Le design selon Peugeot

Clément Martin
Connu principalement pour son activité dans l’univers de l’automobile, Peugeot renoue avec son passé, en créant un lieu dédié au design. Retour dans le passé, pour comprendre ce projet : le Peugeot Design Lab.
Premier modèle du genre dont la production commença en 1840, le moulin à café Peugeot se compose d’un socle en bois munie d’une manivelle. Si sa production s’arrête en 1960, il est considéré comme un grand classique, très prisé par les collectionneurs.

Premier modèle du genre dont la production commença en 1840, le moulin à café Peugeot se compose d’un socle en bois munie d’une manivelle. Si sa production s’arrête en 1960, il est considéré comme un grand classique, très prisé par les collectionneurs.
©DR

A l’origine, les membres de la famille Peugeot étaient des meuniers qui, sous l’impulsion de l’industrialisation, deviennent des transformateurs de coton. En effet, la politique de Napoléon Ier demande d’habiller les soldats de la Grande Armée au début du XIXème siècle. Pour conquérir de nouveaux domaines, Jean-Frédéric et Jean-Pierre II Peugeot s’intéressent de près au phénomène de l’industrie, en se lançant dans la sidérurgie dès 1810. Le moulin se métamorphose en une fonderie d’acier, avec pour objectif de fournir l’industrie de l’horlogerie en ressorts. Peu à peu, les deux frères vont conquérir le marché, notamment en s’associant avec Jacques Maillard Salins, en 1832. Ils produisent alors en série des lames de scie, allant jusqu’à 540 000 unités par année. La société ne cesse de se développer en fabriquant une gamme d’outils de bricolage, soigneusement rangée dans une étagère murale.


Se lançant dans la sidérurgie en 1810 avec des mécanismes pour l’industrie de l’horlogerie, Peugeot étend son marché, en produisant en série des lames de scie, atteignant jusqu’à 540 000 unités par année.

Se lançant dans la sidérurgie en 1810 avec des mécanismes pour l’industrie de l’horlogerie, Peugeot étend son marché, en produisant en série des lames de scie, atteignant jusqu’à 540 000 unités par année.
©DR


Considéré comme une pièce iconique, le moulin à café Peugeot voit le jour en 1840 ; son succès le fait passer de 15 000 à 150 000 exemplaires annuels en dix ans de production. Socle de bois de forme cubique surmonté d’une manivelle, il renferme un mécanisme intérieur en acier, dont le tiroir est bloqué à l’avant par une plaque en laiton à l’effigie de l’entreprise. Alors qu’à notre époque, le dessin de ce moulin à café peut sembler classique, il s’avère que ce fut le premier modèle commercialisé, devenant un symbole du genre. A ce jour, il existerait 56 modèles différents, avec 280 versions en prenant en compte les essences de bois, la taille ou la plaque. Comme la production s’est arrêtée en 1960, il est possible de retrouver des modèles d’origine, mais uniquement dans les brocantes ou les lieux spécialisés.


Connu essentiellement pour son activité automobile, Peugeot n’hésite pas à conquérir l’univers de la maison, en essayant son savoir-faire sur des objets du quotidien, comme ce robot-batteur de cuisine.

Connu essentiellement pour son activité automobile, Peugeot n’hésite pas à conquérir l’univers de la maison, en essayant son savoir-faire sur des objets du quotidien, comme ce robot-batteur de cuisine.
©DR


Malgré la révolution de 1848 et sa crise économique, la famille Peugeot réussit à garder la tête hors de l’eau, en élargissant son domaine de compétences à des articles de mode. L’intelligence de la firme est de savoir répondre aux besoins de la population, en se situant toujours à la pointe de la technique et du goût. Pour preuve, ils n’hésitent pas à entreprendre la fabrication de montures d’acier pour crinolines, lorsque l’impératrice Eugénie relance la mode. Ce fut certainement ce sens des innovations qui poussèrent la famille Peugeot à se diriger vers la production de moyens de transport, en commençant par la bicyclette en 1886. Si aujourd’hui Peugeot reste célèbre pour son industrie automobile, son histoire est jalonnée de créations sophistiquées, qui apportèrent leur pierre à l’édifice de l’univers de la maison : outillage, robot ménager, moulin à café, machine à coudre, salière et poivrière…


Avec une fin de série en 1936, la machine à coudre Peugeot est considérée comme l’une des plus brillantes créations, grâce au brevet du système à navette fonctionnant au pied avec une pédale. Fonctionnelle, la machine se range dans l’intérieur du meuble, pour servir de table d’appoint.

Avec une fin de série en 1936, la machine à coudre Peugeot est considérée comme l’une des plus brillantes créations, grâce au brevet du système à navette fonctionnant au pied avec une pédale. Fonctionnelle, la machine se range dans l’intérieur du meuble, pour servir de table d’appoint.
©DR


Se prévalant d’un savoir-faire industriel de plus de 200 ans, la volonté du groupe cherche à renouer avec cet héritage historique, en ouvrant les portes du Peugeot Design Lab. Il s’agit d’apporter son expérience à d’autres univers que celui de l’automobile. Officialisé le 12 juin 2012, les collaborations de Peugeot restent encore sous le sceau du secret, mais elles devraient couvrir un large horizon, notamment en développement de moyens de transport comme le vélo, l’aéronautique ou le naval.


www.peugeotdesignlab.com


Noblesse des matières et technique de pointe, le vélo DL121 du Peugeot Design Lab est prête à devenir la Rolls Royce du genre, en proposant une nouvelle approche du moyen de transport où le cuir blanc rencontre la richesse du cuivre.

Noblesse des matières et technique de pointe, le vélo DL121 du Peugeot Design Lab est prête à devenir la Rolls Royce du genre, en proposant une nouvelle approche du moyen de transport où le cuir blanc rencontre la richesse du cuivre.
©DR