Mama Shelter un hôtel fou, fou, fou à Bordeaux

Agnès Zamboni
C’est le 5ème hôtel Mama Shelter de la chaine atypique, excentrique et éponyme fondée par la famille Trigano. Comme les 4 autres, il est incontournable, unique, iconoclaste, miroir de son créateur, Philippe Starck.
Dans les chambres, une literie 5 étoiles et des draps de coton dans un décor relevé par des codes devenus identitaires : moquette imprimée, masques cartoons, jeux de miroirs et têtes de lit lumineuses.

Dans les chambres, une literie 5 étoiles et des draps de coton dans un décor relevé par des codes devenus identitaires : moquette imprimée, masques cartoons, jeux de miroirs et têtes de lit lumineuses.
©Francis Amiand

Une situation stratégique


Situé sur la place Saint-Christoly, dans l’hyper-centre historique de Bordeaux, le Mama Shelter occupe désormais l’ancienne Tour du Gaz. Avec sa tour d’angle qui domine la ville du haut de ses 47 mètres, cet ancien bâtiment qui figure au rang du patrimoine immobilier du XXème siècle, était considéré comme un OVNI au moment de sa construction en 1934 par l’architecte Raoul Jourde. Aussi transgressif, original et novateur en son temps, que le Mama Shelter l’est aujourd’hui, il accueille désormais restaurant, pizzeria, bar à cocktails et bar à vins, deux Ateliers (salles de travail) et 97 chambres.


Le show kitchen, un espace ouvert et accueillant comme une cantine.

Le show kitchen, un espace ouvert et accueillant comme une cantine.
©Francis Amiand


Un Mama pas tout à fait comme les autres


A l’extérieur, Laurent Portejoie de l’Atelier King Kong à l’œuvre du remaniement architectural, a respecté les particularités du projet d’origine, notamment dans l’écriture des façades. A l’intérieur, Philippe Starck a opéré cette théâtralisation à géométrie variable, réjouissant bazar organisé. La réception, le restaurant, les bars, la pizzeria et le show-kitchen forment un espace accueillant, multiple et ouvert, pour se réunir et  se retrouver. Babyfoot géant, scène «live» avec instruments de musique du monde entier suspendus, tables d’hôtes éclairées par des bouées lumineuses totalement régressives et séances de vidéo-shoot déjantées, l’excentricité est ici au pouvoir. Au sous-sol, le Mama’s Ping-Pong Club propose de partager une partie endiablée.


Le roof top offre une vue imprenable sur les toits de Bordeaux. Et dès l’été prochain, il permettra de dîner ou boire un verre tout en laissant voguer ses yeux sur la mer des toits de tuiles roses bordelaises.

Le roof top offre une vue imprenable sur les toits de Bordeaux. Et dès l’été prochain, il permettra de dîner ou boire un verre tout en laissant voguer ses yeux sur la mer des toits de tuiles roses bordelaises.
©Francis Amiand


Connection oblige !


Sur 5 étages, les 97 chambres minimales et connectées jouent la carte d’un confort maximal. Chaque chambre est donc équipée d’un iMac 27 pouces qui centralise Internet, télévision, radio et ordinateur, qui permet de connecter ses propres «devices» pour visionner ses contenus et qui propose un service de VOD gratuite, pour produire des mini-films de 10 secondes et garder un souvenir de son expérience.


Devinez le prix des chambres : à partir de 49 €, le lit en chambre double.


L’espace bar restaurant est un espace festif, confortable, chaleureux, réconfortant vivant, joyeux et coloré.

L’espace bar restaurant est un espace festif, confortable, chaleureux, réconfortant vivant, joyeux et coloré.
©Francis Amiand


Contact :

Mama Shelter Bordeaux

19, rue Poquelin Molière

33000 Bordeaux

Tél. : 05 57 30 45 45

www.mamashelter.com


L’une des deux salles de travail, pour ateliers séminaires, à la décoration ludique.

L’une des deux salles de travail, pour ateliers séminaires, à la décoration ludique.
©Francis Amiand


La cour intérieure a pris des couleurs, mais la structure du bâtiment n’a pas changé.

La cour intérieure a pris des couleurs, mais la structure du bâtiment n’a pas changé.
©Francis Amiand


Dès la réception, chaque détail compte et tout n’est qu’attentions. Au rez-de-chaussée, atmosphères diverses et scénarios d’usage se succèdent, pour écrire une certaine folie orchestrée: boutique décalée…

Dès la réception, chaque détail compte et tout n’est qu’attentions. Au rez-de-chaussée, atmosphères diverses et scénarios d’usage se succèdent, pour écrire une certaine folie orchestrée: boutique décalée…
©Francis Amiand