Millas

Francine Claustres
On mangeait le millas lorsque l’on tuait le cochon, les oies ou les canards.
Le millas se retrouve sous le vocable de cruchade dans le Béarn et la Bigorre.
Parfait pour accompagner un entremet ou au goûter

Parfait pour accompagner un entremet ou au goûter
©2010 Claude Prigent

Cuisson : une heure



Ingrédients pour 6 personnes

1,5 litre d’eau

400 g de farine de maïs

300 g de farine de froment

1,5 litre de lait

120 g de beurre

120 g de sucre en poudre

15 cl d’eau de fleur d’oranger

1 cuillère à café de sel






  • Pour préparer le millas, il faut un petit chaudron (ou à défaut un grand faitout), une toudeilho (cime de jeune sapin ou d’épicéa) et une nappe blanche en grosse toile.



  • Si vous ne possédez pas de toudeilho, une grande et solide spatule fera l’affaire.



  • Dans le chaudron, faire bouillir l’eau, le lait, saler, verser les farines en pluie en remuant énergiquement avec la toudeilho pour éviter la formation de grumeaux.



  • Incorporer le beurre coupé en morceaux, le sucre et l’eau de fleur d’oranger.



  • Cuire au moins 1 heure en remuant souvent.



  • Le millas est cuit lorsque la toudeilho se tient droite dans la préparation.



  • Verser le millas sur la nappe farinée en une couche d’1,5 centimètre.






Le millas se sert, une fois refroidi, découpé en petits carrés frits à la poêle, ou coupé en petits cubes dans des assiettes à soupe et arrosé de lait chaud et sucré.



Boissons conseillées : Jurançon sec ou moelleux, graves liquoreux, Gaillac doux ou une tasse de thé.





Extrait de "La cuisine des Pyrénées" par Francine Claustres aux Editions Sud Ouest.