Installer son arrosage automatique

Marie Grolleau
L’eau est la principale source de vie du jardin. Surtout en été lorsque notre ami le soleil vient assécher de ses rayons nos verts compagnons et jolies fleurs. Les périodes de vacances sont aussi synonymes d’absence. Pelouses et massifs méritent ainsi toute notre attention. Aussi, face aux préoccupations environnementales, quel type d’arrosage choisir ? Focus sur l’installation d’un système d’arrosage automatique qui assure irrigation optimale et sans effort des jardins.
Un arrosage optimal de votre jardin, même en votre absence. Arroseur rotatif réglable Gardena.

Un arrosage optimal de votre jardin, même en votre absence. Arroseur rotatif réglable Gardena.
©DR

Les avantages d’un arrosage automatique


L’arrosage manuel est valable mais chronophage. En effet, un des grands atouts d’un arrosage automatique est un gain de temps considérable, une fois le cycle d’arrosage sélectionné. Plus besoin de se préoccuper d’arroser le soir votre petit éden. L’arrosage se fait même en votre absence ! Grâce à un programmateur, on peut choisir de n’arroser qu’aux endroits choisis, pendant une durée déterminée. De même, un facteur non négligeable est un gaspillage d’eau moindre. Bénéfique pour l’environnement, votre facture s’en trouve aussi allégée. L’arrosage est régulier, car bien planifié avec un débit d’eau régulé et contrôlé; l’eau ne s’accumule pas si les arroseurs sont bien choisis en fonction des surfaces à irriguer (pour des zones de plus de 5 mètres, opter pour des arroseurs à jets rotatifs, sinon préférer des arroseurs à jet fixe). Vos plantes sont alors plus saines, les pelouses plus uniformes. Que ce soit un arrosage enterré (avec des turbines ou des tuyères jaillissant du sol alimentées par un réseau de tuyaux souterrains) ou  un arrosage en surface (un goutte à goutte, avec des tuyaux poreux et des micro-asperseurs), l’arrosage automatique permet une irrigation efficace de votre jardin. Suivez le guide pour une installation sans faux-pas.


Les différents systèmes d’arrosage automatique : enterré ou en surface ?


Si vous ne disposez que de quelques allées ou d’un coin de verdure, pas besoin d’enterrer votre système d’arrosage, ce qui nécessiterait de gros travaux. Néanmoins, les grandes pelouses nécessiteront l’installation d’un système d’arrosage enterré.



  • L’arrosage en surface :


En termes d’économie et de respect de l’environnement, le système de goutte à goutte est le plus recommandé. Cet arrosage localisé à faible débit est parfait pour les massifs de fleurs, les haies ou les potagers. Cependant, les tuyaux placés en surface peuvent être disgracieux.



  • L’arrosage enterré :


Il est surtout utilisé pour les grandes surfaces et le gazon. Les tuyères et les turbines jaillissent du sol et arrosent une partie du gazon pendant une durée programmée. Comment cela fonctionne t-il ? Les arroseurs sont activés au moyen de vannes mises en marche manuellement ou d’électrovannes commandées automatiquement par un programmateur. Quoi qu’il en soit, l’installation d’un système d’arrosage enterré est une opération délicate.


Le matériel nécessaire :



  • 1 pelle

  • Des piquets (à installer aux angles et tous les 5 mètres)

  • 1 corde (pour faire le tour de votre surface à irriguer)

  • 1 tuyau en polyéthylène (de 25 à 40 mètres selon la surface à irriguer)

  • 1 mètre

  • 1 perceuse

  • 1 clé anglaise

  • 1 scie à métaux

  • 1 rouleau de téflon

  • 1 cutter

  • Des raccords de compression (Té,Y,L)

  • Des manchons dentés

  • Des coudes (à mettre aux angles)

  • Des coudes « fin de ligne » (selon votre nombre d’arroseurs)

  • Des vis (selon le nombre d’arroseurs)

  • Des écrous (selon le nombre d’arroseurs)

  • Des colliers (selon le nombre d’arroseurs)

  • Des électrovannes (1 pour chaque réseau de votre arrosage)

  • Des arroseurs (tuyères et turbines)

  • 1 programmateur (230V, autonomes 9V, nez de robinet)


Tout d’abord, il nous faut définir 4 étapes essentielles avant l’installation proprement dite :



  1. Dessinez le plan de votre jardin où vous ferez figurer les zones à arroser ou non avec les arbres, les arbustes, les haies et les massifs.

  2. Choisissez vos arroseurs en fonction de votre débit d’eau. Celui-ci, exprimé en mètres cube par heure, est renseigné sur votre contrat des eaux. Vous pouvez vérifier le débit vous-même en chronométrant le remplissage d’un seau de 10 litres. On distingue les arroseurs à jets fixes (zone de moins de 5 mètres), à jets rotatifs (zone de plus de 5 mètres de côté) ou localisés.

  3. Vérifiez la pression de votre future installation. Exprimée en kilogrammes par cm², elle se mesure à l’aide d’un manomètre branché sur votre robinet d’arrivée d’eau (sinon demander à la société des eaux qui vous approvisionne). Si votre pression dépasse les 5 kg/cm², un réducteur est nécessaire.

  4. Définissez ensuite les réseaux de votre plan d’arrosage, selon votre débit et le type d’arrosage envisagé par zone.


L’installation


Munissez-vous des pièces nécessaires à l’installation de votre système d’irrigation, qu’il soit en surface ou enterré, pour chaque zone d’irrigation :



  • Le coude : permet une jonction à 90° de 2 tuyaux.

  • Le manchon denté : permet d’assembler 2 tuyaux de même diamètre.

  • Les raccords : destinés aux départs des réseaux. Vous pourrez les coupler avec les vannes manuelles et les électrovannes. Ils existent en forme de Té, L et Y.

  • Le coude fin de ligne : permet en bout de réseau d’installer un arroseur.

  • Les colliers : permettent de fixer un arroseur pris directement sur la ligne.

  • Les allonges : pour raccorder les arroseurs au tuyau, une fois monté sur le collier de prise en charge.

  • Les arroseurs (les tuyères  pour les petites surfaces et les turbines pour les grandes).


Munis du plan d’arrosage de votre jardin, délimitez avec des piquets les zones d’arrosage. Faites passer une corde autour des piquets.


Déroulez votre tuyau et fixez-le avec des charges (parpaings par exemple) le long des piquets.


Pour un système d’arrosage enterré vous devrez creuser des tranchées d’une profondeur de 25 à 30 cm. Leur largeur peut correspondre aisément à la largeur de votre pelle.


Mettez vos plaques de gazon de côté pour les remettre une fois le tuyau posé.


Une fois les tranchées creusées, pour un système d’arrosage enterré, disposez votre tuyau sur un fond de petites pierres, en prenant garde aux éléments pointus.


Procédez au découpage de votre tuyau en différents tronçons grâce à la scie à métaux.


Raccordez les différents tronçons de tuyaux : tuyaux primaires pour le réseau central et tuyaux secondaires, à l’aide des raccords d’arrosage, des tés, des coudes et des manchons. Vous devrez consolider en enroulant de téflon vos raccords de tuyaux afin d’éviter les fuites.


Installez ensuite les arroseurs de votre choix : entre autres, arroseur rotatif à 360°, à balayage latéral, grâce aux colliers de prise en charge. Pour cela percez le tuyau à travers l’orifice du collier de prise en charge (mèche de 12 mm). Vissez les allonges coupées à la longueur désirée grâce à un cutter et vissez ensuite les arroseurs sur les coudes ou les colliers de prise en charge. Serrez les boulons grâce à une clé anglaise.


Prenez garde à l’étanchéité des fixations et utilisez alors le téflon, en enroulant la bande autoadhésive autour des raccords. Pensez bien que limiter le nombre d’arroseurs au profit d’un seul à grande portée n’est pas idéal. En effet, mieux vaut répartir des arroseurs à portée moyenne afin d’uniformiser votre débit d’eau.


Vous raccorderez par la suite le tuyau principal à l’arrivée d’eau générale.


Raccordez aussi les tuyaux au boîtier électrovanne auquel  vous brancherez enfin le programmateur.


Réglez vos arroseurs et le programmateur (durée et périodicité). Certains modèles fonctionnent même grâce à l’énergie solaire.


Rebouchez les tranchées si vous avez choisi un système d’arrosage enterré.


Si vous êtes absents, que la météo annonce de la pluie ou que la terre est encore humide et qu’elle ne nécessite pas d’arrosage, des accessoires non négligeables sont là pour optimiser l’arrosage de votre jardin et de vos plantes. Il s’agit du pluviomètre qui ajuste les durées d’arrosage selon l’importance des précipitations et la sonde à humidité.


Votre arrosage automatique est maintenant installé ! Que se soit grâce à des micro-goutteurs ou des arroseurs, arrosez intelligemment pour un jardin qui restera « au vert » !


www.castorama.fr


www.rainbird.fr


www.gardena.com


www.truffaut.com


Légendes visuels :



  1.  

  2.  

  3.  

  4.  

  5.