La révolution kitsch est en marche dans la décoration

Clément Martin
En réponse au style épuré, l’esprit kitsch fait de plus en plus d’adeptes, pour une décoration décalée et originale. L’architecture intérieure accentue l’incongruité, à travers un certain sens du mauvais goût, à envisager avec humour.
Réalisées par Pip studio, les assiettes à dessert « Early Bird » d’Ambiance & Styles ont de quoi renouer avec l’ambiance kitsch, où le rose et la rose sont à l’honneur. En porcelaine, elles sauront mettre en valeur la fin de votre repas.

Réalisées par Pip studio, les assiettes à dessert « Early Bird » d’Ambiance & Styles ont de quoi renouer avec l’ambiance kitsch, où le rose et la rose sont à l’honneur. En porcelaine, elles sauront mettre en valeur la fin de votre repas.
©DR

D’origine allemande, le terme « kitsch » désigne une accumulation de caractéristiques démodées et/ou populaires dans un seul et même objet. Issu d’un concept apparu aux alentours de 1860, il s’agit de contre-attaquer une certaine idée du bon goût, comme un droit de pouvoir apprécier les produits d’une consommation de masse. Le style reprend d’ailleurs les formes classiques de l’art, en accentuant sur les ornementations, dans une surcharge de détails. Si le terme est à l’origine péjoratif, il s’émancipe peu à peu pour devenir un véritable esprit de vie. Même des artistes réputées, comme Jeff Koons ou Takashi Murakami, n’hésitent plus à revendiquer le kitsch, comme une source d’inspiration pour leur art. Il s’inscrit dans l’humour, comme un pied de nez à des principes artistiques souvent figés dans leur expression.


Pas de jaloux avec le kitsch, où les murs pourront s’en donner à cœur joie avec ce papier peint « Vintage scraps » de The Collection. Dessiné par le Studio Ditte, il met en scène toute une galerie de personnages à l’esprit pastoral.

Pas de jaloux avec le kitsch, où les murs pourront s’en donner à cœur joie avec ce papier peint « Vintage scraps » de The Collection. Dessiné par le Studio Ditte, il met en scène toute une galerie de personnages à l’esprit pastoral.
©DR


Dans le domaine de l’architecture intérieure, invoquer l’esprit du kitsch revient à créer un univers ludique et coloré, proche d’une perception de l’extravagance. Il permet de s’affranchir des codes classiques, où le décalé prend tout son sens, dans l’originalité la plus assumée. De ce fait, le premier principe est d’aller à l’encontre de l’épuré, où l’accumulation superflue se fait reine. Si la surcharge vous inquiète, vous pouvez opter pour quelques détails sélectionnés avec soin, pour créer un effet de surprise. Le contraste est l’élément clé de ce type de décoration, située toujours entre la frontière d’un classique totalement revisité à travers le prisme de l’inattendu. Il s’agit de prendre à rebours les règles considérées de « bon goût », dans un genre inversé qui n’a aucune limite.


Même le canapé peut prendre forme sous la houlette du kitsch avec le coussin « Queen » de Kraft-Decoline.com. Représentant la reine d’Angleterre, rien ne vaut un portrait élégant d’Elisabeth II à la manière du point de croix.

Même le canapé peut prendre forme sous la houlette du kitsch avec le coussin « Queen » de Kraft-Decoline.com. Représentant la reine d’Angleterre, rien ne vaut un portrait élégant d’Elisabeth II à la manière du point de croix.
©DR


Si le blanc est souvent utilisé comme base, pour l’associer plus simplement à une débauche de couleurs, vous pouvez faire preuve d’audace en lui préférant des teintes saturées. Dans le même esprit, vous pouvez diminuer l’impression vivifiante, en vous concentrant sur un jeu de pastels, qui apportera un léger charme suranné. Les effets de dorures ou argentés sont les bienvenus, car le clinquant accroche la lumière pour mieux la diffuser dans la pièce. Osez le laqué pour un effet de surbrillance garanti. Pour garder une cohérence et une harmonie, vous pouvez décliner un même motif sur les murs, les rideaux, le tapis et les objets de décoration, le code graphique fonctionnant comme un fil rouge. Les différences de matières peuvent jouer un rôle primordial dans le kitsch, qui n’hésite pas à utiliser tout ce qui lui passe par la main, de la fourrure au plastique et de la dentelle au cuir.


Comme tous les mouvements, le kitsch possède ses objets emblématiques à l’instar de cette lampe « Toucan » d’Edmond. En plastique, son bec s’oriente pour déplacer le faisceau de lumière aux gré des envies.

Comme tous les mouvements, le kitsch possède ses objets emblématiques à l’instar de cette lampe « Toucan » d’Edmond. En plastique, son bec s’oriente pour déplacer le faisceau de lumière aux gré des envies.
©DR


L’incongruité se crée également avec les objets, dans toute une série de collections aussi folles les unes que les autres. Presse-papier, boules à neige, pendules à coucou, assiettes de porcelaine apportent une touche de fantaisie, accentuée par l’accumulation. Si l’objet peut se parer d’une forme classique, il peut aller à l’encontre en présentant un décor original, emprunt d’un grand sens de l’humour. Le verre et les miroirs sont particulièrement intéressants pour leur transparence ; pensez aux pampilles d’un lustre par exemple. L’idée d’une ornementation omniprésente peut être représentée par l’esprit rococo ou baroque, qui ont connus un certain succès dans l’histoire de l’art. N’hésitez pas à mélanger les époques, en cherchant des inspirations complètement opposées. Décorez un mur de mille et un cadres avec des tailles différentes, représentant des images des siècles passés, ultra modernes, ou des années d’après-guerre.


La collection « Snow Glob’Art » de Royal River érige la célèbre boule à neige en objet de luxe, pouvant se personnaliser des dimensions à la matière. Coque de verre ou de cristal ? Neige d’or, d’argent, de pierre ou de bois précieux ?

La collection « Snow Glob’Art » de Royal River érige la célèbre boule à neige en objet de luxe, pouvant se personnaliser des dimensions à la matière. Coque de verre ou de cristal ? Neige d’or, d’argent, de pierre ou de bois précieux ?
©DR


Les figures populaires sont surabondantes dans l’univers kitsch, un doux mélange de Lady Di, Marie-Antoinette ou Hello Kitty. Plus le personnage est récurrent dans la vie quotidienne et plus il trouve sa place dans ce type d’intérieur. Les clins d’œil à une culture populaire doivent faire légion, en reprenant les thèmes classiques de la religion, de l’Histoire, dans une version traditionnelle ou complètement décalée. Macramé, laine, plumes, franges peuvent orner avec allégresse le moindre détail du linge de maison. Pour un canapé loufoque, vous pouvez multiplier les coussins dans des formes, des matières et des couleurs complètement opposés, sur un fond de plaids au crochet multicolores et saris indiens pour un style bohémien chic. 


Conçu par Rachel Convers, le plateau-cadre « Zhao » de Kraft-Decoline.com s’orne d’un lapin façon naturaliste aux allures humaines. Inspiré par les tableaux d’apparat, il se pose sur un mur ou sur la table de service.

Conçu par Rachel Convers, le plateau-cadre « Zhao » de Kraft-Decoline.com s’orne d’un lapin façon naturaliste aux allures humaines. Inspiré par les tableaux d’apparat, il se pose sur un mur ou sur la table de service.
©DR


Vous l’aurez compris le kitsch est à prendre avec le sens de l’humour, comme une décoration au second degré. Il permet de créer un intérieur 100 % personnalisable, où la faute de goût n’est pas à craindre, puisqu’elle est recherchée. Avis aux amateurs …


www.pieddepoule.com   

www.ambianceetstyles.com

www.mathilde-m.com

www.made4kids.fr

www.thecollection.fr

www.kraft-decoline.com

www.edmond.tm.fr

www.madeindesign.com

www.wuandwu.com

www.vanessamitrani.com

www.applymage-design.com

www.marvelous-store.fr

www.royalriver.fr

www.goodobject.me


Dans la collection « La Famille s’éclate », je demande le chouchou, l’incruste ou l’amant. Créé pour Pied de Poule, le bol breton régional prend un nouveau ton, en oubliant les prénoms pour investir dans le rôle-titre.

Dans la collection « La Famille s’éclate », je demande le chouchou, l’incruste ou l’amant. Créé pour Pied de Poule, le bol breton régional prend un nouveau ton, en oubliant les prénoms pour investir dans le rôle-titre.
©DR