Les matériaux composites s’emparent du design

Agnès Zamboni
Issues de la recherche des bioplastiques, les matières composites renforcées de fibres dessinent une nouvelle génération de matériaux aux qualités uniques. Une thématique actuelle à découvrir jusqu’au 21 avril 2019 au Design Museum de Gand, en Belgique.
Baignoire nomade en fibre de carbone découpée selon la technologie du jet d’eau à haute pression. Repliée, elle forme une plaque légère de 7 kg. Avec intérieur en tissu rembourré. Création Carina Deuschl, concept XTEND, 2015.

Baignoire nomade en fibre de carbone découpée selon la technologie du jet d’eau à haute pression. Repliée, elle forme une plaque légère de 7 kg. Avec intérieur en tissu rembourré. Création Carina Deuschl, concept XTEND, 2015.
©Studio Carina Deuschl


Des qualités inégalées



Synthétiques comme le carbone ou le verre, naturels comme le lin, le chanvre, le jute ou la soie, ou encore plus inattendues comme les aiguilles de pin, les fibres de peau de banane, de balle de riz ou organiques comme le mycélium de champignon, les matériaux composites offrent une grande liberté créative. Ils se travaillent et se moulent comme des plastiques, mais sont beaucoup moins polluants et énergivores. Légères, mais rigides et solides, voir indestructibles, les fibres de carbone possèdent une rigidité équivalente à celles de l’acier, tout en étant beaucoup plus résistantes que ce matériau, mais aussi cinq fois plus légères. Comparées à l’aluminium, elles sont trois fois plus rigides et deux fois plus légères que celui-ci.



Conçue par Tomas Zacek et Sona Pohlova du studio slovaque Nice et Wise, micro-maison légère, intelligente et autonome (avec énergie solaire et éolienne) en fibres composites. Surface intérieure de 8 m² pour deux personnes avec forme ovoïde qui maximise la collecte d’eau de pluie et de rosée, ensuite filtrée pour la rendre potable. Transportable partout, sous tous les climats, sans laisser de traces. Concept Ecocapsule, 2015.

Conçue par Tomas Zacek et Sona Pohlova du studio slovaque Nice et Wise, micro-maison légère, intelligente et autonome (avec énergie solaire et éolienne) en fibres composites. Surface intérieure de 8 m² pour deux personnes avec forme ovoïde qui maximise la collecte d’eau de pluie et de rosée, ensuite filtrée pour la rendre potable. Transportable partout, sous tous les climats, sans laisser de traces. Concept Ecocapsule, 2015.
©Ecocapsule Holding




Les matériaux du futur



« Si les Eames étaient encore vivants, ils s’amuseraient comme des fous avec la fibre de carbone », a déclaré John Hamilton de la firme de design Coalesse. Il fait ainsi référence à l’expérimentation des matériaux que ce couple a pratiqué tout au long de sa carrière : tout d’abord le multiplis de bois avec lequel il a commencé à fabriquer des prothèses, pour l’utiliser plus tard dans la conception de chaises (technologie Plywood). Mais aussi la fibre de verre qui, mêlée à la résine, a permis de réaliser de nombreux modèles de sièges monocoques. Et aujourd’hui les matériaux composites ont envahi tous les secteurs du design, la mobilité, le sport, les applications médicales, les énergies, les infrastructures, l’architecture, les objets utilitaires du quotidien et bien sûr le mobilier.



A gauche, une création de Michael Young et Coalesse Design Group : chaise fabriquée entièrement en fibre de carbone. La matière formant un tissage est déclinée en 5 couleurs. Modèle LessThanFive Chair, 2016. A droite, une création de Joachim Froment, en 2017 : le siège 0.6 Chair, empilable. En fibre de carbone, il est produit avec le minimum de matière (4,8 mm d’épaisseur) et supporte jusqu’à 350 kg.  Il a l’apparence du bois (500 gr sont utilisés pour cette pièce) pour un poids total de moins de 3 kg.

A gauche, une création de Michael Young et Coalesse Design Group : chaise fabriquée entièrement en fibre de carbone. La matière formant un tissage est déclinée en 5 couleurs. Modèle LessThanFive Chair, 2016. A droite, une création de Joachim Froment, en 2017 : le siège 0.6 Chair, empilable. En fibre de carbone, il est produit avec le minimum de matière (4,8 mm d’épaisseur) et supporte jusqu’à 350 kg. Il a l’apparence du bois (500 gr sont utilisés pour cette pièce) pour un poids total de moins de 3 kg.
©Steelcase et © Joachim Froment




Des objets prospectifs



L’exposition présente les développements des composites durant les 5 dernières années et ses défis du futur. Certains objets sont déjà édités, d’autres sont encore à l’état de prototypes et en phase d’expérimentation. Mais nous ne sommes pas ici dans un film de science-fiction, mais bien dans un monde réel : toutes les propriétés des matériaux composites sont le point de départ pour relever de nombreux défis sociétaux comme le réchauffement climatique, la mobilité, le vieillissement de la population ou la numérisation…



Contact :

Exposition
« Fibre-Fixed Composites in Design », jusqu’au 21 avril 2019

5, rue Jan Breydelt

9000 Gand

Belgique

Tél : 0032(0)9 267 99 99

www.designmuseumgent.be



www.ecocapsule.sk

www.carina-deuschl.com

www.joachimfroment.com

www.labelbreed.nl

www.coalesse.com

www.raw-edges.com

www.formuswithlove.se

www.reallycph.com

www.corpsucoli.com

www.permafungi.be

www.kvadrat.dk

www.ilhoon.com



Projet Fine Cut de Raw-Edges Design Studio, en 2018, composé d’une console murale et d’une table réalisées à partir de déchets textiles. Ces meubles sont fabriqués par laminage de plusieurs couches textiles de Solid Textile Board, puis « gravées » afin de montrer les couches du matériau et de créer de nouveaux motifs bleus et blancs. Sans le vouloir, les designers ont révélé des particules de fibres de denim bleu qui pénètrent dans le coton blanc. En collaboration avec Really by Kvadrat.

Projet Fine Cut de Raw-Edges Design Studio, en 2018, composé d’une console murale et d’une table réalisées à partir de déchets textiles. Ces meubles sont fabriqués par laminage de plusieurs couches textiles de Solid Textile Board, puis « gravées » afin de montrer les couches du matériau et de créer de nouveaux motifs bleus et blancs. Sans le vouloir, les designers ont révélé des particules de fibres de denim bleu qui pénètrent dans le coton blanc. En collaboration avec Really by Kvadrat.
©Casper Sejersen




A gauche, modèle Flax Chair 1.41, création Christien Meindertsma, pour Label/Breed, en 2016. Ce siège entièrement biodégradable est composé de couches de lin tissé, de couches de lin feutré et aiguilleté avec fibres de PLA (plastique biodégradable). A droite, création Zaha Hadid et Patrik Schmacher, en 2016, la chaise Kuki.ONE composée d’une seule feuille en fibre de carbone. Sa forme a été dessinée en la repliant le long d’une ligne verticale pour que ses bords se rejoignent presque à l’arrière.

A gauche, modèle Flax Chair 1.41, création Christien Meindertsma, pour Label/Breed, en 2016. Ce siège entièrement biodégradable est composé de couches de lin tissé, de couches de lin feutré et aiguilleté avec fibres de PLA (plastique biodégradable). A droite, création Zaha Hadid et Patrik Schmacher, en 2016, la chaise Kuki.ONE composée d’une seule feuille en fibre de carbone. Sa forme a été dessinée en la repliant le long d’une ligne verticale pour que ses bords se rejoignent presque à l’arrière.
©Label/Breed et © Luke Hayes




Création du studio Form Us With Love, en 2016, les chaises Odger. Fabriquées à partir d’un composite de bois-plastique recyclé post-industriel, ces sièges sont moulés par injection, fabriqués en collaboration avec Ikea et disponibles en bleu, blanc ou marron.

Création du studio Form Us With Love, en 2016, les chaises Odger. Fabriquées à partir d’un composite de bois-plastique recyclé post-industriel, ces sièges sont moulés par injection, fabriqués en collaboration avec Ikea et disponibles en bleu, blanc ou marron.
©Jonas Lindström




Création de Form Us With Love, en 2016, le siège Odger Chair en bois-propylène, en kit avec montage sans vis, d’un simple clic.

Création de Form Us With Love, en 2016, le siège Odger Chair en bois-propylène, en kit avec montage sans vis, d’un simple clic.
©Jonas Lindström




Création de Front, en 2018, armoire textile fabriquée à partir de planches textiles de qualité (Solid Textile Board). En coton et laine, la matière utilisée provient des déchets recyclables des industries de la mode et du textile. La forme ondulée du meuble fait référence au drapé d’un rideau d’où il pourrait être issu. Modèle Textile Cupboard for Really/Kvadrat.

Création de Front, en 2018, armoire textile fabriquée à partir de planches textiles de qualité (Solid Textile Board). En coton et laine, la matière utilisée provient des déchets recyclables des industries de la mode et du textile. La forme ondulée du meuble fait référence au drapé d’un rideau d’où il pourrait être issu. Modèle Textile Cupboard for Really/Kvadrat.
©Casper Sejersen




The Growing Lab-Mycelia, projet de recherche à partir de la partie végétative à croissance rapide des champignons appelée mycélium.

The Growing Lab-Mycelia, projet de recherche à partir de la partie végétative à croissance rapide des champignons appelée mycélium.
©Officina Corpuscoli/ Maurizio Montalti




Lumifungi, premier luminaire belge doté d’un abat-jour organique et biodégradable, fabriqué à partir de marc de café bio et de champignons. Création Permafugi supported by Glimps, en 2017.

Lumifungi, premier luminaire belge doté d’un abat-jour organique et biodégradable, fabriqué à partir de marc de café bio et de champignons. Création Permafugi supported by Glimps, en 2017.
©Permafungi




Création Jonathan Olivares, en 2016. Lit de repos inspiré par les mâts de bateau avec structure tubulaire en fibre de carbone au tissage croisé : un dessin, une couleur graphite et une texture que l’on retrouve dans le revêtement du coussin d’assise à motifs de diagonales. Projet Twill Weave Daybed pour Kvadrat.

Création Jonathan Olivares, en 2016. Lit de repos inspiré par les mâts de bateau avec structure tubulaire en fibre de carbone au tissage croisé : un dessin, une couleur graphite et une texture que l’on retrouve dans le revêtement du coussin d’assise à motifs de diagonales. Projet Twill Weave Daybed pour Kvadrat.
©Daniele Ansidei




réation Il Hoon Roh, en 2014, banc Rami. Il s’agit d’un siège fabriqué à la main avec des fibres de carbone qui imitent les branches d’un arbre.

réation Il Hoon Roh, en 2014, banc Rami. Il s’agit d’un siège fabriqué à la main avec des fibres de carbone qui imitent les branches d’un arbre.
©Studio Il Hoon Roh




Création Il Hoon Roh, en 2014. Ecran lumineux Nodus en fibres de carbone, fibres optiques, LED et aluminium. Il est inspiré par la tradition coréenne du tissage de papier. Les nœuds réalisés à la main sont entrelacés de motifs eux-mêmes entrecroisés de rayures électroluminescentes.

Création Il Hoon Roh, en 2014. Ecran lumineux Nodus en fibres de carbone, fibres optiques, LED et aluminium. Il est inspiré par la tradition coréenne du tissage de papier. Les nœuds réalisés à la main sont entrelacés de motifs eux-mêmes entrecroisés de rayures électroluminescentes.
©Studio Il Hoon Roh