Au Touquet, une maison à deux facettes

Agnès Zamboni
Baptisée la villa On Off par Alain Demarquette, l’architecte du projet, cette maison remplace avantageusement une habitation mal construite sur le même terrain. Sa singularité? Un visage différent en fonction de son orientation et une ré-interprétation actuelle et subtile de l’architecture balnéaire.
Côté nord, le second niveau de maison de 210 m² est coiffé d’un bardage en bois exotique (Woodstoxx à Menen) qui dessine une sorte d’écorce et enveloppe la moitié supérieure de son volume. Il est composé d’un plaquage de bois avec calepinage de lices qui intègrent les gouttières dans leur surépaisseur.

Côté nord, le second niveau de maison de 210 m² est coiffé d’un bardage en bois exotique (Woodstoxx à Menen) qui dessine une sorte d’écorce et enveloppe la moitié supérieure de son volume. Il est composé d’un plaquage de bois avec calepinage de lices qui intègrent les gouttières dans leur surépaisseur.
©Alain Demarquette


Raser plutôt que rénover



La villa existante ne correspondait pas aux besoins des propriétaires qui l’avait principalement choisie pour son emplacement, à proximité des pins et d’un îlot de verdure, cerné par le Village Suisse, le Westminster et le jardin d’Ypres. Le couple lillois, dont la femme était originaire du Touquet, avait envie d’y passer week-ends et vacances. La maison existante, construite dans les années 1970, offrait un dessin maladroit, une isolation défaillante, une cheminée encombrante... A l’extérieur, un jeu de toitures répondait, à l’intérieur, à des différences de niveaux qui brisaient les volumes. Plutôt que de rénover ce bâtiment, l’architecte Alain Demarquette a opté pour sa démolition totale, pure et simple, pour repartir de zéro et faire table rase du passé. Cette decision a été validée par l’Architecte des Bâtiments de France qui a compris la plus value esthétique du projet qu’il cite souvent en projet exemplaire de construction neuve et contemporaine pour la ville du Touquet. 



Les percements verticaux réinterprètent de façon contemporaine l’architecture des villas du bord de mer et ses ouvertures caractéristiques. A l’étage, ils correspondent aux salles de bains et toilettes.

Les percements verticaux réinterprètent de façon contemporaine l’architecture des villas du bord de mer et ses ouvertures caractéristiques. A l’étage, ils correspondent aux salles de bains et toilettes.
©Alain Demarquette




Ré-orienter la vie



Le volume principal de la nouvelle maison en L est implanté au nord du terrain de façon à dégager un maximum d’espace pour le jardin et bénéficier des apports de la lumière du sud. D’autre part, ce volume se prolonge en rez-de-chaussée, le long des limites séparatives, à l’ouest, vers le cœur d’îlot, pour libérer des vues sur le parc. Ainsi, la présence de la végétation est optimale de partout. Tandis que la façade nord est protégée de la rue par une parure boisée, ponctuée par des percements verticaux. L’ensemble des ouvertures forme une composition épurée et graphique. Je l’ai dessinée comme des notes posées sur un papier à musique », explique Alain Demarquette. Quant à la distribution de l’espace, elle est simple : au rez-de-chaussée, une grande pièce à vivre orientée vers le jardin, avec une chambre parentale au même niveau. Au second niveau, les chambres des enfants et une chambre d’ami, avec salles de bains. Et toutes les chambres sont également orientées vers le sud.   



Au Sud, le bardage disparaît, les baies vitrées s’élargissent et s’ouvrent largement vers la terrasse privative, en bois exotique imputrescible, une essence identique à celle utilisée pour le bardage.

Au Sud, le bardage disparaît, les baies vitrées s’élargissent et s’ouvrent largement vers la terrasse privative, en bois exotique imputrescible, une essence identique à celle utilisée pour le bardage.
©Alain Demarquette




Une réalisation modèle



« L’espace est doté de planchers chauffants dans toutes les pièces avec une chaudière à gaz basse consommation. Les murs de 30 cm d’épaisseur sont dotés d’isolant posé en applique. La volonté des propriétaires n’était pas de faire construire une habitation passive, mais elle est la plus intelligence possible et pourrait obtenir son niveau de performance », raconte Alain Demarquette qui a également accompagné ses clients dans leur choix judicieux de mobilier. “Seul bémol, le linteau qui coupe la verticalité du châssis vitré dans le salon. Il aurait pu être remplacé par un poteau métallique. Mais la propriétaire, sur les conseils de l’entrepreneur, n’ a pas choisi cette option”, raconte Alain Demarquette.



Contact :

Alain Demarquette :


4 bis, rue du Bastion

59400 Cambrai

Tél. : 03  27 37 87 84

Mail : ademarquette.architecte@gmail.com

www.ademarquette-architecte.com



www.woodstoxx.be

www.deltalight.com

www.bulthaup.com



Le bardage en bois exotique imputrescible et les ouvertures verticales font écho aux arbres de la pinède comme à l’architecture traditionnelle des maisons anciennes du Touquet.

Le bardage en bois exotique imputrescible et les ouvertures verticales font écho aux arbres de la pinède comme à l’architecture traditionnelle des maisons anciennes du Touquet.
©Alain Demarquette




A gauche, un oriel moderne en métal laqué blanc protège l’entrée, de l’intrusion de la pluie, fait entrer la lumière à l’intérieur et permet d’accéder à la cuisine. A droite, les percements verticaux suivent le mouvement dynamique de l’escalier intérieur. La parure en bois dissimule les descentes d’eau pluviale.

A gauche, un oriel moderne en métal laqué blanc protège l’entrée, de l’intrusion de la pluie, fait entrer la lumière à l’intérieur et permet d’accéder à la cuisine. A droite, les percements verticaux suivent le mouvement dynamique de l’escalier intérieur. La parure en bois dissimule les descentes d’eau pluviale.
©Alain Demarquette




Le salon s’ouvre sur la terrasse. Eclairage intégré Delta Light.

Le salon s’ouvre sur la terrasse. Eclairage intégré Delta Light.
©Alain Demarquette




Seul un linteau, mis en place pour des raisons de facilité, brise le grand châssis vitré vertical.

Seul un linteau, mis en place pour des raisons de facilité, brise le grand châssis vitré vertical.
©Alain Demarquette




La double hauteur sous plafond profite au salon. Les marches de l’escalier sont insérées dans la maçonnerie en béton grâce à une réservation, avec ossature et poutre en métal, qui compose une structure porteuse.

La double hauteur sous plafond profite au salon. Les marches de l’escalier sont insérées dans la maçonnerie en béton grâce à une réservation, avec ossature et poutre en métal, qui compose une structure porteuse.
©Alain Demarquette




La cheminée est parfaitement intégrée à l’architecture intérieure avec des rangements en partie haute.

La cheminée est parfaitement intégrée à l’architecture intérieure avec des rangements en partie haute.
©Alain Demarquette




Dans la cuisine, modèle B1 chez Bulthaup. Table en Solid Surface, imitant le marbre.

Dans la cuisine, modèle B1 chez Bulthaup. Table en Solid Surface, imitant le marbre.
©Alain Demarquette




La chambre parentale, située au rez-de-chaussée, dessine un volume ouvert telle une suite avec une salle de bains et un dressing dissimulé derrière une paroi.

La chambre parentale, située au rez-de-chaussée, dessine un volume ouvert telle une suite avec une salle de bains et un dressing dissimulé derrière une paroi.
©Alain Demarquette




La façade sud minérale et vitrée offre un autre visage et une vue sur le jardin.

La façade sud minérale et vitrée offre un autre visage et une vue sur le jardin.
©Alain Demarquette




La passerelle avec garde-corps vitré mène d’un côté, au domaine des enfants, déjà grands, de l’autre, à une chambre d’ami.

La passerelle avec garde-corps vitré mène d’un côté, au domaine des enfants, déjà grands, de l’autre, à une chambre d’ami.
©Alain Demarquette