A Moulins, dans l’Allier, la maison Mantin dévoile ses trésors de la fin du XIXème siècle

Agnès Zamboni
Comme un écrin, elle abrite les collections d’un amateur d’art, Louis Mantin, et sa décoration offre un panorama des styles et des savoir-faire de tradition ancienne. A découvrir, après une restauration minutieuse, réalisée par le Conseil Général de l’Allier.
Située en centre ville, en face du parc Laussedat de Moulins, la maison oscille entre manoir anglais et château néo-gothique.

Située en centre ville, en face du parc Laussedat de Moulins, la maison oscille entre manoir anglais et château néo-gothique.
©DR

Un style marquant


Sa construction, qui date de 1883, à été réalisée sur les plans de l’architecte René Moreau, très connu, à l’époque, dans le département de l’Allier. Ce bâtiment pittoresque, de style éclectique ou historique, a été construit dans le style des manoirs néo-normands. En brique et bois, il présente des emprunts notables au dessin du château. A l’intérieur, cuirs dorés, tapisseries d’Aubusson, vitraux, faïences, sculptures, minéraux, peintures, photographies, livres, étoffes d’ameublement… du salon d’apparat en passant par le cabinet de curiosités où fourmillent les bizarreries, les porcelaines, les verreries…Tout dans cette maison raconte l’histoire des arts décoratifs.


La chambre de Louis Mantin aux murs habillés de tentures en cuir doré. Dans un décor de la Renaissance, un lit à colonnes, que l’on peut entièrement fermer avec des tentures, selon le modèle dit « à la française ».

La chambre de Louis Mantin aux murs habillés de tentures en cuir doré. Dans un décor de la Renaissance, un lit à colonnes, que l’on peut entièrement fermer avec des tentures, selon le modèle dit « à la française ».
©DR


Des façades caractéristiques


La Maison Mantin présente un plan asymétrique sur trois niveaux. Elle se caractérise par de nombreux décrochements, des tourelles, des baies de formes variées. Les toits débordants sont couverts de tuiles plates et les pignons sont coupés. Les parements sont construits en pierre aux joints cimentés. Des moulurations horizontales en pierre taillée scandent les étages. Les ouvertures présentent des encadrements en pierre plus claire et en briques. Un décor de terre cuite émaillée polychrome agrémente les façades.


La façade donnant à l’est est séparée du jardin Laussedat par un petit jardin privé clôturé par une grille d’inspiration Art nouveau, les piliers alternant pierre et brique sont ornés de vases Médicis. La tour permet d’accéder aux salles basses, par une porte située à sa base.


La façade « ouest » donne sur une terrasse qui domine, aujourd’hui, des jardins. Un thuya géant, arbre exotique et des tilleuls qui bordaient la terrasse ont dû être abattus lors des travaux de rénovation pour la préservation du patrimoine bâti. Ils avaient été plantés par Louis Mantin.


Première maison privée électrifiée de Moulins, la Maison Mantin a conservé ses luminaires d’origine, comme cette lampe d’église ancienne électrifiée par son propriétaire, Louis Mantin.

Première maison privée électrifiée de Moulins, la Maison Mantin a conservé ses luminaires d’origine, comme cette lampe d’église ancienne électrifiée par son propriétaire, Louis Mantin.
©DR


Et tout le confort moderne


Outre la décoration d’exception, cette maison était équipée, à l’époque, du chauffage, en plus des cheminées, ainsi que de l’électricité et intégrait une vraie salle de bains. L’eau était chauffée dans un réservoir placé sous la toiture de la tour. Chaque étage de la maison était équipé de toilettes. La cuvette en faïence blanche était encastrée dans un très chic meuble en bois. Et la chasse d’eau empruntait le système de la pompe utilisé couramment sur les navires.


Aimez-vous les maisons anciennes ? Sont-elles des sources d’inspiration pour votre lieu de vie ?


Dans la splendide salle de bains, de forme hexagonale, une baignoire en cuivre étamé et un placard chauffe-serviettes. Les décors de plantes aquatiques sont traités dans des teintes pastel et fraîches. Ils évoquent les décors dits de « boutique », si habituels autour des années 1890-1900.

Dans la splendide salle de bains, de forme hexagonale, une baignoire en cuivre étamé et un placard chauffe-serviettes. Les décors de plantes aquatiques sont traités dans des teintes pastel et fraîches. Ils évoquent les décors dits de « boutique », si habituels autour des années 1890-1900.
©DR


Renseignements :

Maison Mantin

Place du Colonel Laussedat

03000 Moulins

Tél. : 04 70 20 48 47.

Site : www.mab.allier.fr/2049-la-maison-mantin.htm

Mail : musée-a-beaujeu@cg03.fr


Détail d’un autre vitrail situé dans la chambre de Louis Mantin.

Détail d’un autre vitrail situé dans la chambre de Louis Mantin.
©DR


L’escalier et sa cage rendent hommage à la tradition familiale d’ébénisterie de Mantin. Pivot de la maison, en bois foncé ciré, tournant à angle droit, il dessert tous les étages.

L’escalier et sa cage rendent hommage à la tradition familiale d’ébénisterie de Mantin. Pivot de la maison, en bois foncé ciré, tournant à angle droit, il dessert tous les étages.
©DR


Dans sol du corridor d’entrée, une inscription « SALVE » en mosaïque, fait référence aux villas romaines.

Dans sol du corridor d’entrée, une inscription « SALVE » en mosaïque, fait référence aux villas romaines.
©DR