Mangez des pommes !

Alexandra Trubat
Un des plus vieux fruits, si ce n’est le plus vieux fruit du monde! La pomme était déjà consommée il y a plus de 3000 ans par les chinois, qui l’essaimèrent par la suite à travers les routes de la soie. Aujourd’hui, juste retour des choses : la Chine est le plus gros producteur de pommes avec près de 20 millions de tonnes chaque année sur les 64 millions produites dans le monde.
Panier de pommes ramassées dans le verger

Panier de pommes ramassées dans le verger
©DR

Une « pommeraie » digne de ce nom (ainsi se nomme les vergers de pommes !) doit cultiver les trois principaux types de pommes : les pommes à cidre, les pommes de table ou pommes à couteau et, surtout pour les plus gourmands, les pommes à cuire qui appartiennent à un des deux premiers types, mais supportent mieux la cuisson. Toutes issus de l'espèce « Malus pumila », ces pommes font parties des 20 000 variétés qui existent actuellement à travers le monde. Seulement 7 000 sont cultivées de manière intensive.



Avec les agrumes, la banane et le raisin, la pomme est l'un des fruits les plus consommés. En France, la préférence des consommateurs se tourne vers la « Golden » pour sa belle couleur dorée et sa douceur sucrée.





Des pommes sous toutes les formes



Crues ou cuites, en salade et en compote, en pâtisserie comme en boisson, les pommes peuvent se consommer sous toutes les formes possibles. On peut les flamber, les farcir, les fricasser, les transformer en mousse ou en croustade ou encore en un jus qu’il soit alcoolisé ou non. Cidre, Calvados et Pommeaux n’ont qu’à bien se tenir ! Ce fruit se marie très bien avec le citron, la cannelle et la vanille ; et grâce à sa pectine, il peut aider à la préparation de gelées de fruits trop aqueux.



La pomme convient enfin parfaitement à une préparation de plats sucré-salé. Elle s’accorde bien avec un rôti de porc, de la volaille ou encore du lapin ; et permet aussi de mieux digérer le boudin et l’andouillette. En quartiers ou en salade, sa douceur accompagne enfin très bien les fromages. Des utilisations et des recettes qui se renouvellent sans cesse grâce à l’imagination des cuisiniers.





Une drôle d’histoire



Le mot « pomme » vient du latin pomum qui désigne le mot commun « fruit », Pomona est d’ailleurs la déesse des fruits. Ce mot, à l’usage générique, pouvait désigner aussi bien l’orange que la pomme de pin ou la cannelle. Au fil du temps, « la pomme » s’est imposée et a remplacé l’ancienne appellation latine « malum » qui signifie « mal » ou « mauvais » en référence aux mythes qui entourent la pomme et qui font de ce fruit le symbole de la débauche.



Est-ce parce que la pomme est aussi âgée que les cultures fondatrices de notre société ? Mais ce fruit traine dans son sillage une ancienne et mauvaise réputation. « D’Adam et Eve » dans la Bible à « Atalante et Hippomène » en passant par « le jardin des Hespérides » jusqu’à « la guerre de Troie », la pomme est souvent liée au péché, à la discorde ou à l’échec.



Etonnante contradiction des symboles alors que les monastères et les couvents du Moyen-âge vantaient les vertus thérapeutiques de la pomme qui entrait dans la confection d'onguents. Le mot « pommade » vient d’ailleurs du mot « pomme ».

Crue et avec sa peau, la pomme, contient en effet une grande quantité d’antioxydants qui permettent de prévenir certains cancers. Elle est également riche en fibres qui diminuent le cholestérol et régulent le transit intestinal ainsi qu’en vitamines B, C et E. Peu calorique avec ses 85% d’eau, c’est un coupe faim naturel et efficace. Un allié minceur idéal à l’approche des beaux jours.



Un vieux dicton anglais rappelle « qu’une pomme par jour, éloigne le docteur pour toujours ». Un remède, certes non rembourser par la sécu, mais à la portée de tous. Alors pourquoi s’en priver ?