Combattre la cloque du pêcher

Ferme de Gally
La cloque du pêcher ruine pêcher et nectarinier. A la longue ! C'est dès février qu'il faut agir par un traitement approprié.
Arme fatale contre la cloque

Arme fatale contre la cloque
©Gally

Les pêchers et nectariniers sont sujets à l'attaque d'un champignon redoutable : la cloque du pêcher.



Le champignon responsable préfère de loin les jeunes feuilles. Aussi se développe-t-il de préférence sur les jeunes pousses. Belle aubaine pour lui que le printemps lorsque toutes les feuilles sont encore jeunes et tendres !

Sournois, la cloque du pêcher passe l'hiver dans les écailles du bourgeon. Et au printemps, il est prêt à s'installer. C'est l'euphorie si le temps est froid et pluvieux : il s'étend alors rapidement. Taches, jaunes ou vert pâle, bombées sur les feuilles, bordées de pourpre, gaufrages, boursouflures, chute des feuilles prématurée, rameaux déformés... On ne compte plus ses forfaits. Mais le plus grave, en cas d'attaques répétées, est un dépérissement général de l'arbre.



Si votre pêcher (ou nectarinier) a été touché par la cloque au printemps dernier, ou tout simplement par prudence, c'est en fin d'hiver qu'il vous faut agir. Pulvérisez de la bouillie bordelaise dès que les bourgeons se gonflent, prêts à s'ouvrir.

Renouvelez le traitement à l'automne, juste après la chute des feuilles. Ainsi la cloque vous sera-t-elle étrangère !



Le conseil Maison.com

On dit que cultiver de l'ail et des capucines sous les pêchers les protège de la cloque. Essayez, en complément de votre traitement à la bouillie bordelaise. A défaut d'être efficace, l'association promet d'être charmante !



Dicton : "Rosée à la Chandeleur, hiver à sa dernière heure."