Le Champagne Bollinger

Marie-Laure de Vienne
La maison construit depuis 1829 des vins d’une grande qualité au style bien spécifique. L’agent secret Bond 007 devrait aimer le coffret Vieilles Vignes Françaises 2000 !!!
Le somptueux coffret: un cadeau d'exception

Le somptueux coffret: un cadeau d'exception
©2009 DR

Pour les connaisseurs en champagne, le nom de Bollinger est synonyme de grands vins, de cuvées exceptionnelles. Ce positionnement s’explique facilement par l’excellence que mène la maison depuis ses origines (environ 180 ans) et par la constance de ses vins.



Une famille garantit la qualité



En Champagne, peu de maisons demeurent strictement familiales, les grands groupes industriels investissant dans ces vignobles très rentables. Fondée en 1829, Bollinger, bien que l’exploitation ait commencé vers 1750, est la propriété de la même famille depuis cette année de 1829. Des personnalités au caractère bien trempé caractérisent le nom, à l’image de Jacques Bollinger qui s’illustre comme aviateur pendant la guerre de 14-18. A sa mort en 1941, c’est sa femme Lily qui prend les rênes de la maison et celle-ci étoffera beaucoup le domaine par l’achat de vignobles. Sans enfant, ses neveux lui succèderont, jusqu’à l’arrivée de Ghislain de Montgolfier, arrière arrière petit-fils du fondateur qui dirigea l’entreprise de 1994 à 2008. Avec l’arrivée de Jérôme Philipon, c’est la première fois qu’une personne extérieure à la famille se voit confier la destinée de l’entreprise. Mais celui-ci entend bien garantir la continuité des valeurs intrinsèques de Bollinger.



Un style garanti par un vignoble unique



Bollinger possède son propre vignoble, soit 163 hectares. Et ces vignobles assurent près de 60 % de ses besoins en raisins contre 11 % seulement pour la moyenne des maisons de négoce en Champagne. Le complément manquant, soit 40 %, est assuré par des vignerons partenaires de longue date de la maison. Sur 326 crus, la région n’en compte que 17 classés en grand cru et 41 en premier cru. Bollinger privilégie Grands Crus et Premiers Crus qui sont la base de ses assemblages à 80 % pour le Spécial Cuvée et à 100 % pour La Grande Année et le RD (récemment dégorgé). Le pinot noir, raisin qui apporte vinosité, complexité et puissance, constitue au moins 60 % des cuvées précédemment citées. Enfin, Bollinger utilise la fermentation en fût de chêne, technique qui tend à disparaître aujourd’hui.



D’autres engagements inscrits dans la charte



Bollinger donne une priorité absolue à ses vins de réserve en conservant les meilleurs pour des magnums. Pour le développement d’une réelle personnalité des vins, l’entreprise opte pour des temps de maturation longue, de 3, 5 ans et plus. Le dosage en sucre est faible, de 3 à 4g ou de 7 à 9h.



Comment s’initier ?



Si vous n’avez jamais acheté ce type de champagne, commencez par le Spécial Cuvée. C’est la bouteille qui signe le style Bollinger. Signature initiale de la maison, c’est un vin idéal à l’apéritif. Mais il peut aussi être consommé lors d’un repas en accompagnement de poisson, de fruits de mer, de viandes blanches. Il se boit entre 10 et 12 °.



C’est par ce premier vin que vous jugerez si vous aimez ou non le style Bollinger qui en est la quintessence même. Au cas où vous tomberiez sous le charme gustatif et dans un registre totalement élitiste, l’entreprise sort pour les fêtes un coffret d’exception avec le Vieilles Vignes Françaises 2000, un 100 % pinot noir issu de parcelles mythiques Grands Crus du vignoble Bollinger. Rond et nerveux, ce millésime présenté en coffret de bois est une production très limitée de 3 766 bouteilles qui sont numérotées. Au prix de 600 €, c’est un cadeau de grande exception.





Et pour le vin à venir, le point de vue de Jérôme Philipon, président de Bollinger



Maison.com : Qu’en est-il des vendanges 2009 ?

Jérôme Philipon : Les conditions météo de fin d’été et début d’automne 2009 ont été idéales dans toute la Champagne et elles ont permis de rentrer une vendange magnifique. Le millésime promet d’être mémorable.



Maison.com : Ce 2009 peut-il se comparer à une autre belle année ?

Jérôme Philipon : Oui, on aime se livrer à des comparaisons avec des millésimes anciens. Celui de 2009 est proche de la qualité du 1989 et du 1999. A croire que les années en 9 sont sublimes !



Maison.com : Peut-on le décrire ?

Jérôme Philipon : La dégustation des premières cuves terminées en fermentation laisse apparaître un potentiel magnifique avec des Chardonnay charnus aux arômes de fruits exotiques et d’agrumes, des Pinots noirs riches et fruités. A priori, l’acidité sera un peu plus faible que d’habitude. Mais il vous faudra attendre encore un peu pour le déguster et le boire !!!