Choisir la motorisation de son portail

Marie Grolleau
Ouvrir et fermer son portail sans descendre de sa voiture, quel confort ! Mais c’est aussi une sécurité. Si vous voulez installer un portail motorisé, sachez qu’il existe différentes sortes de portails, de motorisations, selon l’agencement de votre entrée et selon votre goût. Suivez le guide pour choisir votre portail motorisé.
Portail en aluminium coulissant Texas chez Tschoeppé : esthétique minimaliste pour une motorisation à crémaillère.

Portail en aluminium coulissant Texas chez Tschoeppé : esthétique minimaliste pour une motorisation à crémaillère.
©DR

Les plus communs sont les portails coulissants ou les traditionnels portails à 1 ou 2 vantaux.


Les différents types de motorisation


Vous avez le choix entre 5 systèmes de motorisation qui peuvent s’adapter à un portail déjà installé :


Portails à vantaux :



  1. La motorisation à vérins (hydrauliques ou électromécaniques) : le vérin électromécanique se présente sous la forme d’une vis sans fin que le moteur fait tourner dans un écrou fixé au vantail à déplacer. Le vérin hydraulique transforme l’énergie hydraulique en force grâce à de l’huile sous pression. Ils ont le grand avantage d’être silencieux et d’être les moins onéreux du marché. Cette motorisation à vérins fait manœuvrer des portails à vantaux de grande masse (grilles en fer forgé, grands portails en bois plein). Attention donc aux portails en PVC qui, à la longue, pourraient être déformés. Néanmoins, certains vérins spécifiques sont conçus pour les portails en bois et PVC.

  2. La motorisation enterrée : adaptée pour les systèmes traditionnels de portails, c’est un système puissant pour les portails au poids moyen adaptable à tous les types de matériaux. Soigneusement dissimulé sous terre, le mouvement d’ouverture se fait donc par le dessous. Un moteur tire le vantail perpendiculairement. Ce système allie discrétion, esthétisme et fiabilité. Son seul bémol est le coût de l’installation (jusqu’à 3000 euros environ).

  3. La motorisation à bras : pour les portails d’un poids léger à moyen, la motorisation à bras est idéale. Il s’agit d’un bras articulé qui transmet le mouvement d’ouverture du portail et qui a l’avantage de ne pas abîmer la structure de votre portail, car elle suit l’ouverture naturelle du portail.

  4. La motorisation à roue : les moteurs se fixent en bas de chaque vantail. Ils sont idéaux pour les terrains pentus et s’adaptent à tous sols, durs ou même irréguliers. A l’actionnement de l’ouverture, la roue motorisée se déplace, entraînant alors chaque vantail. Son rapport qualité-prix est intéressant.


Portails coulissants :



  1. La motorisation à crémaillère : celle-ci ne convient qu’aux portails coulissants. Un pignon entraîné par un moteur actionne une crémaillère fixée au portail. Des roues motrices dans une glissière entraînent alors l’ouverture du portail. C’est un système simple, efficace et très discret, adaptable à tous les types de matériaux (bois, métal, PVC).


 


Les ouvertures sont actionnées à l’aide d’une télécommande, d’un bouton poussoir, d’un contact à clef ou d’un clavier codé ; ces deux derniers garantissant une certaine sécurité.


Pour vous aider à mieux choisir votre motorisation : vérifiez les mesures de votre entrée !


Pour choisir votre motorisation, il vous faut tenir compte :



  •  du type d’ouverture que vous utiliserez (portails à vantaux ou coulissants), si vous n’avez pas d’ores et déjà un portail installé.

  • de la matière de votre portail (bois, métal, PVC).

  • de l’angle d’ouverture nécessaire (souvent 120 ° par vantail).

  • De la région où vous vous trouvez (par exemple, si vous vous trouvez dans une région venteuse, il vous faudra prévoir une motorisation plus puissante, de grande résistance). 


De plus, 3 mesures sont indispensables à votre choix :



  • mesure de la largeur de chaque vantail (si vous avez choisi un portail à vantaux).

  • mesure du débattement de chaque vantail pour éviter qu’il ne rencontre un obstacle (arbre, mur d’enceinte…)

  • Mesure entre l’axe des gonds et l’angle de votre pilier, côté ouverture.


Aussi, vérifiez bien :



  •  le poids maximum que peut supporter la motorisation (portails lourds ou légers)

  •  l’angle d’ouverture que celle-ci propose (par rapport à l’ouverture de votre entrée)


Concernant la puissance en voltage de votre moteur, il existe des motorisations de 12V, 24V et 220V. D’une puissance de 12 à 24 volts, votre moteur présentera de grands avantages. En effet, vous pouvez l’associer à une batterie ou à un panneau solaire, qui prendront le relais en cas de coupure de courant. De plus, l’installation à 12 volts est facile à mettre en œuvre. Reliée à la sonnette ou même à l’interphone, elle ne nécessite pas de nouveau câblage. Elle n’implique pas non plus un jeu de photocellules qui détectent la présence d’une personne ou d’un objet sur la zone de passage. Aussi, leur faible puissance permet l’inversement du mouvement du vantail en cas de rencontre d’un obstacle inopiné.


Signalons aussi que l’installation d’une motorisation solaire est très efficace et fiable. Economique et durable, elle ne dépend pas de l’alimentation secteur et ne subit pas les aléas des diverses pannes de courant grâce à une autonomie d’un mois.


 


www.maine-clotures.com


www.leroymerlin.fr


www.normaclo.com


www.tschoeppe.fr


www.somfy.fr