Acheter un chauffe-eau thermodynamique

Marianne Tournier
Le chauffe-eau thermodynamique – un ballon de production d’eau chaude sanitaire associé à une mini pompe à chaleur – bénéficie depuis le début de l’année 2010 d’un crédit d’impôt de 40 % (sur le prix de la fourniture, hors pose). Pour autant, faut-il s’équiper ?
Un appoint électrique est prévu en cas de grand froid, Stiebel

Un appoint électrique est prévu en cas de grand froid, Stiebel
©DR

Comment ça marche ?



Conçu pour une installation dans un local non chauffé (cave, buanderie, garage…), éventuellement relié à l’extérieur par un système de gaines, le chauffe-eau thermodynamique produit une eau à 55/60°C toute l’année. Si un appoint électrique est prévu, c’est surtout pour assurer les besoins exceptionnels.



Le coefficient de performance, ou Cop, doit être supérieur à 3,2, ce qui indique que pour 1 kWh électrique consommé, l’appareil produit 3,2 kWh de chaleur. Ce qui permet, en règle générale, de diviser par deux votre consommation liée à la production d’eau chaude (car les rendements indiqués sont calculés pour une température de l’air du local et une température de production d’eau chaude : si celles-ci varient, le rendement aussi).





Rentable ?



Si l’on considère qu’un chauffe-eau électrique classique de 300 litres consomme entre 3000 et 4000 kWh par an (soit 330 à 450 € par an environ), et que le chauffe-eau thermodynamique permet de diviser par deux cette facture, la rentabilité de l’investissement se situe aux alentours de 7 ans, à la condition que celui-ci ne dépasse pas 3000 €, crédit d’impôt et coût d’un chauffe-eau classique déduits. Au-delà de 3000-3500 €, l’investissement n’est pas toujours rentabilisé, en particulier si la durée de vie du ballon est limitée (calcaire).





Les bonnes raisons de s’équiper



La nécessité de changer de chauffe-eau est l’occasion idéale pour envisager l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique.



Contrairement au chauffe-eau solaire, le ballon thermodynamique est relativement facile à installer. Les malfaçons sont donc nettement moins fréquentes – ce qui n’empêche pas de rester vigilant quant à la qualification du poseur (agrément, assurance, références…) !



Si vous disposez d’un local de 20 m3 minimum, dont la température ambiante, d’au moins 5 °C (idéalement 7 °C), ne varie pas ou peu en fonction des saisons, votre chauffe-eau thermodynamique affichera un rendement constant et de bon niveau. Sachez que si l’air est prélevé dans un local non chauffé donnant sur des pièces chauffées, il faut isoler ces pièces, afin d’éviter que l'appareil ne pompe les calories du volume habitable chauffé (la baisse de température provoquée par le fonctionnement de la pompe à chaleur est de l’ordre de 5 °C).



Faites réaliser plusieurs devis, assurez-vous que l’installateur a déjà posé plusieurs appareils et qu’il affiche la qualification Qualipac. Choisissez un modèle affichant la marque NF.



Vérifiez aussi que vous n’avez pas épuisé votre crédit d’impôt lié aux économies d’énergie, surtout si vous avez déjà réalisé des travaux (le plafond est de 16000 € pour un couple, auxquels s’ajoutent 400 € par enfant à charge, pour les dépenses effectuées entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2012)…





Les bonnes raisons de ne pas s’équiper



En matière d’économie d’énergie, l’isolation de la maison est prioritaire. Si vous ne l’avez pas encore fait, cet investissement s’impose avant celui du chauffe-eau thermodynamique, car beaucoup plus rentable.

Ballon et pompe à chaleur sont solidaires, du moins pour l’instant : c’est-à-dire que lorsque le ballon est endommagé, l’appareil est fichu. Sachant les dégâts que provoque le calcaire, évitez le chauffe-eau thermodynamique si vous habitez une région où l’eau est dure (ou attendez que des modèles sortent qui dissocient Pac et ballon). Dans tous les cas, l’appareil choisi doit disposer d'un système anti-corrosion.



Fuyez les offres trop alléchantes et, à l’inverse, celles qui sont hors de prix (au-delà de 3500 €). N’achetez pas sur un coup de tête ou sans avoir fait faire plusieurs devis, et vérifiez toujours les compétences de l’installateur.