Le Lloyd Loom, un mobilier au style intemporel

Clément Martin
Depuis les années 90, les meubles en Lloyd Loom connaissent un regain de succès dans l’aménagement indoor et outdoor. Grâce à ses qualités résistantes, cette matière possède une solidité à toute épreuve, qui s’inscrit dans le temps.
Le Lloyd Loom se prête particulièrement à une ambiance british, teintée d’un esprit de détente. Avec cette table basse et ce fauteuil de Kok Maison, le « tea time » n’aura jamais été aussi dépaysant.

Le Lloyd Loom se prête particulièrement à une ambiance british, teintée d’un esprit de détente. Avec cette table basse et ce fauteuil de Kok Maison, le « tea time » n’aura jamais été aussi dépaysant.
©DR

L’intérêt du Lloyd Loom dans l’architecture intérieure est relativement nouveau, alors que son invention date de 1917. Elle est le fait d’un américain, Marshall B. Lloyd, qui recherche une technique permettant un meilleur rendement dans le domaine du tissage. Il met au point un système de papier kraft enroulé autour d’un fil métallique qui, disposé sur un métier à tisser, permet de créer une natte au cannage particulier. Surnommé « le roi de la voiture d’enfant », Marshall B Lloyd se lance d’abord dans la conquête du marché des nouveau-nés, en réalisant des landaus. Par la suite, il expérimente son invention sur des meubles de toutes sortes, pour couvrir une gamme plus large, qui connaît un véritable engouement outre-Atlantique.


La chaise longue Deauville Lounger offre une assise des plus confortables, pour se prélasser au soleil. Vincent Sheppard propose sept coloris, pour une intégration en harmonie avec le jardin, sur un cadre en aluminium.

La chaise longue Deauville Lounger offre une assise des plus confortables, pour se prélasser au soleil. Vincent Sheppard propose sept coloris, pour une intégration en harmonie avec le jardin, sur un cadre en aluminium.
©DR


Mais, il faut attendre 1921, avant que l’Europe ne s’empare du Lloyd Loom, lorsqu’un anglo-saxon, William Lusty et son fils Frank, décident de développer un mobilier typiquement anglais, en rachetant le brevet d’invention. En risque de faillite, cinq années seront nécessaires pour que le succès du Lloyd Loom soit réellement effectif. Ce phénomène de mode s’explique par le développement de l’architecture d’intérieur dans les grands hôtels et les régates royales d’Henley, Wimbledon et Twickenham, qui s’équipent de ce tout nouveau mobilier. Devenu très populaire, ce papier tissé sert à la fabrication d’un siège spécial pour les forces armées de la RAF (Royal Air Force) au seuil de la guerre. Cependant, la Seconde Guerre mondiale va mettre un terme à la production européenne, suite aux bombardements de la Luftwaffe sur le sol anglais, qui détruisirent l’usine de Bow dans l’est londonien, en 1939-40.


Lloyd/Flanders a créé une collection Réflexions autour de la détente et de la relaxation, pour une évasion au quotidien. Recouvrant les coussins, le tissu apporte une touche résolument moderne, avec son jeu graphique de lignes.

Lloyd/Flanders a créé une collection Réflexions autour de la détente et de la relaxation, pour une évasion au quotidien. Recouvrant les coussins, le tissu apporte une touche résolument moderne, avec son jeu graphique de lignes.
©DR


La redécouverte des métiers artisanaux dans les années 80-90 permet au Lloyd Loom de se faire connaître, comme une véritable renaissance. Le procédé de fabrication n’a pas évolué depuis son invention, avec un assemblage à la main. Sous la forme de bobines d’un mètre de large, le papier kraft est découpé industriellement en bandelettes de cinq centimètres. Celles-ci sont réunies pour être torsadées autour d’un fil fin en acier, permettant son installation sur un métier à tisser. Avec une largeur de deux à quatre mètres, le Lloyd Loom est découpé comme les pièces d’un patron, selon le mobilier qu’il doit venir habiller. Créée en partie pour concurrencer le rotin, sa fabrication est plus rapide et moins onéreuse, grâce au développement de son industrialisation. D’ailleurs, la production de ce papier tissé est 30 fois plus rapide que le tissage d’un cannage traditionnel en osier ou en rotin.


Optimiser le confort, tel est l’ambition de Vincent Sheppard avec ce fauteuil Lazy Joe. L’acier tubulaire du piètement offre une certaine plénitude, comme si l’assise flottait dans les airs. Des heures de farniente en perspective !

Optimiser le confort, tel est l’ambition de Vincent Sheppard avec ce fauteuil Lazy Joe. L’acier tubulaire du piètement offre une certaine plénitude, comme si l’assise flottait dans les airs. Des heures de farniente en perspective !
©DR


Décorant les bateaux de croisières, les hôtels ou les salons de thé du début du siècle, le Lloyd Loom s’est vu doter d’une aura prestigieuse, considéré comme un matériau haut de gamme. Avant sa reproduction, ce mobilier était l’objet d’une farouche recherche pour les collectionneurs. Travaillé comme un tissu, il possède une meilleure solidité, une meilleure résistance et un toucher plus agréable que le rotin. Le tressage en natte est fixé sur un cadre, qui offre aux sièges un confort exceptionnel, lui conférant une réputation légendaire. En outre, les finitions permettent de lisser la matière, préservant la peau et les vêtements de tout accrochage.


Sous un porche ou une pergola, le mobilier de Lloyd/Flanders permet de créer une véritable ambiance, où le présent semble figer sur une image du passé. Les couleurs plus vives des tissus apportent un contraste dans la modernité.

Sous un porche ou une pergola, le mobilier de Lloyd/Flanders permet de créer une véritable ambiance, où le présent semble figer sur une image du passé. Les couleurs plus vives des tissus apportent un contraste dans la modernité.
©DR


Depuis sa création, le Lloyd Loom inspire de nombreux designers, qui évoquent la période art-déco et le classicisme des meubles du début du siècle. Il incarne un style intemporel, qui donne une belle élégance à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison. Le mobilier indoor habille des structures en bois solide, souvent du hêtre, ce qui lui assure une certaine longévité. Le mobilier outdoor est constitué d’un cadre en aluminium, qui allie résistance et légèreté, offrant une manipulation simplifiée. Pour qu’il puisse résister aux intempéries, une couche de protection anti-rouille lui est apposée, dans un bain de latex. Il ne nécessite qu’un entretien minimum, puisqu’un coup de chiffon humidifié suffit à lui redonner tout son éclat. En hiver, il est conseillé de mettre son mobilier à l’abri, pour qu’il puisse durer le plus longtemps possible.


Comment aménager un couloir ? Avec élégance et simplicité, grâce à cette console et ce miroir de Vincent Sheppard. Le Lloyd Loom se suffit à lui-même, pour donner du caractère à une pièce, où la surface est réduite.

Comment aménager un couloir ? Avec élégance et simplicité, grâce à cette console et ce miroir de Vincent Sheppard. Le Lloyd Loom se suffit à lui-même, pour donner du caractère à une pièce, où la surface est réduite.
©DR


Dans un style très british, le Lloyd Loom évoque au mobilier au raffinement intemporel, qui s’inscrit dans la durée. Il incarne le luxe du début XXème siècle, grâce à son succès dans l’aménagement des bateaux et hôtels de l’Angleterre de Georges V.


www.vincentsheppard.com

www.kokmaison.com

www.lloydflanders.com


Si le Lloyd Loom se fait idéal pour les intérieurs traditionnels, il s’intègre également à une pièce plus épurée. Ces fauteuils de Lloyd/Flanders jouent sur des formes en rondeur, avec un travail discret de la couleur.

Si le Lloyd Loom se fait idéal pour les intérieurs traditionnels, il s’intègre également à une pièce plus épurée. Ces fauteuils de Lloyd/Flanders jouent sur des formes en rondeur, avec un travail discret de la couleur.
©DR