Vin de Graves : une franche dégustation !

Alix Baboin-Jaubert
La vie a de ces détours parfois ! Par la vente de sa collection de timbres rares en 1966, Henri Lévêque acquiert 2 hectares sur la commune de Podensac… c’est le début d’une belle aventure qui se prolonge aujourd’hui avec 97 hectares et une famille unie autour de ces vins sublimes et harmonieux, le château de Chantegrive.
Avec la belle arrière-saison de l'été 2010, les vins seront certainement concentrés et puissants comme ceux de la cuvée 2006.

Avec la belle arrière-saison de l'été 2010, les vins seront certainement concentrés et puissants comme ceux de la cuvée 2006.
©DR

Un terroir de qualité


Sur des terrasses graveleuses formées par la Garonne sous l’époque quaternaire, les parcelles de la famille sont situées sur les meilleurs terroirs des communes de Podensac, Virelade, Illats et Cérons. Un vignoble de 30 ans, constitué pour les rouges de merlot et cabernet sauvignon ; pour les blancs, sémillon et sauvignon. Le respect de l’environnement avec une agriculture raisonnée qui permet un juste équilibre et le travail des hommes avec exigence et savoir-faire, voici les éléments qui assurent la qualité des vins en bout de course.


Avec les coquilles Saint-Jacques impeccable dans leur jus  de cresson,


nous dégustons la cuvée Caroline en 2010, une robe dense, dorée, un nez élégant, une bouche aromatique et longue, en 2007 pureté et concentration avec une jolie finale  et enveloppante. La coquille est joliment sublimée par le vin.


Robe rubis, arômes complexes de fruits mûrs et accents torréfiés pour le Graves rouge château de Chantegrive;  le blanc dans la cuvée Caroline en 2010, arbore quant à lui une une robe dense, dorée, un nez élégant, une bouche aromatique et longue.

Robe rubis, arômes complexes de fruits mûrs et accents torréfiés pour le Graves rouge château de Chantegrive; le blanc dans la cuvée Caroline en 2010, arbore quant à lui une une robe dense, dorée, un nez élégant, une bouche aromatique et longue.
©DR


Le paleron de bœuf confit et sa sauce riche et suave,


sont accompagnés d’un graves rouge château de Chantegrive, à robe rubis, arômes complexes de fruits mûrs et accents torréfiés, son ampleur répond au plat lourd et capiteux. La cuvée Henri-Lévêque affirme ses notes chocolatées, épicées, sa générosité en bouche avec son opulence et ses tanins fins. Un vin de belle classe à l’étiquette élégante.


Une famille unie autour d'un beau domaine de 97 hectares.

Une famille unie autour d'un beau domaine de 97 hectares.
©DR


Héléne Lévêque, une des propriétaires avec ses sœur et frères, explique sa tournée en Asie avec l’Union des Grand Crus, un monde fascinant aux codes différents qui apprécie les vins de Chantegrive. Elle situe les vendanges de cet été. « Après la grêle en mai, nous avons eu de la pluie en juin et juillet, ce qui nous a obligé à faire un tri drastique en août au moment de la vendange. L’arrière saison fut belle, sans eau. On peut comparer ce millésime 2010 à celui de 2006. Nous aurons des vins concentrés, sûrement magnifiques ! »


Voila qui est dit, espérons pour notre plus grand plaisir.


- Chantegrive rouge: entre 13 et 18 euros


- Chantegrive blanc: entre 9 et 10 euros


- Chantegrive "Caroline" entre 12 et 15 euros