La maison Lalique fête ses 130 ans

Agnès Zamboni
Fondée par René Lalique, un artiste éclectique, cette griffe a gagné ses galons dans la création verrière qu’elle a révolutionné au début du XXème siècle.
A gauche, réédition du vase Serpent, création René Lalique en 1924. A droite, vase Hirondelles en cristal bleu saphir de la nouvelle collection 2018, rendant hommage au talent de René Lalique.

A gauche, réédition du vase Serpent, création René Lalique en 1924. A droite, vase Hirondelles en cristal bleu saphir de la nouvelle collection 2018, rendant hommage au talent de René Lalique.
©Lalique


René Lalique, fondateur inspiré



« Je regarde, j’observe la femme, l’enfant, l’envol d’un oiseau, un arbre, un poisson ; soudain l’harmonie d’une forme, d’une attitude, d’un geste, d’un mouvement s’impose à mon esprit, ne le quitte plus, se combine avec d’autres éléments de composition antérieurement acquis…L’œuvre est mûre, je n’ai plus qu’à la cueillir », raconte René Lalique à Maximilien Gauthier, journaliste. Alors qu’à la fin du XIXème siècle, il a donné une nouvelle impulsion à l’art du bijou en faisant cohabiter émail, corne, ivoire, nacre et pierres semi-précieuses, c’est encore René Lalique qui, au début du XXème siècle, dépoussière celui du flacon de parfum. Grâce au succès qu’il rencontre dans ce second domaine, il fait construire, en 1921, la Verrerie d’Alsace à Wingen-sur-Moder. Nous sommes alors en pleine période Art déco qui va inciter cet artiste à adopter la géométrisation des formes dans l’air du temps. René Lalique, qui a si bien représenté, avec poésie, simplicité et délicatesse, la flore la faune et la figure féminine de l’Art nouveau, saura évoluer dans la mouvance des styles. 



Réalisés dans les années 1930 par René Lalique, portes en verre avec intégration de panneaux de style Art Déco dans le palais du Prince Asaka, aujourd’hui musée d’art métropolitain Teien à Tokyo. Architecte, Henri Rapin.

Réalisés dans les années 1930 par René Lalique, portes en verre avec intégration de panneaux de style Art Déco dans le palais du Prince Asaka, aujourd’hui musée d’art métropolitain Teien à Tokyo. Architecte, Henri Rapin.
©Lalique




Une maison familiale



A l’exposition des Arts décoratifs de 1925, le talent de Lalique culmine avec des propositions, à un très haut niveau de raffinement, dans l’univers de la décoration intérieure, des arts de la table, des objets décoratifs et des projets architecturaux. Une boutique rue Royale à Paris voit enfin le jour, en 1935. Après un ralentissement de la production pendant la Seconde Guerre Mondiale et le décès de René Lalique en 1954, c’est son fils Marc qui remplace le verre par le cristal et hisse la Maison Lalique au rang des plus grandes cristalleries françaises et étrangères. Et Marie-Claude, petite fille du fondateur, perpétue jusqu’en 1977, l’œuvre familiale en mariant modernité et tradition.



A gauche et à droite, carafe à décanter, modèle Le Cylindre, créée par le critique de vin international James Suckling, ligne 100 Points. Au centre, réédition du lustre Champs-Elysées créé par Marc Lalique en 1951, qui évoque les allées de platanes de la plus célèbre avenue parisienne.

A gauche et à droite, carafe à décanter, modèle Le Cylindre, créée par le critique de vin international James Suckling, ligne 100 Points. Au centre, réédition du lustre Champs-Elysées créé par Marc Lalique en 1951, qui évoque les allées de platanes de la plus célèbre avenue parisienne.
©Lalique




Une ouverture sur la modernité



Rachetée en 2008 par la société suisse Art & Fragrance, renommée Lalique Group en 2016, la maison Lalique poursuit toujours la pratique des savoir-faire traditionnels en s’associant à des artistes et designers pour créer des objets hors du commun : Mario Botta, Zaha Hadid, Anish Kapoor, Damien Hirst ou le Studio Putman… la liste est longue. Après une modernisation de la manufacture historique en 2010, l’année 2011 a permis l’ouverture du musée Lalique signé Jean-Michel Wilmotte, et le lancement de la Ligne Maison, composée de nouvelles créations de meubles, accessoires de décoration et linge de maison, avec la collaboration de Lady Tina Green et Piero Mingarelli, qui ont réinterprété les codes de l’Art déco. Reconnue aujourd’hui Entreprise du Patrimoine Vivant, Lalique symbolise l’art de vivre à la française, sous toutes ses formes.



www.lalique.com



Décoration intérieure du train Côte d’Azur Pullman Express, avec panneaux en verre créés en 1929 par René Lalique, représentant des bouquets stylisés façon Art déco.

Décoration intérieure du train Côte d’Azur Pullman Express, avec panneaux en verre créés en 1929 par René Lalique, représentant des bouquets stylisés façon Art déco.
©Lalique




Rééditions du vase Anémones, en cristal coloré, créé en 1912 par René Lalique.

Rééditions du vase Anémones, en cristal coloré, créé en 1912 par René Lalique.
©Lalique




Marc Lalique, fils du fondateur et Marie-Claude, la fille de Marc.

Marc Lalique, fils du fondateur et Marie-Claude, la fille de Marc.
©Lalique




Rééditions du vase Mossi, en cristal coloré, avec effet kaléidoscope, créé par René Lalique en 1933.

Rééditions du vase Mossi, en cristal coloré, avec effet kaléidoscope, créé par René Lalique en 1933.
©Lalique




Les ateliers Lalique en 1922.

Les ateliers Lalique en 1922.
©Lalique




Rééditions du vase Languedoc en cristal coloré, inspiré par la région française éponyme, créé en 1929 par René Lalique.

Rééditions du vase Languedoc en cristal coloré, inspiré par la région française éponyme, créé en 1929 par René Lalique.
©Lalique




Aménagement intérieur de la salle à manger des premières classes du Paquebot Normandie, avec colonnes lumineuses et lustres signés René Lalique.

Aménagement intérieur de la salle à manger des premières classes du Paquebot Normandie, avec colonnes lumineuses et lustres signés René Lalique.
©Lalique




Panneaux en verre de René Lalique, créés en 1928, dans le wagon restaurant de l’Orient Express.

Panneaux en verre de René Lalique, créés en 1928, dans le wagon restaurant de l’Orient Express.
©Lalique




René Lalique en 1925 et la réédition du service Mouettes, créé en 1938.

René Lalique en 1925 et la réédition du service Mouettes, créé en 1938.
©Lalique




Collection Art de la table, créée en 2011, avec notamment, les verres de ligne 100 Points, la salière et la poivrière Feuilles.

Collection Art de la table, créée en 2011, avec notamment, les verres de ligne 100 Points, la salière et la poivrière Feuilles.
©Gilles Pernet pour Lalique




Contrastes des styles : à gauche, dans un style Art nouveau et présenté à l’Exposition Universelle de 1900, stand de la maison Lalique qui met en scène un décor de chauve-souris et de toiles d’araignée. A droite, en 1935, la décoration intérieure du paquebot Le Normandie avec des créations de style Art déco signées René Lalique.

Contrastes des styles : à gauche, dans un style Art nouveau et présenté à l’Exposition Universelle de 1900, stand de la maison Lalique qui met en scène un décor de chauve-souris et de toiles d’araignée. A droite, en 1935, la décoration intérieure du paquebot Le Normandie avec des créations de style Art déco signées René Lalique.
©Lalique




A gauche, réédition de la table Cactus, créée en 1951. A droite photophore et bougie Hirondelles, édités en 2018, pour le jubilé des 130 ans de la maison Lalique.

A gauche, réédition de la table Cactus, créée en 1951. A droite photophore et bougie Hirondelles, édités en 2018, pour le jubilé des 130 ans de la maison Lalique.
©Gilles Pernet pour Lalique