Nouveau pape désigné, le pape du Théâtre 2011: Jacques Weber

Alix Baboin-Jaubert
Belle ambiance et somptueux Pape Clément rouge 1995 en ce mardi 23 novembre 2010 pour célébrer le nouveau pape et dix huitième du nom, désigné par Bernard Magrez : le talentueux comédien et metteur en scène, Jacques Weber. Pour un an, il sera l’ambassadeur exceptionnel du Château, au regard de son attachement à la vigne et au vin !
Gérard Depardieu (Pape des Mots en 2008), Jacques Weber et Bernard Magrez

Gérard Depardieu (Pape des Mots en 2008), Jacques Weber et Bernard Magrez
©DR

Le restaurant Four Seasons du Georges V nous accueillait en ce jour froid et automnal, en la personne souriante et toujours chaleureuse de Bernard Magrez, heureux propriétaire de nombreux vignobles en France et dans le monde. Pour célébrer son joyau, le domaine Pape Clément, il désigne chaque année le meilleur représentant de sa catégorie. L’année dernière, ce fut Joël Robuchon pour la gastronomie, les millésimes antérieurs Zino Davidoff pour le cigare, Bernard Buffet pour la peinture, Jean d’Ormesson pour la langue française, Robert Hossein et tant d’autres magnifiques artistes, dans les domaines de la peinture, musique, littérature, comédie ou cinéma…

¨



Son acolyte le grand Gérard arrive en retard…



Ce n’est un secret pour personne, Bernard Magrez voue une solide amitié à Gérard Depardieu, le Pape des Mots en 2008, qui le lui rend bien. Ce dernier, truculent et rigolard, est arrivé en retard, la mèche en bataille et le teint coloré, quand nous finissions le suprême de volaille accompagné du Pape Clément rouge 2004 servi en magnum tout en élégance et à la jolie persistance.



- « Non a-t-il dit, je ne m’accroche pas à la bouteille. Je ne m’enivre pas ; oui il m’est arrivé de tituber, mais je n’ai jamais fait de mal à personne », a-t’il repris …dans un éclat de rire général. «J’ai un grand respect de la vigne et de ceux qui font le vin». Terminant en disant « le Pape Clément 95, il est temps de le boire ! »



C’était le moment où chacun plongeait son nez dans le verre et humait, les yeux fermés, ce délicieux nectar, ce grand cru classé de Graves, déjà âgé de 15 ans. Jus rouge sombre, tuilé ; nez de pruneaux, confituré, plein ; bouche tout en force, intensité, justesse… il est temps de le boire en effet.

Jacques Weber, le Pape du Théâtre cette année, nous régale de son verbe…



Juste avant cette intervention, le grand Jacques Weber avait remercié l’hommage de Bernard Magrez sur son talent et sa carrière : « Merci Jacques d’être ce que vous êtes ! »



L’acteur a déclamé avec force vocabulaire, riches expressions et poésie déclamatoire, sa réponse :

« Oui, le vin est conducteur de la pensée et Dieu est ivre mort… » Terminant avec brio sous un applaudissement général et enthousiasme « le vin n’est-il pas le sang sacré de la pensée ?» Chapeau l’artiste !



www.bernard-magrez.com