The Ant, l’éminente fourmi d’Arne Jacobsen

Fanny Roisin
La chaise Ant (ou Fourmi en français) de Jacobsen est à l’origine une commande d’un laboratoire pharmaceutique danois, Novo Nordisk. La chaise, dessinée en 1952 et éditée en 300 exemplaires devra meubler la cantine de la firme. A l’époque, son style novateur ne provoque pas l’enthousiasme.
La Fourmi et ses trois pieds: l'équilibre parfait

La Fourmi et ses trois pieds: l'équilibre parfait
©Fritz Hansen DR

La Fourmi est le premier modèle d’Arne Jacobsen en contreplaqué moulé. Il s’inspire de la technique déjà très utilisée par Charles et Ray Eames. Le contreplaqué moulé permet une liberté de création, complètement exploitée par Arne Jacobsen. La chaise Fourmi est composée d’une unique coque réunissant l’assise et le dossier dans un découpage de courbes impétueuses et organiques. Le designer appliquera ce mariage « technologico-organique » aux légendaires fauteuils Egg et Swan créés pour l’hôtel Raddison de Copenhague.



La forme caractérisée de la coque, la minceur du matériau et ses trois pieds fins en acier chromé figurent parfaitement l’exosquelette d’une fourmi.



Si le mouton à cinq pattes n’existe pas, Arne Jacobsen nous donne à voir la Fourmi à trois pieds. Cependant, la Fourmi avec son piétement ternaire, l’absence d’accoudoir, son design épuré et intemporel, ne séduit pas les foules des années cinquante. En 1952, le maître du design danois était-il trop visionnaire, et la Fourmi trop révolutionnaire ?



La chaise Ant a pourtant réussi à s’imposer au fil des années comme un succès du design danois. Les trois pieds qui la rendent si singulière et audacieuse ont souvent été repris par nos designers contemporains. Du Fauteuil Costes de Starck à la Side chair d’Alain Berteau, le piètement ternaire intrigue et fascine.



En 1955, Arne Jacobsen reprend et modifie The Ant pour en faire une chaise plus conventionnelle, naît la Série 7.



www.fritzhansen.com