Terra Mundi, un emblème urbain de Lyon

Clément Martin
Lancé par Grand Lyon Habitat, le défi consiste à réaliser la construction d’un complexe aux multiples usages, qui puisse incarner l’image d’un quartier. Terra Mundi s’inscrit dans une ambition à l’échelle européenne, envisagé comme un carrefour social.
Envisagé comme un projet d’envergure, Terra Mundi est conçu sous la forme d’un fruit, dont l’ouverture des coques en terre cuite, révèle son cœur sous la forme d’une verrière. Une allégorie de la mixité des services du complexe et de la mixité sociale.

Envisagé comme un projet d’envergure, Terra Mundi est conçu sous la forme d’un fruit, dont l’ouverture des coques en terre cuite, révèle son cœur sous la forme d’une verrière. Une allégorie de la mixité des services du complexe et de la mixité sociale.
©DR

Développer un quartier autour de la mixité


Située sur l’îlot Villette, à Lyon, l’immeuble Terra Mundi est considéré dès le début du projet comme devant s’intégrer au tissu urbain. Bordant la future place de Francfort, il s’agit de réaliser un lieu, qui puisse devenir l’un des emblèmes forts de la capitale des trois Gaules. Grand Lyon Habitat lance ce défi de construire un lieu représentatif, qui puisse mettre en avant la mixité des services et des populations. L’ambition est de créer une image positive, une incarnation d’un carrefour à visée européenne. De ce fait, le programme entre dans le développement de la Part Dieu, dans l’est lyonnais, afin de désenclaver les quartiers et renouer avec des logements sociaux placés au cœur de la ville.


Pour faire la liaison entre les quatre coques, une verrière à été aménagées, afin de jouer sur la transparence et laisser pénétrer la lumière du soleil. Des panneaux photovoltaïques permettent de limiter la consommation d’énergie.

Pour faire la liaison entre les quatre coques, une verrière à été aménagées, afin de jouer sur la transparence et laisser pénétrer la lumière du soleil. Des panneaux photovoltaïques permettent de limiter la consommation d’énergie.
©DR


Un fruit de verre et de terre cuite


Devant ce défi, les architectes d’HTVS décident d’apporter leur réponse, en la soumettant à un jury, qui n’hésite pas à apporter adhésion. Pour assurer une parfaite intégration du bâti dans son milieu, l’ensemble de l’îlot Villette est envisagé dans sa globalité. Il s’agit de réunir les trois bâtiments, en une seule unité, mais en conservant l’autonomie de chacun. L’immeuble Terra Mundi est envisagé sur le principe de la symétrie avec quatre volumes identiques aux extrémités, caractérisés par une coque en terre cuite. Leur façade est dessinée dans une courbe, ce qui met en valeur la matière par un jeu de contrastes avec le plan vertical. Pour réunir les différents composants, les architectes jouent sur la transparence du verre, avec l’aménagement d’une verrière cintrée. L’idée des architectes se veut comme la représentation d’un fruit dont le cœur est visible par la séparation de sa coque.


Les architectes HTVS se sont tournés vers la terre cuite, pour offrir une enveloppe esthétique et performante à la construction. La matière est mise en valeur par un jeu de contrastes entre sa couleur rouge-orangé et le noir du plan.

Les architectes HTVS se sont tournés vers la terre cuite, pour offrir une enveloppe esthétique et performante à la construction. La matière est mise en valeur par un jeu de contrastes entre sa couleur rouge-orangé et le noir du plan.
©DR


Esthétique et performant


Terra Mundi est conçu comme une œuvre d’art. Il s’agit de créer un bâtiment au dessin élégant, où la courbe permet d’apporter de la douceur. Le jeu des couleurs sert à donner du rythme à la construction, avec la couleur rouge-orangé de la terre cuite qui vient contraster sur un arrière-plan noir et vitré. Pour laisser pénétrer la lumière naturelle, le verre est utilisé pour sa transparence, ce qui met à jour un cœur de bâtiments blancs. En outre, le choix de la terre cuite n’est pas un hasard, grâce aux qualités inhérentes de la matière. Disposée à l’extérieur, elle joue un rôle essentiel dans l’isolation, en évitant les ponts thermiques. En hiver, l’enveloppe offre une protection contre les pertes d’énergie, et absorbe les rayons du soleil en été, pour réguler la température intérieure. Sa durabilité dans le temps était un atout supplémentaire, qui assure la pérennité du projet. Dans une démarche écologique jusqu’au-boutiste, des panneaux photovoltaïques permettent de limiter la consommation d’énergie du complexe.


La façade nord du bâtiment présente un mur rideau à la forme galbée. Ce dessin autour de la courbe apporte un sentiment de douceur. L’élégance est au cœur du projet, pour une meilleure intégration dans le tissu urbain.

La façade nord du bâtiment présente un mur rideau à la forme galbée. Ce dessin autour de la courbe apporte un sentiment de douceur. L’élégance est au cœur du projet, pour une meilleure intégration dans le tissu urbain.
©DR


Descriptif technique :

SHON : 17 150 m2

Durée des travaux: de novembre 2010 à février 2011

Budget de construction : 43 millions d’euros


Réalisation :

HTVS architecture

Tél. : 04 72 53 67 20

Email : htvs@htvs.fr

2, rue de la Gare

69009 Lyon

www.htvs.fr


www.terreal.fr