Les Demoiselles et la rose au Château Larrivet Haut-Brion

Bettina Aykroyd
Depuis maintenant 5 ans, Emilie Gervoson, organise « Les Œnofolies » au Château Larrivet Haut-Brion. Cet événement est conçu comme un voyage des sens au cœur de l’exception et du partage. Cette 5ème édition est placée sous le signe de la féminité et de la rareté. Emilie Gervoson a décidé d’une rencontre entre le vin « Les Demoiselles » et une rose. Le rendez-vous est prévu pour le 26 septembre 2013.
Déjà 5 ans qu'Emilie Gervoson organise « Les Œnofolies » au Château Larrivet Haut-Brion.

Déjà 5 ans qu'Emilie Gervoson organise « Les Œnofolies » au Château Larrivet Haut-Brion.
©DR

Au Château Larrivet Haut-Brion, vignoble situé au cœur de Pessac-Léognan, on aime aller de l’avant et découvrir le vin par d’autres chemins que les plus classiques. Ces vins à l’élégance et au caractère affirmé rivalisent aux côtés des grands crus classés.


Depuis 2009, l’équipe se renforce avec l’arrivée d’Emilie Gervoson, l’une des trois filles de la famille Gervoson, propriétaire  du château Larrivet Haut-Brion, depuis 1987. Fière représentante d’une nouvelle génération épicurienne, amoureuse de son métier, Emilie, en créant les Œnofolies a voulu surprendre, émerveiller et partager le rituel de la dégustation avec le grand public. A l’heure où l’on parle des filles au Médoc, je vous propose une promenade au cœur du Château Larrivet Haut-Brion en compagnie d’Emilie Gervoson.


Le principe des Œnofolies est de surprendre, émerveiller et partager le rituel de la dégustation d'un bon vin avec le grand public.

Le principe des Œnofolies est de surprendre, émerveiller et partager le rituel de la dégustation d'un bon vin avec le grand public.
©DR


La genèse des Œnofolies


Tout a commencé il y a cinq ans, quand Philippe Gervoson, propose à sa fille Emilie de réfléchir sur la création d’un événement pour le Château Larrivet Haut-Brion. Pour cette dernière, ayant un joli parcours dans la publicité et l’événementiel, ce fût un beau challenge à relever. Et ce, d’autant qu’elle m’avoue ne pas aimer la routine.


Rien n’ayant été fait auparavant, Emilie avait carte blanche. Aucune communication autour du Château Larrivet Haut-Brion n’avait été faite à ce jour. L’objectif de ces rendez-vous annuels est de créer un événement dans un lieu gardé secret jusqu’au dernier moment, pour partager et échanger sur un vin avec le grand public. Emilie, le maître de chai et l’œnologue sont bien évidemment toujours présents lors des Œnofolies.


Chacun des événements réunit une vingtaine de personnes à titre gracieux et qui sont sélectionnées après inscription sur le site du Château.


La première Œnofolie, se déroula sur l’île aux Oiseaux, autour d’une dégustation d’huîtres et d’un vin du Château Larrivet Haut-Brion. Emilie s’était associée à Joël Dupuch, ostréiculteur et 6ème génération du Parc de l’Impératrice sur le bassin d’Arcachon. (Pour la petite histoire, sachez qu’il est l’ostréiculteur du célèbre film de Guillaume Canet, « Les petits mouchoirs » !)


Château Larrivet Haut-Brion: un Pessac-Léognan qui existe en blanc et en rouge.

Château Larrivet Haut-Brion: un Pessac-Léognan qui existe en blanc et en rouge.
©DR


Première Œnofolie autour du vin « Les Demoiselles »


Ce vin « Les Demoiselles Larrivet Haut-Brion » est le cadeau que Christine et Philippe Gervoson, propriétaires du Château Larrivet Haut-Brion, ont dédié de faire à leur trois filles, Emilie, Charlotte et Valentine. Il est issu d’une sélection organoleptique privilégiant la rondeur et le fruité des vins, et on le trouve en rouge et en blanc.


L’histoire continue avec la création d’une rose par la maison Meilland, toujours pour les trois filles. C’est Emilie qui, à ce jour, est la plus impliquée des trois sœurs. Elle s’occupe aujourd’hui tant de la communication que de la promotion dans le monde.  Ayant appris sur le tard, les gens qu’elle admire le plus sont les gens qui font le vin. D’après elle, « ces gens sont les plus passionnés, amoureux du terroir, patients et toujours prêts à mieux faire ».


La rose, pour Emilie Gervoson, est sans doute la fleur qui la touche le plus, par sa puissance symbolique : la beauté, l’amour, la fragilité… Sentir une rose, tout comme respirer un grand vin, c’est déjà la promesse de belles émotions, avoue-t-elle.


Le chai du Château Larrivet Haut-Brion, vu des vignes.

Le chai du Château Larrivet Haut-Brion, vu des vignes.
©DR


Le rendez-vous se fera dans une roseraie singulière


De cette idée de rose, est née l’idée d’Emilie, de concevoir un parcours bucolique et sensitif dans le parc du château. Une promenade dans les allées de la propriété bordelaise sera le moment parfait pour dévoiler en exclusivité la rose « Demoiselle de Larrivet Haut-Brion ». Avec elle s’écrit la première page d’une longue histoire autour de nouvelles collections de roses dès 2014.


Un déjeuner clôtura cette ballade ; un moment précieux dédié aux saveurs et aux associations gustatives singulières. Jean-Pierre Guillot, célèbre rosiériste, un expert de la maison Meilland ainsi que Bruno Lemoine, Directeur Général et Vinificateur du château, seront là. Quelques indices de cette rose sont dévoilés : la rose « Demoiselles de Larrivet Haut-Brion» est bicolore et solaire, à l’image du grand vin de Bordeaux, dont elle porte le nom : unique et délicate.