Les bières de Noël arrivent sur les comptoirs

Marie-Laure de Vienne
Les bières des fêtes de fin d’année offrent aux amateurs des brassins uniques, car atypiques et riches. Focus sur les boissons de quelques marques.
Fischer, toute belle en habit de Père Noël

Fischer, toute belle en habit de Père Noël
©DR

La tradition de la bière de Noël remonterait au XVIIIème siècle, époque à laquelle les brasseurs confrontés aux problèmes de conservation brassaient au rythme des saisons. Pour accueillir les nouvelles récoltes, les réserves d’orge et de houblon étaient vidées et brassées pour brasser une bière offerte aux employés et clients privilégiés à Noël. Cette tradition perdure et prend des appellations différentes selon les pays : «jouluolut» en Finlande, «noche buena» au Mexique, «célébration ale» en Californie.



Même si des différences entre les maisons subsistent, les spécificités organoleptiques de la bière de Noël sont les mêmes : une belle robe ambrée, un nez épicé et fort en agrumes, de l’acidité en final, un goût d’épices, de cannelle, de fruits secs et d’écorce d’orange, un taux légèrement plus fort en alcool (6 °).





L’Affligem de Noël



La bière belge est harmonieuse entre épices et fruits secs même si les notes de miel sont bien présentes.





La Fischer de Noël



Elle se découvre vendue avec un sachet d’épices pour réaliser un cocktail chaud où domineront les agrumes en zestes râpés et les épices telles que cardamome, cannelle, clou de girofle, gingembre, vanille.





La Grimbergen



Brassée depuis 9 siècles, Grimbergen est une bière d’abbaye. Entre la blanche, la réserve et l’ambrée, c’est la rouge que l’on préfère pour les jours d’hiver. Arômes de fruits rouges, d’épices, notes sucrées & salées sont bien équilibrées et la marque entend faire plus parler d’elle en renouvelant sa communication et son identité visuelle par une campagne sur le registre du Phoenix de l’abbaye et le pouvoir de renaître.





Kronenbourg



Avec sa gamme « Sélection des Brasseurs », Kronenbourg fait travailler 4 brasseurs qui chacun apportent en fonction des saisons leur note personnelle à l’élaboration de la bière. En hiver la bière du brasseur Marc Vaitilingom possède une robe d’ambre bien foncée, des notes chaleureuses de malt caramélisé.





Leffe



Forte de sept siècles de savoir-faire brassicole, la bière Leffe s’est offert les conseils et les recettes d’Hélène Darroze, chef parisien doublement étoilé. Avec la Leffe Blonde douce et subtile, la jeune femme landaise conseille des bouchées au crabe ; avec la Leffe 9° intense et caractérisée un poulet tandoori ; avec la Ruby fruitée des brochettes de betteraves et de fruits ; avec la Brune puissante et savoureuse un rouget sur des pommes de terre ; avec la Leffe Triple des rillettes de sardines.





Corona et Heineken



Sans être spécifiquement des bières de Noël, ces bières-là ne veulent pas se faire oublier des consommateurs et innovent sur un autre registre, celui de l’emballage. Heineken se propose en bouteille aluminium facile à ouvrir et refermable. La mexicaine, Corona Extra, joue le look familial en présentant sa petite sœur, la Coronita, une bouteille chic, de 21 cl seulement qui joue l’atout « nomade » pour être emmenée partout et l’impact « minceur » avec seulement 102 calories.