L’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI-Les Ateliers), une formation par « le faire »

Agnès Zamboni
Ecole parisienne de design réputée pour son enseignement pas comme les autres, l’ENSCI-Les Ateliers propose une approche unique et individualisée du métier de designer, aux créateurs industriels de demain.
Projet d’atelier Cabano de Jean-Alex Quach et Julien Roussel (Création Industrielle) en partenariat avec Walomo.

Projet d’atelier Cabano de Jean-Alex Quach et Julien Roussel (Création Industrielle) en partenariat avec Walomo.
©Véronique Huyghe


Sa sélection et formation



L’admission à l’ENSCI-Les Ateliers se fait par la voie d’un concours très sélectif (une quarantaine d’élèves chaque année pour 3 à 5 ans d’études), ouvert à tous et sans limite d’âge. La formation se structure en 3 phases, découverte, approfondissement et ouverture, diplôme. Cela correspond à 5 années d’étude pour les élèves bacheliers, ayant obtenu un BT ou diplômes étrangers équivalents, 4 ans pour les étudiants de niveau Bac + 2, ayant obtenu un BTS ou DUT, et 3 ans pour les étudiants niveau BAC +3, ayant obtenu une licence, un bachelor, voire au-delà, mais aussi pour les candidats qui ont exercé une activité professionnelle d’au moins 4 ans dans le domaine de la création industrielle, quel que soit leur niveau d’études antérieur. Cette école propose aussi un diplôme de designer textile en 4 années, segmentées en 8 semestres, avec un calendrier commun à la formation générique et une mutualisation de certains cours et ateliers.



Avec une pédagogie particulière, l’apprentissage s’effectue autour d’ateliers de projets, grâce à la modélisation numérique, le maquettage et le prototypage rapide…Les thématiques abordées sont liées aux dernières innovations technologiques comme les objets et textiles connectés ou la robotique et défrichent aussi des nouveaux territoires peu investis par le design comme celui du handicap, du social ou du médical…



Ce type d’enseignement personnalisé, théorique et pratique, rend l’étudiant très autonome qui, acteur de sa formation, choisit ses cours, ses options, ses projets. Les élèves sont regroupés en fonction de leurs objectifs et non par année. Les plus anciens apprennent aussi aux plus jeunes dans un souci de dynamisme transversal.



A base du projet d’atelier Cabano, un système de parois gonflables qui permet à cette microarchitecture de se rétracter ou de se déployer. Création de Jean-Alex Quach et Julien Roussel (Création Industrielle) en partenariat avec Walomo.

A base du projet d’atelier Cabano, un système de parois gonflables qui permet à cette microarchitecture de se rétracter ou de se déployer. Création de Jean-Alex Quach et Julien Roussel (Création Industrielle) en partenariat avec Walomo.
©Véronique Huyghe




Sa différence



Née d’une volonté politique en 1982, l’ENSCI-Les Ateliers est la seule école nationale publique exclusivement consacrée à la création industrielle et au design. Son modèle ? Le Bauhaus. Elle est aussi classée au second rang des écoles et universités d’Europe et d’Amérique. L’apprentissage pluridisciplinaire, par le projet, construit un futur designer avec un profil polyvalent, capable de s’adapter à n’importe quel contexte pour dialoguer avec des ingénieurs et spécialistes de tous bords. L’école est d’ailleurs ouverte 24 h sur 24 h et toute l’année.



Plan d’eau, projet de diplôme Designer Textile de Cléo Déléris. Ce tapis de sol apporte du confort et la surface en volume favorise l’évaporation.

Plan d’eau, projet de diplôme Designer Textile de Cléo Déléris. Ce tapis de sol apporte du confort et la surface en volume favorise l’évaporation.
©Véronique Huyghe




Ses actions extérieures



L’ENSCI-Les Ateliers mène des partenariats avec des entreprises et des institutions qui contribuent à préparer les élèves au monde du travail avec une pratique ouverte du métier. Récemment, cette école a conduit, en collaboration avec la firme italienne Alessi, 40 projets autour de deux thématiques, l’une concernant l’univers sensoriel, l’autre dans le domaine des objets connectés. Une sélection de 20 créations a fait l’objet d’une exposition intitulée « Expériences sensibles ». Elle est aussi la seule école en France à participer au réseau MEDes (Master of European Design) qu’elle a créé, en 1999, avec six autres écoles de design parmi les plus réputées en Europe. Ce réseau permet aux élèves de ces 7 établissements de passer deux années universitaires, dans deux pays différents des leurs. A L’ENSCI-Les Ateliers, les pratiques de la recherche sont développées et favorisées par notamment la possibilité de s’orienter vers un master « recherche en design ». Et depuis un an environ, le Grand Bain, incubateur de design, favorise les pratiques entrepreneuriales des élèves et jeunes diplômés ainsi que la valorisation de leurs projets, en les accompagnant et les aidant dans leur démarche. Tandis qu’une Chaire Innovation Publique ENA ENSCI permet d’étudier les nouveaux modèles d’administration liés au monde numérique.



Contact :

L’ENSCI-Les Ateliers


48, rue Saint-Sabin

75011 Paris

Tél. : 01 49 23 12 12

www.ensci.com



L’atelier maquette de l’ENSCI.

L’atelier maquette de l’ENSCI.
©Véronique Huyghe




Workshop de rentrée avec tous les nouveaux ENSCIens qui se sont retrouvés pour travailler ensemble autour du thème « végétaliser l’école ». Ce workshop était encadré par Alexandre Echasseriau, diplômé de l’ENSCI.

Workshop de rentrée avec tous les nouveaux ENSCIens qui se sont retrouvés pour travailler ensemble autour du thème « végétaliser l’école ». Ce workshop était encadré par Alexandre Echasseriau, diplômé de l’ENSCI.
©Véronique Huyghe




Equinoxe, projet d’atelier de Maëlann Vacher et Maxime Louis (Création Industrielle) en partenariat avec la SNCF. Ce projet propose un rythme apaisant en gare où le coucher de soleil remplace l’horloge.

Equinoxe, projet d’atelier de Maëlann Vacher et Maxime Louis (Création Industrielle) en partenariat avec la SNCF. Ce projet propose un rythme apaisant en gare où le coucher de soleil remplace l’horloge.
©Véronique Huyghe




Ornement structurel, une table grande et légère : ce projet d’atelier de Hugo L’Ahelec, en partenariat avec Marbrek, à base de plaques, semi-produit couramment utilisé dans l’architecture.

Ornement structurel, une table grande et légère : ce projet d’atelier de Hugo L’Ahelec, en partenariat avec Marbrek, à base de plaques, semi-produit couramment utilisé dans l’architecture.
©Véronique Huyghe




A gauche, Domestification, projet d’atelier de Morgan Aby en partenariat avec Alessi. Un mixeur à main, un batteur à œufs et un émulseur à lait se partagent le même moteur.  A droite, Gradient, projet d’atelier de Marlon Baignou en partenariat avec Alessi. Tirant parti des propriétés de l’acier poli-miroir, cet objet est issu d’une série de miroirs animés par des jeux de reflets et d’anamorphose.

A gauche, Domestification, projet d’atelier de Morgan Aby en partenariat avec Alessi. Un mixeur à main, un batteur à œufs et un émulseur à lait se partagent le même moteur. A droite, Gradient, projet d’atelier de Marlon Baignou en partenariat avec Alessi. Tirant parti des propriétés de l’acier poli-miroir, cet objet est issu d’une série de miroirs animés par des jeux de reflets et d’anamorphose.
©Véronique Huyghe




Carve, projet d’atelier d’Oscar Gillet en partenariat avec Alessi. Cet élément fait partie d’une série d’objets en fonte (presse-agrumes, râpe à gingembre, mortier et pilon) qui utilise les textures du bois sculpté dans le but de montrer leurs fonctions propres.

Carve, projet d’atelier d’Oscar Gillet en partenariat avec Alessi. Cet élément fait partie d’une série d’objets en fonte (presse-agrumes, râpe à gingembre, mortier et pilon) qui utilise les textures du bois sculpté dans le but de montrer leurs fonctions propres.
©Véronique Huyghe




Plaids de la collection capsule, conçue par Anaïs Bruyère, Lou Durand, Robin Abrial, Thérèse Brugerolle, Marion Carlier, Garance Maurer, Zoé Pairault-Cordier, Camille Romagnani, Hanako Stubbe, en partenariat avec Brun de Vian Tiran (Design Textile).

Plaids de la collection capsule, conçue par Anaïs Bruyère, Lou Durand, Robin Abrial, Thérèse Brugerolle, Marion Carlier, Garance Maurer, Zoé Pairault-Cordier, Camille Romagnani, Hanako Stubbe, en partenariat avec Brun de Vian Tiran (Design Textile).
©Claire Curt




Cielo, projet d’atelier de Salomé Drouet en partenariat avec Alessi, qui révèle une impression visuelle du temps qu’il fait dehors.

Cielo, projet d’atelier de Salomé Drouet en partenariat avec Alessi, qui révèle une impression visuelle du temps qu’il fait dehors.
©Salomé Drouet