La chaise Tulip d'Eero Saarinen, le pur pied !

Benjamin Tardy
Née d'un simple exercice d'épuration des formes, la chaise Tulip est vite devenue un classique du design dès 1965. Jusqu'à aujourd'hui, la maison d'édition Knoll n'a cessé de la produire dans ses formes originelles. Portrait d'un « pur pied ».
Tulip Chair par Eero Saarinen, chez Knoll. Structure blanche, noire ou platinum. Base centrale en aluminium moulé, coque en polyesther et fibre de verre. Entièrement tapissée ou avec galette d'assise. 49X53 cm, hauteur 81 cm. A partir de 1200 euros.

Tulip Chair par Eero Saarinen, chez Knoll. Structure blanche, noire ou platinum. Base centrale en aluminium moulé, coque en polyesther et fibre de verre. Entièrement tapissée ou avec galette d'assise. 49X53 cm, hauteur 81 cm. A partir de 1200 euros.
©DR

Voyez cette fleur du design, émergeant du sol tel un triomphe de la nature. Eero Saarinen a réalisé bien plus qu'une simple épuration de la chaise. Au-delà de l'exercice, il fallait tout de même une dimension esthétique, une beauté florale, ne serait-ce qu'un pétale. Une tulipe l'inspira sans doute dans sa conception de la coque. En plastique bien sûr, Charles Eames n'étant jamais loin dans les années 60 ! Son ami et ancien étudiant de Cranbrook l'inspira fortement lors de la conception de cette coque en polyester et fibre de verre moulée. Mais celle-ci ne fut qu'un des deux éléments clé du succès de la Tulip...



« Les pieds des tables et des chaises classiques rendaient l'espace inélégant et inconfortable ». Eero Saarinen n'y allait pas de main morte ! Fort de cette volonté de changer le monde (du design tout du moins), le designer finnois imagina un pied. Un pied unique pour les surpasser tous. Tout d'aluminium conçu, le piètement de la Tulip suggère un verre de vin. L'assise peut pivoter ou non, selon le modèle choisi ; l'ensemble gardant son unicité quelle que soit sa position.



Une fleur, un verre de vin, la chaise Tulip s'accoutre de bien des plaisirs. Pour l'accompagner, Eero Saarinen a dessiné un tabouret et deux tables Tulip, une haute et une basse. Si le plateau des tables ou l'assise du tabouret n'ont rien de floral, on retrouve toutefois ce pied si marquant de l'identité du designer.



La chaise Tulip et son tabouret furent récompensés par le Prix du Design Centre, à Stuttgart (Allemagne) en 1962, et par le Prix National d'Esthétique Industrielle, toujours en Allemagne mais en 1969. Les deux œuvres eurent notamment l'honneur d'être exposées au musée d'Art Moderne de New York en 1969. La reconnaissance du pied, si l'on peut dire...



Contact Knoll : 01.44.18.19.99

www.knoll.fr