Clouer votre parquet en quelques étapes

Alexandra Trubat
Le parquet cloué est « LA » technique de pose par excellence. Mais attention ! Elle est aussi la plus difficile et nécessite un respect absolu des différentes étapes. Bricoleur de bon niveau, à vos outils !
Pose classique ou traditionnelle, la pose clouée permet toutes les fantaisies

Pose classique ou traditionnelle, la pose clouée permet toutes les fantaisies
©DR

La préparation



Avant de passer à la pose, munissez-vous des outils nécessaires :




  • un niveau à bulle, des lambourdes (longues pièces de bois de 4 cm de largeur et de 2.5 à 3.5 cm d’épaisseur)

  • une règle et une équerre

  • un crayon,

  • une scie égoïne

  • des clous à tête plate

  • un marteau

  • des cales en bois

  • un chasse-clou

  • du plâtre ou mortier ciment

  • un pied de biche




Contrôlez le niveau du sol ou du support.



Vérifiez que les lambourdes soient bien au même niveau ou que le plancher soit en bon état.





Une solide base



L’installation des lambourdes est une étape importante. Sur un sol maçonné, elles sont traditionnellement scellées au plâtre ou au mortier. Dans certains cas, le parquet peut-être posé sur des solives existantes si elles sont à bonne distance. Sinon, il faut créer un réseau de lambourdes perpendiculaires aux solives. Espacez-les alors de 40 cm environ, sans oublier d’en positionnez une à 2 cm de chaque mur.



Positionnez les lambourdes de manière à ce que le plancher soit dans le sens de la lumière dominante. Pour les grandes pièces, la longueur de la lame est toujours parallèle au plus grand coté de la pièce. Cela permet d’accentuer l’impression de grandeur de la pièce.



Enfin, pour une meilleure isolation, il suffit de disposer un isolant comme de la ouate de cellulose entre chaque lambourde (produit écolo, certes un peu plus cher, mais qui a le mérite d’éviter les démangeaisons pendant une semaine et qui n’est pas cancérigène contrairement à la laine de verre !). Ce qui compte c'est de ne pas laisser d'air.





Laissez respirer le bois



Passez ensuite à la pose du parquet proprement dite. Pour cela, posez la première rangée le long du mur. Laissez un espace avec le mur d’environ 10 mm pour la dilatation du bois à l’aide de cales. En effet, le bois est un matériau qui respire, il faut donc lui laisser un peu d’espace.



Vérifiez que les lames soient bien emboîtées les unes dans les autres. Clouez bien droit, près des plinthes, tous les 40 cm et bouchez à la pâte à bois. Puis clouez avec un chasse-clou la languette en biais afin de ne pas empêcher l’emboîtement suivant. La languette est la partie saillante destinée à entrer dans la rainure de la lame. Continuez la rangée en enduisant de colle à bois les rainures des extrémités pour réunir les lames.



Vous êtes chanceux si la dernière rangée ne nécessite pas de découpe. Dans le cas contraire, calculez bien la largeur à scier sans oubliez les 10 mm de jeu périphérique. Cette dernière lame est installée de force au pied de biche puis clouée.



Après un séchage complet de deux jours, terminez vos travaux par la pose clouée ou collée de la plinthe, dans l’espace laissé par les cales.





La finition



Une fois le parquet posé, la pièce doit être conservée à une température d'environ 20°, pendant 8 à 15 jours. Il est alors indispensable d’effectuer un ponçage soigné dans le fil du bois. Nettoyez, dépoussiérez, appliquez une teinte, ou directement la couche de protection d’huile ou de cire. Cependant, afin de faciliter l’entretien de votre parquet, il est conseillé de le vitrifier.



Quelques conseils



Il est préférable que tout le gros œuvre soit terminé dans votre intérieur avant de vous lancer dans la pose de parquet cloué. De plus, la pose clouée surélève le sol d'au moins 50 mm ; c’est un aspect à prendre en compte lors de la construction.



Important : même si le bois est séparé de la chape, la pose clouée est à proscrire sur sol chauffant. Mais, cette pose permet quand même le passage de câbles et l'installation de panneaux isolants en dessous.