrato, chez Piveteau Bois).
©DR


Descriptif technique :

SHON : Au total, 867 m² composés d’une maison de style Napoléon III, divisée en appartements, d’une barre d’immeuble en béton d’une surface initiale de 250 m² et d’une surface finale de 450 m² divisée en 4 maisons de ville d’environ 100 m² chacune, avec jardin.

Année de création : 2011/2012.

Durée de l’étude : Non communiquée

Durée du chantier : 14 mois

Montant des travaux : 2 500 € HT /m²

Dispositif énergétique : inchangé après travaux, gaz pour la maison de style Napoléon III, électrique, pour les 4 maisons individuelles.

Performances énergétiques : non communiquées.


Conception :

ESPRIMM

28, rue du Rocher, 75008 Paris.

Benoit d’Halluin

Tél. : 06 74 44 66 59

Emmanuel Basse

Tél. : 06 11 99 70 10

Mail : parinfonc@wanadoo.fr


Réalisation :

Didier Zozio Architecture

Didier Zozio architecte DPLG

2, rue de Lancry

75010 Paris

Tél. : 01 40 18 48 45

Mail : azozio@mac.com

www.zozio.fr


Entreprise Battais et Fils : www.battais-couverture.fr


Piveteau bois : www.piveteaubois.eu


 


La surélévation a été mise en place en 15 jours, avec un monte-charge.

La surélévation a été mise en place en 15 jours, avec un monte-charge.
©DR


La charpente du nouveau toit composée d’arceaux et d’entre-poutres a été prédécoupée en usine (réalisation Entreprise Battais et Fils)

La charpente du nouveau toit composée d’arceaux et d’entre-poutres a été prédécoupée en usine (réalisation Entreprise Battais et Fils)
©DR


Reprise de la dalle de répartition, qui va accueillir la structure bois de la surélévation.

Reprise de la dalle de répartition, qui va accueillir la structure bois de la surélévation.
©DR


Le bâtiment à mono-façade a été optimisé au point de vue de ses ouvertures, avec la création d’une faille verticale au niveau de l’escalier. La lumière pénètre aussi à l’intérieur, grâce à la mise en place de Velux, côté arrière.

Le bâtiment à mono-façade a été optimisé au point de vue de ses ouvertures, avec la création d’une faille verticale au niveau de l’escalier. La lumière pénètre aussi à l’intérieur, grâce à la mise en place de Velux, côté arrière.
©DR


Un jeu alternant bardage vertical et horizontal permet d’identifier chaque maison, séparée aussi par un capotage. Sous le revêtement en douglas, on a posé un isolant.

Un jeu alternant bardage vertical et horizontal permet d’identifier chaque maison, séparée aussi par un capotage. Sous le revêtement en douglas, on a posé un isolant.
©DR