La chaise Diamant, précieux joyaux

Koudiedji Sylla
En 1957, la chaise Diamant, chez Steiner, naît d’une simple intuition. C’est en pliant une feuille de papier que René-Jean Caillette a l’idée d’une chaise élégante et confortable avec des angles qui suggèrent une pierre taillée.
Pour René-Jean Caillette, la chaise Diamant est avant tout son modèle le plus pur et le plus facile à réaliser en contre-plaqué moulé. Elle est disponible en noir ou en blanc.

Pour René-Jean Caillette, la chaise Diamant est avant tout son modèle le plus pur et le plus facile à réaliser en contre-plaqué moulé. Elle est disponible en noir ou en blanc.
©DR

Fils d’ébéniste, ce designer réalise la chaise Diamant en contreplaqué moulé, un procédé idéal qui allie aspects fonctionnels et qualités esthétiques. Pionnier de cette technique, ces créations sont  des œuvres poétiques qu’il destine aux collectivités et à l’habitat contemporain.  René- Jean Caillette militait pour un mobilier de qualité mis à la portée du plus grand nombre.


Fier de son histoire, Steiner réédite sobrement la chaise Diamant. Le contreplaqué moulé disparait pour laisser place à des matériaux plus contemporains que sont le méthacrylate sur piétement chromé ou laqué.


Résolument moderne, elle n’a rien perdu de son authenticité et de son charme. La chaise Diamant exprime une maitrise unique de l’ergonomie et un sens aguerri des volumes. Légendaire, elle remporte le grand prix de l’Exposition Universelle de Bruxelles en 1958.


Epurée et confortable, la chaise Diamant est une innovation des années 50 qui devient un classique aujourd’hui.


www.steiner-paris.com