Un parquet écologique

Cléo Trocmé
Le parquet est le revêtement de sol naturel par excellence. On peut même parler de revêtement de sol écologique dès lors qu'il respecte certaines règles concernant sa production, sa finition et sa pose.
Le robinier, un bois français qui présente toutes les caractéristiques du teck. Certifié PEFC, ce parquet massif a reçu en usine une finition huilée avec une huile naturelle. Panaget.

Le robinier, un bois français qui présente toutes les caractéristiques du teck. Certifié PEFC, ce parquet massif a reçu en usine une finition huilée avec une huile naturelle. Panaget.
©2010 DR

Un parquet écologique, qu'est-ce que c'est ?

Un parquet écologique est d'abord un parquet massif.

Contrairement à un sol stratifié qui n'est pas un parquet mais seulement un revêtement au décor façon parquet, composé de plusieurs couches pressées et collées entre elle et contenant des composés organiques volatils toxiques, un parquet massif est un revêtement totalement naturel puisqu'il n’a subi aucun collage en usine.



Quelle provenance pour un parquet écologique ?

Qui dit revêtement écologique dit filière courte et filière respectant l'environnement. Lors de l'achat d'un parquet, les essences locales (chêne, hêtre…) sont donc privilégiées de façon à limiter le transport, générateur de gaz à effet de serre. Sont également privilégiés les bois certifiés PEFC (Pan European Forest Council), un label garantissant la bonne gestion de la source et le respect de normes de reboisement très strictes.

Malgré le transport, un bois exotique peut également être choisi, à condition de vérifier qu'il est bien certifié FSC (Forest Stewardship Council), c’est-à-dire qu’il provient de forêts gérées de façon durable, dans le respect de l'environnement mais aussi des populations locales.



Quelle finition pour un parquet écologique ?

La plupart des parquets sont aujourd'hui vendus avec une finition réalisée en usine, vernis ou huile. Si le fabricant ne peut certifier qu'il s'agit d'une finition sans solvant, ne dégageant pas de formaldéhydes, mieux vaut opter pour un modèle brut de sciage, à traiter, après la pose avec un vernis ou une huile bénéficiant de l'Ecolabel.



Quelle pose pour un parquet écologique ?

La solution la plus écologique est la solution traditionnelle, c'est-à-dire la pose clouée sur lambourdes. Mais elle n'est possible qu'avec les parquets de plus de 20 mm.

Avec les épaisseurs inférieures, la meilleure solution consiste à utiliser une colle marquée EC1, à dégagements limités de COV.





Le contrecollé, un parquet écologique ?

Oui, sous certaines conditions. Un parquet contrecollé se compose de trois couches de différents matériaux collées entre elles : un contre-parement en dessous, une couche de bois aggloméré à haute densité et une couche d'usure ou parement en bois massif de 2 mm d'épaisseur minimum. Or qui dit colle dit souvent solvants. Mais on trouve désormais des contrecollés écologiques fabriqués avec une colle vinylique à base aqueuse, sans solvant, et ayant reçu en usine une finition naturelle.