Le côtes de Provence

Alix Baboin-Jaubert
l’appellation des vacances pour voir la vie en rose !
Eternelle Favorite 2008

Eternelle Favorite 2008
©DR

Ce pays ou les pluies sont rares mais violentes, les vents fougueux et le relief tourmenté, donne un vin aux trois couleurs, avec une nette dominante pour le rosé. Celui-ci offre au premier coup d’œil un camaïeu de rose et une palette de nuances au palais, c’est le vin des vacances par excellence et les trois quart de la production ! Sans oublier le rouge, 20% et le blanc, 5%.



Un peu d’histoire….

Aliénor d’Aquitaine avait fait la réputation des vins d’Aquitaine, Eléonore de Provence, épouse du roi Henri III d’Angleterre fit celle des vins de Provence, avec grand succès. Puis, ces vins, éloignés des grands axes de communications, furent un peu oublié. Depuis plusieurs décennies, avec l’arrivée chaque année des estivants nombreux, ils sont vraiment devenus le symbole des vacances, surtout le rosé, vin joyeux et convivial par excellence. Et consécration, l’Institut National des Appellation d’origine (INAO) lui délivre son certificat de baptême en 1977.



Gros plan sur l’appellation.

D’une production considérable, le côtes de Provence est élevé dans un bon tiers du département du Var avec des prolongements dans les Bouches du Rhône jusqu’à Marseille et une enclave en Alpes-Maritime.

Le climat est tempéré au sud à proximité de la mer ; dans l’arrière-pays il devient continental.

Les cépages phares s’appellent merlot, carignan, cinsault, mourvèdre, grenache, syrah, cabernet sauvignon pour le rouge et le rosé.

Rolle, chardonnay, sémillon, clairette, ugni blanc pour le vin blanc.

Bien que chauffés par un même soleil généreux, tous ces cépages différents, en proportion variable sur des sols et des expositions tout aussi divers donnent des vins très différents au palais bien que tous réunis sous la bannière côtes de Provence. C’est précisément ce qui fait leur charme.



Des rosés très différents.


L’œil : des robes au couleur allant du rose tendre, à celle de bonbons anglais très soutenu ou encore d’un joli or gris un peu saumonée. Toute une palette de rose varié.

Le nez : des parfums de fruits rouges comme la griotte, la fraise des bois, la groseille ou de kirsch , à ceux de framboises, d’épices et de réglisse, l’éventail est large, selon la méthode de vinification, le terroir, le millésime….

Le palais : une bouche gourmande, délicate, veloutée, ou fruitée avec des accents puissants, racés ou moelleux…Parfois des notes de vanille ou d’agrume se mêlent en finale, une touche acidulée apporte toute la fraîcheur de ce vin qui désaltère. Bref, tous les goûts sont satisfaits.





Avec quels mets les associer ?


Evidemment le rosé de côtes de Provence se boit sur tout un repas, sous la tonnelle, au bord de la piscine, chez des amis mais vous pouvez aussi ruser pour l’associer aux meilleurs plats qui feront ressortir sa fraîcheur, ses nuances et en tirer le meilleur ! Si la cuisine française lui va bien, essayez aussi les cuisines du monde : les plats libanais, la cuisine chinoise, et même les mets indiens assez épicés s’accommodent très facilement du côtes de Provence rosé.

A l’apéritif : la tapenade, les feuilletées aux anchois, les grassinis au jambon cru, les cassolettes d’escargots aillés..

Avec les plats du sud impeccables: tian de légumes, pâtes à la provençale, tarte aux tomates-oignons..,

Avec les poissons méditerranéens : poissons de roches, rougets revenus à l’ail, bouillabaisse, papillotes de maquereaux, bulots et huîtres de la bas…

Les viandes blanches comme un veau Orloff, une terrine de pintade, fricassée de poulet aux olives, du lapin au thym…

Les fromages du cru : chèvres marinés à l’huile d’olive, fromage frais…

Les desserts aux fruits rouges : tartes aux fraises, salade de fruits, miroir, charlottes aux framboises, sorbets…et même des macarons à la violette !

La température du vin est plus que jamais importante ici : trop glacé le vin ne dégage aucun parfum, trop chaud, il est mou et peu désaltérant…Donc, visez entre 10 et 12°C , en le plaçant dans un seau à glace. Rappelez-vous que quand la température extérieure est très élevé, le vin se réchauffe vite !



Notre Sélection.

Economique et acidulé.


A 30 km de Saint Tropez dans les terres, au pied du massif des Maures, ce château de Rio-Tord compte 94 hecatres dans son ensemble. Inondé de soleil tout au long de l’année, le vignoble est adoucis par la brise marine. Le rosé à la couleur brillante et rose pâle, fleure bon la nectarine et la pêche blanche. Ce vin allie la fraîcheur naturelle dû à son élaboration à un côté onctueux, velouté. Son acidulé se mariera à merveille à la cuisine du cru. Il peut aussi se garder un à deux ans.

L’Aire du Rossignol 2008, à partir de 4,50 euros la bouteille chez Cora et Leclerc.



Bonbon anglais et longueur en bouche.


Issu d’une propriété ancienne de 70 hectares de vignes, ce côtes de Provence « Charmes des Demoiselles » offre à l’œil une robe couleur de pétale de rose. Au nez, on sera surpris par la puissance des arômes de bonbon anglais. Parfum que l’on retrouve en bouche avec une force et une vivacité plaisantes.

Château Sainte Roseline, Charmes des Demoiselles 2008, 6,95 euros la bouteilles départ cave tel : 04 94 99 50 30.



Racé et original.

Un joli nom pour cette cuvée nommée « Eternelle Favorite » du domaine de St Martin ! D’une couleur rose pastel, ce cru classé exhale des parfums de pivoine avec une pointe de musc. Un nez racé que l’on retrouve en bouche avec un côté doux et sensuel assez rare chez un rosé. A déguster bien frais avec tous les plats de la bas et aussi des mets épicés aux parfums d‘Orient.

Château de saint Martin, « Eternelle Favorite » 2008, 10,50 euros la bouteille départ cave : tel : 04 94 99 76 76



Poivré et de belle qualité

Au cœur de l’appellation côtes de Provence, à proximité du village de Lorgues, ce rosé est produit sur un vignoble situé à 300 m d’altitude, orienté sud, sud-est, sur un sol pierreux calcaire idéal pour les vignes. Il présente une robe rose pâle, saumonée. Son nez de petits fruits rouges, très groseilles et fraises, embaume avec une finale longue un peu poivrée. Ce rosé de belle qualité se boira avec attention, presque religieusement !

Château de Berne, à partir de 12 euros la bouteille chez Monoprix et Casino.