Asters, étoiles filantes de l'automne

Ferme de Gally
Fleurs d'arrière-saison, l'aster à petites fleurs accompagne les feux de l'automne jusqu'aux prémices de l'hiver. Teintes surannées, des roses que l'on dit "vieux", des bleus mauves lumineux et des blancs aux mille nuances. Laissez-vous séduire par son cœur d'or !
Asters à petites fleurs

Asters à petites fleurs
©Gally

Avec les asters à petites fleurs, terminez la saison en beauté. Dernières à fleurir, elles durent jusqu'aux premières gelées et même un peu au-delà si l'hiver commence sans trop de rigueur. Vous aimez les grandes altières qui éblouissent ? Choisissez Aster cordifolius, en bleu avec 'Little Carlow' ou en blanc avec 'Silver Spray' aux superbes tiges pourpres. Elles dépassent toutes le mètre en hauteur : réservez-les au fond des massifs, dans un endroit abrité pour éviter qu'elles ne se couchent sous la bourrasque.



Vous préférez les petites délicates, graciles ? Pas d'hésitation, jetez votre dévolu sur Aster ericoides, guère plus de 50 cm de haut. C'est la plus tardive. On la surnomme "la vendangeuse" car sa floraison coïncide avec les vendanges. 'Esther' pour les adeptes du rose et 'Blue Wonder' pour ceux du bleu. Un peu à part, 'Pink Cloud', d'un rose si tendre, est plus haute que les autres (70 à 80 cm).

Enfin, pour une gerbe de fleurs qui s'étale, optez pour Aster lateriflorus 'Horizontalis' aux nuées blanc rosé à coeur pourpre.

Plantez même maintenant en pleine floraison dans un endroit bien ensoleillé. N'oubliez pas à la mi-juillet de couper de moitié ces variétés hautes : vous aurez davantage de fleurs et leurs tiges résisteront mieux au vent.



Le saviez-vous ?

Aster cordifolius fait partie des nombreux asters indigènes sur le continent nord-américain. Ce fut l'un des premiers asters américains décrit botanniquement parlant, sous le nom de Astericus latifolius, dès le début du XVIIe siècle.

Pour en savoir plus, cliquez ci-dessous:

Ecole d'architecture de paysage de l'Université de Montréal



L'astuce de Maison.com

Soignez les arrosages en été s'il fait sec. La sécheresse excessive rend les asters sensibles aux attaques d'oïdium.