Un espace idéal pour le confinement

Agnès Zamboni
Depuis septembre 2020, le loft du VitraHaus a été réaménagé par les architectes et designers Adam Charlap Hyman et Andre Herrero de l’agence américaine éponyme. Des idées à piocher pour réinventer son intérieur.
A droite, canapé Soft Modular, création Jasper Modular en 2016, chez Vitra. A gauche, canapé et repose-pieds Freeform d’Isamu Noguchi.

A droite, canapé Soft Modular, création Jasper Modular en 2016, chez Vitra. A gauche, canapé et repose-pieds Freeform d’Isamu Noguchi.
©Vitra


Qu’est-ce que la VitraHaus ?



Située en Allemagne, à Weil-am-Rhein, à proximité du siège social de l’éditeur iconique Vitra et de son musée, la VitraHaus a été construite par les architectes suisses du cabinet Herzog & de Meuron. Elle abrite la boutique flagship de Vitra et la Vitra Home Collection. Les grands classiques et rééditions emblématiques de cet éditeur iconique y sont présentés aux côtés de créations récentes de designers contemporains. Elle intègre un loft de 250 m², un show-room sur 4 étages, une boutique, le Lounge Chair Atelier et un café. Tout est localisé sur le Vitra Campus, hélas fermé jusqu’à la fin du mois de novembre 2020.



A gauche, Adam Charlap Hyman, sur le canapé Freeform, conçu par Isamu Noguchi en 1946 et réédité chez Vitra, dans un tissu chiné évoquant le végétal et le minéral. A droite, vases Nuage, création Ronan et Erwan de Bouroullec en 2016, chez Vitra. Guéridon, création Jean Prouvé en 1949, les deux chez Vitra.

A gauche, Adam Charlap Hyman, sur le canapé Freeform, conçu par Isamu Noguchi en 1946 et réédité chez Vitra, dans un tissu chiné évoquant le végétal et le minéral. A droite, vases Nuage, création Ronan et Erwan de Bouroullec en 2016, chez Vitra. Guéridon, création Jean Prouvé en 1949, les deux chez Vitra.
©Vitra




Qui sont Charlap Hyman et Andre Herrero ?



Ces architectes, basés à New-York et Los Angeles, proposent une approche globalisation et universelle de l’habitat, car leurs collaborateurs sont issus de milieux et cultures diversifiés. Ils s’intéressent à tous types d’espaces, culturels, résidentiels ou commerciaux. Pour le loft de la VitraHaus, ils ont fait appel à des designers internationaux, pour composer un espace ou mélanges et tensions stylistiques et graphiques font partie intégrante du projet, visant à réaliser une maison de rêves qui s’adresse à tout le monde, mais réunit toutes leurs influences et fantasmes de spécialistes de la décoration.



Les œuvres d’art abstrait ont été scrupuleusement sélectionnées pour entrer dans cet univers. Le bureau est un hommage au film La Belle et la Bête de Jean Cocteau.

Les œuvres d’art abstrait ont été scrupuleusement sélectionnées pour entrer dans cet univers. Le bureau est un hommage au film La Belle et la Bête de Jean Cocteau.
©Vitra




Leurs sources d’inspiration pour cet aménagement



Sur un air de méditation surréaliste, les architectes ont accentué les liens entre l’intérieur et l’extérieur par le choix de textures et couleurs. Ils ont puisé dans la littérature et le cinéma de Huysmans à Cocteau en passant par Antonioni, Visconti ou Godard. Ainsi, les oreillers, en forme de main, de la terrasse et le topiaire garni de conques rappellent la photographie de Dora Maar avec une main sortant d’une coquille. On y retrouve aussi un tapis de paille en forme de serpent, la Living Tower de Verner Panton qui avait déjà beaucoup travaillé l’espace comme un cocon, dans les années 1960, avec son concept d’alcôves Fantasy Landscape. Mais aussi un écran composé de profils géants et le canapé Freeform de Noguchi. A noter bien sûr, les couleurs bleu et vert, faisant référence au ciel et à l’horizon, à la nature, la végétation et l’environnement extérieur pour mieux vivre l’obligation de rester à l’intérieur et profiter de l’impact anti-stress et calmant de ces teintes sur l’esprit. Et vous, qu’avez-vous fait pour améliorer votre confort pendant ce second confinement ?



Contacts :

Charlap Hyman & Herrero :
www.ch-herrero.com

Vitra : www.vitra.com



Des pièces anciennes et quelques antiquités viennent briser le côté contemporain de l’espace

Des pièces anciennes et quelques antiquités viennent briser le côté contemporain de l’espace
©Vitra




A gauche, au premier plan, fauteuil 41 dit Paimio, création Alvar Aalto en 1932, chez Artek. Tabourets de la Cork Family, création Jasper Morrison en 2004. Siège Wiggle Side chair, création Frank 0’Gehry en 1972, les deux chez Vitra. A droite, lampe Akari UF3-Q, création Isamu Noguchi en 1951. Table EM, création Jean Prouvé en 1950, les deux chez Vitra.

A gauche, au premier plan, fauteuil 41 dit Paimio, création Alvar Aalto en 1932, chez Artek. Tabourets de la Cork Family, création Jasper Morrison en 2004. Siège Wiggle Side chair, création Frank 0’Gehry en 1972, les deux chez Vitra. A droite, lampe Akari UF3-Q, création Isamu Noguchi en 1951. Table EM, création Jean Prouvé en 1950, les deux chez Vitra.
©Vitra




A gauche, sur l’étagère, lampe de table Shogun, création Mario Botta en 1986, chez Artemide. A droite, l’alchimie des différents styles et époques opère…

A gauche, sur l’étagère, lampe de table Shogun, création Mario Botta en 1986, chez Artemide. A droite, l’alchimie des différents styles et époques opère…
©Vitra




A gauche, lampe à poser Profiterolle, création Sergio Asti en 1968, chez Martinelli Luce. A droite, la chambre est un hommage au film Cléo de 5 à 7, d’Agnès Varda. Des textiles chaleureux et colorés réchauffent l’espace. Lampe Tizio, création Richard Sapper en 1971, chez Artemide.

A gauche, lampe à poser Profiterolle, création Sergio Asti en 1968, chez Martinelli Luce. A droite, la chambre est un hommage au film Cléo de 5 à 7, d’Agnès Varda. Des textiles chaleureux et colorés réchauffent l’espace. Lampe Tizio, création Richard Sapper en 1971, chez Artemide.
©Vitra