Le plaisir des bulles à travers quelques maisons qui gagnent à être connues

Marie-Laure de Vienne
Noël et réveillon impliquent nécessairement le sabrage d’une bouteille de fines bulles pour que la fête soit totalement réussie. Tous les médias y sont allés de leur banc d’essai, de leur sélection de belles cuvées, de millésimes.
Champagne Cléo brut de la maison Esterlin

Champagne Cléo brut de la maison Esterlin
©DR

Billecart Salmon, Krug, Laurent Perrier, Bollinger, Roederer, Lanson, Moët & Chandon, Ruinart, Dom Pérignon, Charles Heidsieck, Mumm, Gosset, Pommery, Veuve Cliquot, Deutz, Nicolas Feuillatte, Perrier Jouët, Gosset, Taittinger, etc…. Il est facile de parler de ces grandes maisons surtout quand on sélectionne un millésime, une de leurs cuvées d’exception. Dès lors que la centaine d’euros est dépassée, on peut certes avoir un bon champagne. Mais dénicher des marques moins prestigieuses qui travaillent parfaitement est un autre challenge. Notre rédaction a sélectionné trois vins de champagne et trois pétillants qui peuvent presque tous rivaliser avec les grands.





Le champagne : N° 1 sur le podium





Champagne Esterlin

Des vignerons amis, la création d’une coopérative vinicole et la constitution d’une maison : voilà en résumé le travail d’Esterlin, une entreprise ancrée depuis 60 ans dans le terroir champenois avec quelques 120 hectares d’approvisionnements. Cléo, un flacon hommage à ses fondateurs, est une cuvée exercice de style qui souligne les différentes expressions du 100 % Chardonnay avec ses arômes d’agrumes et de fleurs blanches. A la belle maturité des raisins sont incorporés 20 % de vins de réserve.





Champagne Ployez-Jacquemart

C’est la petite fille du fondateur, Laurence Ployez, qui est aujourd’hui le chef de cave de la maison et elle perpétue la tradition de l’héritage reçu en misant sur une seule règle : intervenir le moins possible. C’est son Extra-Brut Passion qui nous a séduits : une cuvée non millésimée composée à 55 % de Pinot Noir, 5 % de Pinot Meunier, 40 % de Chardonnay issus pour moitié des vins de la vendange 2004 et pour l’autre moitié de vins élevés en fûts de chêne sans fermentation malo-lactique et de vins de réserve antérieurs à 2004.





Champagne Gardet

La maison Gardet est installée sur la Montagne de Reims dans un village classé premier cru où les rosiers disputent le terrain aux vignes. La spécificité du Brut Réserve (deux tiers de Pinot Noir et Meunier pour un tiers de Chardonnay auquel on ajoute 25 % de vins de réserve élevés sous bois) est d’être un vin charnu et dense idéal pour être bu à table avec des volailles de fête. Les Anglais l’ont baptisé le petit Krug, un honneur, non ?

Les prix de ces vins oscillent entre 26 et 40 €







Autres vins pétillants



A côté du champagne existent d’autres vins pétillants ou effervescents à haute teneur en dioxyde de carbone : crémants de Loire, De Bourgogne, d’Alsace, clairette de Die, blanquette de Limoux…





Domaine de Savigny : un Crémant du Jura

Sur un sol argilo calcaire, l’AOC Crémant du Jura utilise les mêmes méthodes qu’en Champagne : cépage Chardonnay ( du 100 % pour cette maison là ), une récolte manuelle, un pressurage direct, une fermentation en cuve à 18°, un élevage sur latte de 24 mois. Avec une robe jaune vert, un nez soutenu de pommes, ce crémant Domaine de Savigny est assez rond en bouche même s’il finit de manière acidulée. Ce n’est pas un vin de réserve et il doit être bu dans l’année. 4, 30 €





Domaine de la Taille aux Loups, Triple Zéro, Jacky Blot : un effervescent de Montlouis-sur-Loire

Pays de Loire, 100 % Chenin comme cépage, vigne labourée et culture en lutte raisonnée, vendanges manuelles tel est le credo de cette maison qui, à l’image de son confrère François Chidaine, signe à Montlouis-sur-Loire des vins de qualité. Chez Jacky Blot, zéro chaptalisation, zéro liqueur de tirage et zéro liqueur d’expédition pour un vin qu’il faut aérer avant de le servir à 10 ou 12°. 12 €





Le Spumante Perla de Martini

Etincelance et pétillance à l’italienne avec Spumante Perla, telles sont les bulles rosées de Martini. Reprenant un savoir-faire de 1895, l’œnologue Enrico Bernardo, meilleur sommelier du monde 2004, a collaboré avec Martini pour créer ce vin de fête. A servir à une température de 6 à 8 ° agrémenté de glaçons et de framboises. 7, 98 €