Des revêtements de mur écologiques

Cléo Trocmé
Des revêtements écologiques et beaux à la fois, qui pourrait y résister ? Peinture, papier peint, lambris et carrelage, tour d'horizon des revêtements muraux écologiques. Des revêtements sains pour une maison saine.
Un taux de COV de 8 g/l pour cette peinture destinée aux pièces humides. Grâce à l'ajout de microparticules de cire, elle offre une imperméabilité totale et empêche le développement des moisissures. Aqua-Stop. V33.

Un taux de COV de 8 g/l pour cette peinture destinée aux pièces humides. Grâce à l'ajout de microparticules de cire, elle offre une imperméabilité totale et empêche le développement des moisissures. Aqua-Stop. V33.
©2010 DR

La peinture écologique

Les peintures écologiques sont d'abord les peintures qui dégagent un taux réduit, voire nul, de COV (composés organiques volatiles), trois lettres synonymes de pollution de l'air et de danger pour la santé. Faciles à reconnaître, elles sont certifiées NF Environnement ou Ecolabel.

Encore plus écologiques, les peintures naturelles à base d'huile et de pigments naturels, ne contenant aucune résine issue de l'industrie pétrolière.



Le papier peint écologique

Après avoir résisté à toutes les modes, le papier peint surfe aujourd'hui sur la vague de l'écologie.

Parmi tous les papiers peints, les plus vendus sont les papiers vinyles, expansés et intissés. Résistants, éventuellement lavables, ces papiers présentent l'inconvénient de tous contenir du PVC, un matériau dont la production rejette du chlore. A bannir donc si l'on recherche un matériau sain.



Parallèlement, les fabricants proposent des produits, toujours aussi résistants mais écologiques dans leur composition, comme dans leur fabrication : papiers issus de forêts entretenues et gérées durablement et ornés de motifs réalisés avec des encres à base d'eau, sans solvant.

Malheureusement, contrairement aux peintures, il n'existe aujourd'hui aucun label pour les papiers peints. Au consommateur donc de mener son enquête pour trouver un papier peint parfaitement écologique.



Attention, un papier écologique ne l'est plus s'il est mis en œuvre avec une colle dégageant des COV, type formaldéhyde. Pour une pièce totalement saine, il est donc indispensable d'utiliser une colle la plus écologique possible, c'est-à-dire sans solvant, à base d'amidon et de cellulose.



Des lambris écologiques

A l'image du parquet, le lambris peut être considéré comme un matériau écologique lorsqu'il respecte certaines règles concernant son origine et sa finition. Sont donc privilégiés les lambris certifiés PEFC bruts de sciage ou ayant reçu en usine une finition naturelle, sans COV. Du côté de la pose, pas d'inquiétude lorsque le lambris est vissé sur des tasseaux.



Des carrelages écologiques

100 % naturel, le grès cérame résiste bien à l'usure et aux chocs. Lorsqu'ils sont émaillés, les carreaux sont disponibles dans une large gamme de décors, imitation bois, pierre, béton…. Si autrefois les émaux contenaient des substances nocives telles que le plomb, aujourd'hui, la plupart des fabricants n'en utilisent plus. Au consommateur donc d'interroger son revendeur.



Parallèlement, on trouve également des carrelages, toujours 100% naturel, mais composés de matériaux recyclés, par exemple des mosaïques de pâte de verre issu du recyclage des bouteilles.