Carrément carrelage !

Feryal Larabi
Facile à entretenir et hypoallergénique, le carrelage se décline en une multitude de variétés et de couleurs. Il existe deux types de carreaux : les grès et les terres cuites.
Carrelage en ciment

Carrelage en ciment
©Sabine Leroux

Les carrelages en grès sont fabriqués à partir de terre et cuits ensuite. Résistants, ces carreaux sont parfaitement adaptés aux pièces à fort passage. Selon le travail effectué sur le grès, les carreaux auront certaines particularités : étirés, ils auront un aspect rustique ; pressés, ils seront durs et résistants ; enfin émaillés, ils seront plus fragiles mais brillants et très esthétiques.



De 4 € du m² pour l’entrée de gamme à 20 € du m² pour plus de qualité, le grès est un revêtement très abordable. Concernant ce type de carrelage, il existe un classement UPEC comme pour le parquet. Il détermine le degré de résistance des carreaux. Une note de 1 à 4 est attribuée à chaque lettre du mot UPEC (Usure, Poinçonnement, résistance à l’Eau et résistance aux produits Chimiques) ; plus la note est élevée, meilleure est la résistance. Indiqués sur les boites de carreaux, il est nécessaire de se référer à ces indices pour faire le bon choix. En revanche, le prix des terres cuites peut aller jusqu’à plus de 100 € du m². Elaborées à base d’argile, elles sont généralement plus épaisses que les carreaux en grès, d’où leur prix plus élevé. De plus, elles sont toujours fabriquées de façon artisanale en France et principalement en Provence. A l’aspect rustique mais sensibles aux taches, les terres cuites sont peu recommandées pour les pièces à fort passage. Pour les préserver, le mieux est de les traiter à la résine qui protège la terre cuite, tout en la laissant respirer. Après séchage (2 jours), il suffit de passer une serpillère trempée dans un produit à pH neutre pour entretenir les carreaux.



Proche des carreaux en grès ou terres cuites, le marbre est de plus en plus utilisé – toujours en carreaux – pour les sols ou les murs mais il reste cher et plutôt fragile. Attention ! La pose du carrelage peut coûter autant, sinon plus que les carreaux eux-mêmes. Le carrelage se pose aussi bien sur les murs que sur les sols ; tout est question de goût et de matière. Par exemple, la faïence s’utilise uniquement en carrelage mural. Tendre et facile à couper, cette céramique fine (grâce à l’emploi d’argiles fines) est plus fragile. A l’opposé, le grès émaillé est une céramique dure et très résistante qui peut se poser au sol.



Le grès cérame est une matière dure à base d’argile qui se pose aussi bien sur les murs que sur les sols. Compact, le grès cérame offre, comme la pâte de verre, une excellente imperméabilité et une grande résistance aux chocs. Mais la pâte de verre et la pâte de verre émaillée (plus haut de gamme) se prêtent davantage à la réalisation de mosaïques, notamment grâce à la grande palette de coloris qu’elles offrent. Pour votre salle de bains, n’oubliez pas qu’il existe des carreaux antidérapants très pratiques ; pour l’extérieur, choisissez des carreaux qui résistent à l’humidité et au gel !



Une fois le carrelage choisi et selon la dimension et la forme des carreaux, de larges possibilités de poses s’offrent à vous : la pose droite, la pose diagonale, la pose hexagonale, la pose décalée, la pose alternée, la pose en chevron, la pose pan coupé et la pose à joint ouvert. La tendance est aux grands formats et aux rectangles mais le charme de la mosaïque est intemporel. Les carreaux en ciment avec impressions ont un succès incontestable, ils sont très beaux mais ne sont pas recommandés si vous avez des animaux : l’urine risque de les tâcher. Le carrelage offre de nombreuses possibilités de styles et de poses, mais il reste banni aux maladroits : toute chute de porcelaine est irrémédiable !