A Paris, voyage chromatique au pays des contrastes de style

Agnès Zamboni
Dans cette ancienne usine, les architectes d’intérieur et décorateurs Marc Hertrich et Nicolas Adnet ont recréé un univers coloré qui reflètent leurs goûts éclectiques au parfum d’Asie.
Fresques sur portes de placard en 4 panneaux réalisés par l’artiste René Caussanel.

Fresques sur portes de placard en 4 panneaux réalisés par l’artiste René Caussanel.
©Studio MHNA


Au royaume des couleurs



Marc Hertrich et Nicolas Adnet ont aménagé en loft le plateau d’un ancien atelier. Mais ici pas de style industriel, mais des associations de couleurs vibrantes et des objets venus d’ailleurs qui bousculent les codes de la décoration classique. « Nous avons travaillés les teintes des peintures à la caséine à partir de gammes de couleurs existantes modifiées. Ce sont des peintures satinées mates avec un rendu mat proche de la chaux qui offrent aussi une grande profondeur. Même les tons foncés comme le violet sont lumineux. Et les couleurs au dosage adapté pour être plus ou moins denses ou plus ou moins sourdes captent parfaitement la lumière », précise Nicolas Adnet. Rose dragée gourmande pour la cuisine, zones de circulation en bleu charrette comme en Grèce, vert turquoise des mers du Pacifique pour la salle à manger…les meubles et objets décoratifs de provenances diverses se détachent sur ces murs peints qui sculptent l’espace.



Dans la salle à manger, photographie de Jacques Bosser représentant une geisha de dos. Flambeaux chinois utilisés comme bougeoirs. Sur l’étagère, série de petites statuettes en porcelaine chinoise évoquant l’empereur et sa cour. Sur la table, variation autour du thème du noir.

Dans la salle à manger, photographie de Jacques Bosser représentant une geisha de dos. Flambeaux chinois utilisés comme bougeoirs. Sur l’étagère, série de petites statuettes en porcelaine chinoise évoquant l’empereur et sa cour. Sur la table, variation autour du thème du noir.
©Studio MHNA




La poésie de l’insolite



Le talent de Marc Hertrich et Nicolas Adnet s’exprime aussi dans les associations d’objets et de meubles de styles très contrastés. Leur griffe et patte commune, que l’on retrouve dans toutes leurs réalisations d’hôtels, mêle contemporain et ancien avec brio, des influences ethniques diverses avec une prédilection pour l’Extrême-Orient. Mais l’alchimie personnelle que les décorateurs opèrent témoigne d’un savant dosage et équilibre pour ne pas tomber dans un esprit ethnique trop galvaudé. Ici, les objets insolites qui dialoguent entre eux ont été choisis pour évoquer aussi la richesse poétique des autres cultures.



Entre bleu Klein et bleu Majorelle, portes et murs du couloir qui mène à la chambre des maîtres des lieux. Les objets de décoration cultivent l’éclectisme comme dans un cabinet de curiosité. Bloc de cristal de roche, coffre en marqueterie de coquille d’œuf et sur la poignée de porte des colliers de l’Ile Maurice avec perles fabriquées à partir de pièces récupérées des naufrages.

Entre bleu Klein et bleu Majorelle, portes et murs du couloir qui mène à la chambre des maîtres des lieux. Les objets de décoration cultivent l’éclectisme comme dans un cabinet de curiosité. Bloc de cristal de roche, coffre en marqueterie de coquille d’œuf et sur la poignée de porte des colliers de l’Ile Maurice avec perles fabriquées à partir de pièces récupérées des naufrages.
©Studio MHNA




Un brin de sophistication



Difficile de trouver une définition pour qualifier le style du Studio MHNA. Si les matières sont toujours nobles, les mini collections et petites accumulations d’objets librement agencés apportent aussi des effets visuels et graphiques très attrayants. Et dans cet appartement, les tables qu’ils préparent accueillent toujours le thème du noir. Car même lorsqu’on cultive la fantaisie débridée, il faut toujours une constante ou une règle… pour construire le plus beau des décors.



Contact :

Studio MHNA, Marc Hertrich et Nicolas Adnet


5, passage Piver

75011 Paris

Tél. : 01 43 14 00 00

Mail : contact@studiomhna.com

www.studiomhna.com



Le duo Marc Hertrich (à gauche) et Nicolas Adnet (à droite) qui ont réhabilité le plateau d’une ancienne usine d’une façon surprenante. Et dans leur salon, un cabinet de temple chinois du XVIIIème siècle pour vénérer les ancêtres. Il a été customisé avec des vanités.

Le duo Marc Hertrich (à gauche) et Nicolas Adnet (à droite) qui ont réhabilité le plateau d’une ancienne usine d’une façon surprenante. Et dans leur salon, un cabinet de temple chinois du XVIIIème siècle pour vénérer les ancêtres. Il a été customisé avec des vanités.
©Studio MHNA




Au cœur de l’espace, la chambre d’amis avec son baldaquin épuré à l’orientale. Portes fabriquées à partir de boiseries chinoises XIXème siècle. Tissus d’éditeurs contemporains et actuels associés avec des coussins ronds achetés à Hong Kong. Au premier plan, petit banc en corde, création Christian Astugevieille.

Au cœur de l’espace, la chambre d’amis avec son baldaquin épuré à l’orientale. Portes fabriquées à partir de boiseries chinoises XIXème siècle. Tissus d’éditeurs contemporains et actuels associés avec des coussins ronds achetés à Hong Kong. Au premier plan, petit banc en corde, création Christian Astugevieille.
©Studio MHNA




Au-dessus de la porte en verre armé qui sépare la salle à manger de la cuisine une collection d’assiettes en porcelaine avec trompe l’œil de fruits en relief réalisés par l’artiste Christine Viennet.

Au-dessus de la porte en verre armé qui sépare la salle à manger de la cuisine une collection d’assiettes en porcelaine avec trompe l’œil de fruits en relief réalisés par l’artiste Christine Viennet.
©Studio MHNA




Table de salon en chêne massif teinté noir et recouverte de feuille d’argent hommage au tabouret iconique Tam Tam en forme en diabolo, créé en 1968 par le designer français Henry Massonnet. Derrière le canapé recouvert d’une housse en textile violet pour le protéger des griffes du chat, et de part et d’autre de la porte de la chambre d’amis, meubles symétriques en chêne vernis inspirés par le style des années 1940.

Table de salon en chêne massif teinté noir et recouverte de feuille d’argent hommage au tabouret iconique Tam Tam en forme en diabolo, créé en 1968 par le designer français Henry Massonnet. Derrière le canapé recouvert d’une housse en textile violet pour le protéger des griffes du chat, et de part et d’autre de la porte de la chambre d’amis, meubles symétriques en chêne vernis inspirés par le style des années 1940.
©Studio MHNA




Banc en bois massif, avec côtés reprenant la silhouette d’un jaguar, inspiré d’une forme primitive mexicaine créé pour le Club Med de Cancun.

Banc en bois massif, avec côtés reprenant la silhouette d’un jaguar, inspiré d’une forme primitive mexicaine créé pour le Club Med de Cancun.
©Studio MHNA




Au-dessus de la bibliothèque du salon, œuvre « Tsunami » en polystyrène sculpté de l’artiste russe Kirill Chelushkin. Table de style asiatique laquée et fauteuil en fourrure de léopard.

Au-dessus de la bibliothèque du salon, œuvre « Tsunami » en polystyrène sculpté de l’artiste russe Kirill Chelushkin. Table de style asiatique laquée et fauteuil en fourrure de léopard.
©Studio MHNA




La chambre se découvre derrière deux portes coulissantes à galandage qui se glissent dans la cloison. Les poignées des portes ont été fabriquées à partir de structures de toiture de temple asiatique décapées et repeintes en noir. Le chat noir s’inscrit dans le décor.

La chambre se découvre derrière deux portes coulissantes à galandage qui se glissent dans la cloison. Les poignées des portes ont été fabriquées à partir de structures de toiture de temple asiatique décapées et repeintes en noir. Le chat noir s’inscrit dans le décor.
©Studio MHNA




Dans la salle de bains, une baignoire en îlot en résine dont la forme rappelle le style Napoléon III. Sur le mur, un dessin de l’habit de lumière d’un torero réalisé par Christian Lacroix. Guéridon Napoléon III en papier mâché dans l’esprit des chinoiseries.

Dans la salle de bains, une baignoire en îlot en résine dont la forme rappelle le style Napoléon III. Sur le mur, un dessin de l’habit de lumière d’un torero réalisé par Christian Lacroix. Guéridon Napoléon III en papier mâché dans l’esprit des chinoiseries.
©Studio MHNA




Dans l’entrée de l’appartement, des paravents en miroir occultent le dressing, composé comme un grand rangement centralisé, et reflètent l’espace décuplé par les nouvelles perspectives qu’ils créent. Leur ligne dynamique contraste sur le parquet en chêne massif teinté noir satiné et vernis.

Dans l’entrée de l’appartement, des paravents en miroir occultent le dressing, composé comme un grand rangement centralisé, et reflètent l’espace décuplé par les nouvelles perspectives qu’ils créent. Leur ligne dynamique contraste sur le parquet en chêne massif teinté noir satiné et vernis.
©Studio MHNA